Saprolégnose

De Encyclopedie du Bassin
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La saprolégniose, qui décime rivières et bassins, est le fait d’agents opportunistes, qui ne se développent qu’à la faveur d’une rupture des défenses naturelles de l’hôte amplifiée par la dégradation des conditions de vie des poissons de par les contraintes environnementales.

Ce spécimen est particulièrement touché par le parasite Saprolegnia parasitica. Il est traité dans un récipient isolé pour plus d'efficacité. (Photo : Forum-Bassin)

La Saprolégniose qu’est-ce que c'est ?[modifier]

Il s'agit d'une une mycose due à l'envahissement des tissus par des « pseudo-champignons » appartenant à la classe des Oomycètes, communément présents dans l’eau et se nourrissant de matières organiques.
Parmi ceux-ci, on trouve les plus importants pathogènes fongiques des poissons d’eau douce, notamment dans la famille des Saprolegniaceae avec les genres Achlya, Aphanomyces, et Saprolégnia (Sur les 17 genres et 122 espèces, S. parasitica est l'espèce la plus souvent désignée au cours des épidémies dans les régions tempérées) attaquant amphibiens, crustacés, mollusques, poissons et leurs œufs. C'est une famille d'organismes filamenteux, coenocytiques pouvant être saprophytes, et/ou parasites.

La Saprolégniose apparaît comme une mycose cutanée se manifestant par l'apparition de touffes de filaments mycéliens sur la peau du poisson. Ces filaments baignent dans l'eau, leurs extrémités se terminant par des sporanges. Une ulcération blanchâtre de la peau va très vite évoluer vers une masse dense de filaments mycéliens, tels des amas cotonneux, visibles à l'œil nu.

Sa réputation de maladie comme pouvant entrainer des pertes souvent considérables est connue depuis le moyen-âge.

Epidémiologie de saprolégnia parasitica[modifier]

Les Saprolegniaceae sont une famille d’organismes filamenteux, coenocytiques pouvant être saprophytes et/ou parasites.

L’optimum thermique de Saprolégnia se situe entre 18 et 25 °C, son activité reproductrice diminuant quand la température augmente pour disparaître à 25°C.

S. Parasitica agit en surinfection et sa transmission s’effectue lors de sa reproduction asexuée par l’émission de spores biflagellées ciliées nageuses (zoospores), lesquelles se fixent sur la lésion d’un poisson, puis germent. L’infestation se fait par voie transcutanée.

Evolution de l’infection[modifier]

La saprolégniose peut se développer à tous les stades de vie du poisson. Pour les œufs, l’infection se détecte par la couche de mycélium qui se propage des œufs morts aux œufs sains.
Les alevins vont se nourrir des spores, s’ensuit une infection du tube digestif et de la vésicule.
Pour les adultes, le mycélium se fixe aux endroits où l'ectoderme a été lésé, puis traverse le derme dont il provoque la disparition quasi totale et s'enfonce dans les fibres musculaires qui prennent un aspect spongieux et se nécrosent.

Au fur et à mesure que les lésions s'étendent, divers troubles du comportement vont se manifester : signes d'asphyxie et de paralysie, nage par mouvements brusques et saccadés, perte d’équilibre, queue n'effectuant plus de mouvements... La paralysie s’étend au corps entier, entrainant des difficultés respiratoire. Cette maladie tue très rapidement les poissons de très petite taille (24h pour des guppy et 3 jours pour une truite).

L’action pathogène la plus importante est exercée sur le système circulatoire et le système nerveux central. Les hyphes pénètrent les vaisseaux et y développent des masses de filaments obstruant les vaisseaux et s'opposant au passage du flux sanguin. Dans la moelle épinière, à proximité du lieu d’infection, les filaments entraînent l'apparition de zones nécrotiques spinales. La moelle épinière se vacuolise. La mort des poissons est donc la conséquence des nécroses successives des différents organes envahis, de l’infarcisation des principaux vaisseaux sanguins et de la destruction de la moelle épinière.

Les causes de la saprolégniose[modifier]

Etiologie :[modifier]

C'est essentiellement une mycose secondaire parasitant uniquement les poissons ayant subi un traumatisme cutané. Tant que l'ectoderme et les couches muqueuses protectrices sont intacts, le pseudo champignon ne s'implante pas sur le poisson. La sécrétion de mucus recouvrant l’épiderme est une importante barrière épidermique protectrice du poisson prévenant l’attachement des spores.

Facteurs de prédisposition :[modifier]

L’infection fongique du poisson est causée par une combinaison de facteurs et non pas due à la seule présence du parasite présent communément dans les eaux douces).
Le pathogène, par exemple Saprolégnia parasitica, doit être une souche virulente afin de provoquer l’infection.

