Tout savoir sur l'eau du bassin

De Encyclopedie du Bassin
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Relation entre les éléments et cycle du carbone font partie des notions à connaître un minimum, ceci afin d'obtenir une qualité du milieu aquatique compatible avec la vie animale.

Les tests de l'eau sont réalisés régulièrement par les scientifiques dans tous les milieux aquatiques du monde. Mais les mesures aquachimiques sont aussi monnaie courante pour le bassin.( Photo : Nemo - Forum-Bassin)



Préambule[modifier]

Sans être diplômé de physique ou de chimie, on peut s'intéresser à certaines notions de ces disciplines, qui participent à l'équilibre de l'eau, et par conséquent à tout l'équilibre biologique du bassin.

La relation entre le C02, l'02, le pH et le KH[modifier]

Il existe 4 mesures clefs

Le pH[modifier]

Connu de tous, le pH indique si une eau est acide, neutre ou basique. Il dépend de la concentration de l'ion H+ ; plus elle est élevé, et plus l'eau est acide. Cette valeur est facile à mesurer avec les tests du commerce, mais elle est aussi très instable.

Le KH (Dureté carbonatée)[modifier]

Aussi connu et facile à mesurer avec des tests, le KH donne la concentration en CO32- (ion carbonate ) et HCO3-- et se mesure généralement en degré allemand.

L'O2[modifier]

Plus connu sous le terme d'oxygène dissout dans l'eau, l'O2 est plus difficile à mesurer. Il dépend surtout de la température de l´eau. C'est pourquoi il est indiqué sous deux formes : en pourcentage de saturation (100% correspondant au maximum O2 que peut contenir l'eau au contact de l'air à une température donnée) ou en mg/l.

Le CO2[modifier]

Le gaz carbonique, difficilement mesurable par des tests, surtout en bassin est un acide qui en présence de l'eau va donner une réaction : H2O+CO2= H+ et HCO3- et en allant plus loin = 2H+ et CO3--

On voit déjà que la relation entre le KH et le CO2 influence directement le pH. C'est pourquoi la mesure du pH est plus efficace directement au bord du bassin, car plus sa concentration en CO2 change et plus celle-ci donnera donc une mesure du pH erronée.

Ce tableau « KH pH CO2 » permettra de déterminer le CO2 à partir du pH et du KH d'une eau.

Ainsi :

  • pH :7,5 KH : 8 donne CO2 à 8mg/l
  • pH :7,5 KH :16 donne CO2 à 14mg/l
  • pH :7,0 KH : 8 donne 24mg/l
  • pH :7,0 KH :16 donne 46mg/l

On constate donc que plus le pH est bas, plus il y a du CO2; ou encore, plus le KH est bas et moins il y a de CO2.

Différentes sources vétérinaires et d’éleveurs considèrent que pour les carpes (nos koïs) une concentration entre 5 et 15mg/l de CO2 est bonne.


Influencer le KH est possible avec l'adjonction de produits ou l'introduction de coquilles d'huitres. Influencer le taux de CO2, est également possible et très facile : ce gaz est très volatile dans l'eau. Des mouvements d'eau (bulleurs, cascades ou autres) permettent de l'éliminer facilement. Il est produit de façon continue par tous les organismes vivants sous l'eau (bactéries, algues, plantes, poissons, larves, etc.). Donc, en aérant fortement l'eau, vous allez éliminer le CO2 et, à KH constant, faire monter le taux de pH ; en aérant trop, on peut éliminer complètement le CO2 et c'est là qu'intervient le taux d'O2.

Si l'eau a un taux de CO2proche du 0 le CO2 produit par les koïs va sortir facilement et rapidement des ouïes (osmose) et donc la concentration va descendre de façon importante dans le sang du koï et faire monter le pH sanguin (alcalose) ; pour compenser, l'organisme va diminuer le rythme respiratoire pour freiner cette fuite. Si l'eau présente un faible taux d'O2, il va y avoir réaction inverse : hyperventilation et réalcalose.

