Préparer son bassin pour l'hiver

De Encyclopedie du Bassin
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le bassin va entrer en hivernation, des préparatifs et une maintenance automnale incontournable s’imposent alors.

Des bulleurs permettent de conserver une zone hors glace. ( Photo : Albert et Claudie - Forum-Bassin)

Préambule[modifier]

Voici déjà une liste de ces travaux à effectuer : nourrissage, entretien et préparation du bassin, entretien du matériel, etc. afin d'assurer la réussite de l’hivernage du bassin, et donc son redémarrage ultérieur au printemps.

Travail préparatoire[modifier]

Dès l'automne, avant même l'arrivée des frimas, il convient de s'occuper de la flore et des plantes aquatiques du bassin.

Plantes aquatiques[modifier]

En cas d'hivers doux on se limite à couper les tiges des plantes émergentes.
( Photo : Santonine - Forum-Bassin)
  • Selon la rigueur des hivers dans sa région, on peut, si l'on bénéficie d'un hiver doux, couper les tiges sèches des plantes émergeantes (iris, par exemple), 10 cm au-dessus du niveau de l'eau. En cas d'hiver rigoureux, on laisse les tiges sécher sur pied, ainsi elles protègeront les souches. Ce n'est qu'au printemps qu'on les coupera.
  • On descendra les espèces Thalia dealbata et Cyperus alternifolius sous l'eau pour protéger leurs collets (point de jonction entre la tige et les racines) de la glace.
  • Les nénuphars reposeront au fond de l'eau. On coupera les feuilles fanées au fur et à mesure, afin éviter l'excès de dépôt dans cette zone.
  • Concernant les lotus, il faut laisser les tiges sécher et couper les 5 cm au-dessus de l'eau au printemps.
  • Il faut enlever et jeter (ou mettre à l'abri, avec un éclairage suffisant, sans quoi elles dépérissent) les plantes flottantes subtropicales, telles que laitues d'eau et jacinthe d'eau.
  • Les autres gélives pourront aussi être rentrées au garage, mises au repos jusqu'à la belle saison (papyrus du Nil, Nymphéas exotiques).

Protéger son bassin des feuilles mortes.[modifier]

Des fils en toile d'araignée protègeront les poissons du héron en hiver tandis qu'en automne ils pourront soutenir un filet anti-feuilles. ( Photo : Ninia - Forum-Bassin)

Un filet anti-feuilles évitera que les feuilles mortes ne finissent au fond du bassin et génèrent un envasement néfaste.
À défaut, on devra retirer les feuilles parfois plusieurs fois par jour à l'épuisette,
à moins que l'on ait, dès la conception du bassin, prévu un skimmer de surface.

L'envasement[modifier]

L'automne est également dédié aux travaux de nettoyage.
( Photo : Christine - Forum-Bassin)

La décomposition des matières organiques dégage des gaz toxiques (méthane). On s'en prémunira en enlevant le plus gros de la vase avec un aspirateur de bassin et en ensemençant le bassin dès octobre avec des bactéries nitrifiantes réduisant la formation de vase et faisant précipiter les matières en suspension.
On continuera à changer 10% d'eau.

La faune des bassins[modifier]

  • La température de l'eau a une influence directe sur le régime alimentaire des poissons.
  • À l'automne, on privilégiera une alimentation énergétique, pour eau froide (une température de l'eau entre 15 et 10 °C). Avant la période d'hivernation, on renforce la résistance des poissons avec une alimentation riche en vitamines E.
  • Si l'on dispose d'un bassin planté, on arrête de nourrir les poissons lorsque la température de l'eau passe en dessous de 7/8 °c (poissons rouges) ; 9/10 °c (koï), et ce de manière constante jusqu'au printemps. La nourriture sera remplacée par la faune benthique (chironomes, tubifex) de la pièce d'eau. S'il s'agit d'un vivier, on pourra alors nourrir avec une nourriture spéciale d'hiver.
  • Lorsque la filtration est arrêtée, il convient de ne plus alimenter.
  • On veillera à ne pas redonner de nourriture s'il survient une période de radoucissement ou si les poissons nagent à la surface de l'eau jusqu'au début du printemps.
  • La reprise de la nourriture sera progressive au printemps, dès que la température de l'eau se situe constamment au-dessus de 9 °C.