En cas d’un affaiblissement des défenses immunitaires (présence d’une maladie primaire), lorsqu’il est blessé, en période de reproduction, etc, l’hôte est plus vulnérable.
Les facteurs de stress, la piètre qualité de l’eau, les variations de température, la faible concentration en oxygène et la forte densité de poissons favorisent la croissance de la saprolégniose.

L'acidification du milieu aquatique provoquée par les pluies favorise la production d’enzymes proteolytiques (zoospores) renforçant l'état parasitaire du champignon. Il se trouvent alors en condition de mieux agresser des poissons par ailleurs affaiblis par la baisse du pH.

Les traitements[modifier]

La prévention est assurée par de bonnes conditions environnementales (qualité de l’eau etc). Malgré cela, des traitements sont parfois nécessaires.
Les prescriptions sont données à titre d’exemples sur les produits actifs; on se référera aux notices des produits commercialisés.

Le vert de malachite[modifier]

Ses propriétés antifongiques sont reconnues en tant que prévention et traitement contre les parasites internes et externes.
Une concentration faible de 1 mg/L, 3 bains d’une heure à 1 jour d’intervalle, suffit pour traiter les infections.
Sa forme réduite, (le vert de leucomalachite), peut persister dans les tissus des poissons et, pour les poissons de consommation, entrer facilement dans la chaîne alimentaire, ceci ayant entrainé son interdiction en aquaculture dans certains pays.

Le formol, le peroxyde d’hydrogène et le bronopol peuvent être utilisés sur les œufs. Le sel (chlorure de sodium) et le bronopol chez les poissons. Le bronopol chez les alevins

Le formol (CH2O)[modifier]

C'est une solution aqueuse, efficace pour contrôler limiter la saprolégniose sur les œufs uniquement (pas les poissons). Les posologies recommandées sont de 1 660 à 2 000 mg/L pendant 15 minutes. Le formol réduisant la concentration en l’oxygène dissout, une aération artificielle devra être mise en place jusqu’à sont élimination totale de l’eau (10 jours).
Divers produits commercialisés sont à base de formaldéhyde : Parasite-S® Composition 40% de Formol et 15% de méthanol pour prévenir la formation de paraformaldéhyde, toxique pour les poissons.

La plus grande prudence s’impose avec les produits à base de formol, potentiellement cancérigène (port de gants, conservation à 15°C, à l’abri de la lumière).

Le peroxyde d’hydrogène (H2O2)[modifier]

ll est écologique, non polluant, oxydant avec un large spectre d’activité (antibactérien, antifongique, antiparasitaire), agissant sur toute matière organique, végétale ou animale. Utilisé en aquaculture aussi bien en traitement préventif que curatif aux doses de 500 à 1 000 mg/L pendant 15 minutes pour le traitement des œufs (pas des poissons).

Le bronopol[modifier]

(2-bromo-2-nitropropane-1,3-diol) est un antimicrobien à large spectre, peu toxique. Des traitements en bains de 30 à 50 mg/L du produit pour les œufs et 15 à 20 mg/L pendant 30 minutes pour les poissons permettent de réduire les infections à Saprolégnia.
Déconseillé pour les alevins car toxique à ce stade.

Le sel sans iode (NaCl)[modifier]

C'est l'un des traitements les plus anciens; il est très sécuritaire. De fortes concentrations de sel (15 à 29 g/L) sont létales pour Saprolégnia.

Autres composés naturels :

La propolis[modifier]

C'est une substance résineuse récoltée, transformée et utilisée par les abeilles.
Les flavonoïdes contenus dans la propolis ont des propriétés antifongiques et antimicrobiennes. Ce produit peut être utilisé en traitement au badigeon sur de gros poissons pour diverses infections.

Trans-cinnamaldéhyde[modifier]

(trans-3-Phenyl-2-propenal) est une molécule active extraite du tronc des canneliers possède des propriétés antimicrobiennes, et surtout antifongiques.

Mais aucun de ces produits de substitution ne remplace toutefois efficacement le ver de malachite. Ces traitements étant soit trop coûteux (bronopol), toxiques (formol, peroxyde d’hydrogène) ou peu efficaces (le sel).


Pour les aquariums: transférer les poissons dans un bac avec de l’eau chaude, traiter la saprolégniose avec un produit du commerce.

Selon les cas se rapprocher d'un mycologue qui pourra vous conseiller sur le traitement à appliquer pour sauver vos poissons.

Action et prévention[modifier]

Tout traitement doit impérativement s’accompagner de la recherche et de l’éradication du problème initial.
On pratique un changement de 50% d’eau en cas d’épidémie.

Il faut veiller à la bonne qualité de l’eau, surveiller les paramètres, gérer la densité de poissons, et éviter l’introduction d’éléments extérieurs porteurs (faune flore).

Notes et Références[modifier]

Article publié dans le numéro 15 de la revue Bassins de Jardin
Toute contribution à cet article peut être apportée dans le forum : Saprolégnose... Ce qu'il faut savoir.