Si au contraire le taux de CO2 est très élevé, le koï aura des difficultés à éliminer son CO2 sanguin (baisse du pH sanguin : acidose) avec donc une hyperventilation pour compenser ; si l'eau a peu d'O2 ce sera sans conséquences. Mais comme l’on désire beaucoup d'oxygène pour les koïs et les bactéries du filtre, il y a souvent hypoventilation des premiers, donc à nouveau tiraillement entre hypo et hyper ventilation.

Quelles conclusions en tirer ?[modifier]

Lorsqu’il y a beaucoup d'O2 dans le bassin, il vaut mieux avoir un taux de CO2 vers 5mg/l. S’il n’y a pas beaucoup d'O2, il vaut mieux avoir un taux vers 15mg/l.

En allant plus loin : si l’on désire modifier le pH, on peut soit modifier le KH ou modifier le taux de CO2, mais le plus important est de régler ces 2 paramètres par rapport au taux d'oxygène que l’on est capable de maintenir tout le temps, car celui-ci varie avec la température.

Pour maitriser ces données, un contrôle permanent par un système (style IKS) des paramètres du bassin est possible et l’on constatera que très souvent, on aura tendance à trop aérer (pas oxygéner) les bassins et à sortir trop de CO2. Ce manque de CO2 sera compensé pendant une certaine période par l'ajustement du taux de KH; mais au final, on constatera que le pH subit des variations assez conséquentes sur le cycle d'une journée.

Le cycle du carbone[modifier]

Action du carbone dans l'eau[modifier]

On aura déjà remarqué qu'en été, le soir venu après une belle journée de soleil, le pH est plus élevé et peut atteindre un taux au-dessus de 9.

Pour obtenir de la biomasse (algues et plantes) la balance de Redfield nous indique : C106 H180 045 N16 P1 (ou C = atome de carbone; H = hydrogène ; 0 = « oxygène >> ; N = azote ; P = atome de phosphore).

Cette formule montre qu'il faut très peu d'éléments P (phosphate) et N (azote) pour créer de la biomasse et que le facteur limitant est le carbone.

Les formes de carbone dans l'eau[modifier]

Le carbone dans l'eau se présente sous différentes formes :

Gaz carbonique (CO2) et acide carbonique (H2CO3) forment la partie dite libre dans l'eau, c'est-à-dire celle directement utilisable par les plantes.

Les bicarbonate (HCO3-) et mono carbonate (CO--) sont dit fixes et ne peuvent être utilisés directement, notamment parce qu'ils sont chargés négativement. Seules quelques algues peuvent utiliser le bicarbonate ; en échange, elles donnent au « milieu >> (l'eau) un ion négatif OH-. Pour rester neutre cet ion OH- va chercher un ion positif, en l'occurrence H+, qu'il va prélever sur un autre bicarbonate pour faire un mono carbonate. On constate donc que l'algue va, dans ce processus, éliminer 2 ions bicarbonates et va laisser 1 ion mono carbonate supplémentaire :

Moins il y a de CO2/H2CO3, plus il y a du bicarbonate, plus le bicarbonate est utilisé et plus il y a du mono carbonate; et on peut projeter cela sur le pH.

La relation du pH[modifier]

Dans l'eau, s'il y a 100% de gaz carbonique le pH sera de 4.

S'il a 25% de CO2/H2CO3 il y 75% de bicarbonate et le pH sera de 7.

S'il y a 0% de CO2/H2CO3 il y aura 95% de bicarbonate et 5% de mono et le pH sera de 9.

À partir de pH 10, il y a 25% de mono carbonate et 75% de bicarbonate

Conclusion[modifier]

Il faut essayer d'avoir le plus de CO2 dans l'eau et seule la respiration des organismes vivants dans l'eau en produit.

Il faut, de ce fait, éviter de trop aérer directement le bassin car on expulse plus de CO2 qu'on introduit d'O2 (mettre les aérations dans les filtres).

Ce sont les algues et surtout les filamenteuses qui peuvent se passer de CO2 car elles ont la faculté de "casser" le KH pour utiliser le bicarbonate.

La présence du gaz carbonique dans le bassin[modifier]

Le pH, le KH (dureté carbonatée) et l'O, sont des tests qui figurent habituellement dans les mallettes dédiées au contrôle de l'eau du bassin. On peut cependant très bien acheter chaque produit individuellement. Reste à savoir si la somme de tous ces petits produits séparés ne sera pas supérieure à celle d'une mallette complète ! (Photo : koiconnect)

Comment mesurer son taux de CO2 dissout dans l'eau et son importance[modifier]

Dans un premier temps, il faut mesurer son KH, si possible de façon très précise. Si l'on utilise des gouttes, on met le double d'eau dans la cuvette et donc chaque goutte comptera pour 0,5 unité au lieu de 1 unité. On pourra donc arriver à des valeurs comme 8,5 ou 12,5 ou 13 ou 14,5 ...

Ensuite, on mesure le pH si possible avec un test fiable et pas trop vieux (idéal : un photomètre)

Avec ces 2 mesures, on se reporte au tableau précédent.

La valeur idéale pour les koïs est comprise entre 5-15 mg/1. Cela leur permet une respiration optimale car l'élimination du CO2 au niveau des branchies n'est ni trop rapide, ni trop lente. Le pH de l'eau située au niveau même des ouïes du koï ne sera alors pas modifié, pas plus que le pH du sang du poisson.

Conséquences d'un CO2 trop élevé[modifier]

Plus le CO2 dans l'eau est élevé, plus le koï aura du mal à éliminer son propre CO2, donc le sang sera saturé en cet élément et son pH va s'acidifier.

Conséquences d'un CO2 trop faible[modifier]

Au contraire, moins il aura de CO2 dans l'eau et plus le koï va éliminer celui contenu dans son corps. Son sang s'équilibrera avec le niveau de CO2 de l'eau, diminuant progressivement son taux de CO2 et donc devenant basique.

Dans ce cas, comme on le constate sur le tableau, si l'eau a peu de dureté carbonée, le pH va être très basique. La conséquence sera qu'au niveau des branchies des koïs, l'ammonium éliminé va se transformer spontanément en ammoniac très toxique pour les koïs ! Il en sera de même dans leur corps : l'ammonium transporté par un sang basique se transforme en ammoniac et les koïs font une intoxication à l´ammoniac et cela même si les valeurs d'ammoniac de l'eau sont proches ou égales à zéro.

Une intoxication estivale[modifier]

Ce type d'intoxication se produit toujours en été car les bulleurs et les cascades fonctionnent à plein régime, provoquant une élimination du CO2 de l'eau par dégazage.

De plus, les koïs sont bien nourris. Cette nourriture en grosse quantité est riche en protéines et donc en ammoniac, va provoquer une montée du pH aux alentours de 8, voire plus, et donc enclencher le mécanisme décrit : les koïs sont saturés en ammoniac sans que l’on ne puisse le mesurer et sans que le taux d'ammoniac de l'eau n'augmente.

Autre facteur aggravant : les algues filamenteuses préfèrent les eaux pauvres en CO2 pour se développer. Donc elles poussent, éliminent le peu de CO2 encore présent dans l´eau, consomment le KH et ainsi contribuent à faire grimper le pH de plus en plus haut.

La pratique dans les bassins[modifier]

L'eau dans les bassins, est en circuit fermée, sans effets bénéfiques de revitalisation.

Il faut donc imiter la nature grâce à des jeux d'eau, des cascades, des bouillonnements qui vont mélanger les différentes couches d'eau et casser ces clusters.

Pour cela nul besoin d'acheter des appareils chers dont l'efficacité est douteuse, mais grâce à l'adjonction de pompes de circulation, de cascades ou l'eau vient ce briser sur des roches, l'eau du bassin regagnera sa vitalité naturelle.

Notes et références[modifier]

Avec la participation de www.koiconnect.com
Article publié dans le numéro 23 de la revue Bassins de Jardin