Léthargie des poissons LES POISSONS DE BASSIN (hormis les esturgeons) se mettent en « léthargie » en dessous de 6 °c. Le terme hibernation est inapproprié, la température des poissons rouges et des koïs est celle de la température de l'eau (espèces poïkilothermes). De plus, rappelons que l'hibernation implique un endormissement complet, sans réveil, durant toute la saison hivernale. Lorsqu'il y a reprise d'activité (durant les redoux, par exemple), on parle alors d'hivernation.
En saison froide, les poissons se réfugient au fond du bassin, et ne bougent presque plus, voire plus du tout. Lorsque le soleil apparaît durant l'hiver, ils remontent à la surface pour se réchauffer, prendre de l'oxygène et dans ces conditions nagent très lentement.

L'hibernation des amphibiens et autres hôtes[modifier]

Les amphibiens (grenouilles, rainettes, salamandres et tritons) sont plutôt résistants au froid, d'ailleurs plus que les reptiles. Cependant, on conseillera vivement de leur offrir des espaces d'hibernation.

Les salamandres (hors salamandre des ruisseaux), de nombreux tritons et les crapauds hibernent dans le sol à l'abri du gel. Un trou ou une galerie protégés par une tuile seront des abris adéquats.
Les grenouilles aquatiques (grenouille rousse, etc.) ainsi que les tortues d'eau hibernent au fond de l'eau en ralentissant leur métabolisme, et absorbent l'oxygène par leur peau. Tuile ou vase seront alors recherchées.
La grenouille des bois et les rainettes rechercheront des abris dans des troncs ou murets de pierres.

Préparer son bassin pour l'hiver en régions froides[modifier]

Si la température, en zone profonde du bassin, descend en dessous de 4 °C dans votre région, il peut être préférable de rentrer les poissons. On peut les transférer une cuve (garage, sous-sol) équipée d'un système de filtration avec de l'eau du bassin. Celle-ci ne doit pas geler, mais la température de l'eau doit descendre sous les 1 O 0c, afin que les poissons puissent hiverner. On ne les nourrit pas durant cette période. On peut aussi rentrer les plantes oxygénantes, ainsi que les escargots et les mollusques.

La cuve devra avoir une contenance minimale :

  • poissons rouges 11 litres (3 gal. U.S.) d'eau par 2,5 cm (1 po) de taille poisson ;
  • koïs 20 litres (5 gal. U.S.) par 2,5cm (1 po) de poisson.

On procèdera à un changement d'eau partiel toutes les deux semaines.

Filtration et Pompes[modifier]

Différents types de filtres entrainent une maintenance différente.

Filtre pression[modifier]

Il convient de vider tous les éléments et de nettoyer le filtre.
Les éléments seront nettoyés avec de l'eau propre, voire en ajoutant une goutte de javel (il faut impérativement éviter les produits d'entretien), puis rincés abondamment.
On change éventuellement les filets et l'on replace dans l'ordre les éléments (les bio-balles, les filets de pierre de lave, la mousse bleue, le reste des filets de pierre de lave et de pierre ponce).
Il est conseillé de changer la zéolithe une fois par an, c'est donc l'occasion de le faire, alors que durant la saison, il sera possible de décharger régulièrement l'ammoniac de celle-ci en la trempant dans du sel.
Au printemps, à la remise en route, on ajoutera à nouveau des bactéries et un activateur de démarrage.

Filtres submersibles biologiques[modifier]

Ils doivent rester dans l'eau jusqu'aux premières gelées, puis être nettoyés comme il est indiqué pour ce type de matériel.
On les range ensuite dans un endroit sec avant de les ressortir au printemps.

Filtre tapis Japonais[modifier]

On secoue et on lave les tapis japonais à grand jet En effet, les bactéries qui ont colonisé les masses filtrantes sont toxiques une fois mortes.

Lagunes[modifier]

On purge, pour protéger du gel. On coupe les tiges sèches des végétaux, 10 cm au-dessus du niveau de l'eau.
Il ne faut pas laisser d'eau dans les filtres extérieurs durant l'hiver.
On purge alors les tuyaux.

Filtration Mécanique[modifier]

On doit vider et nettoyer les cuves au grattoir et au jet, nettoyer les brosses au jet, nettoyer la grille du filtre à grille et gratter.
On passe ensuite à l'eau de javel puis on rince.
On remet alors en place.

Pompes[modifier]

On nettoie la pompe, on enlève la crépine, le rotor et on les trempe dans le détartrant constructeur.
On traite le joint d'étanchéité et l'arbre du rotor avec le lubrifiant constructeur. On stocke ensuite dans un sac plastique.
La pompe est stockée dans un seau d'eau placé dans une pièce hors gel, ou l'on peut remettre la pompe entière sous 50-60 cm d'eau, suivant la région.
Les tuyaux peuvent rester dans le bassin.

Les appareils à UV[modifier]

Un UV externe peut être retiré et remplacé dans le circuit par un tuyau rigide ou flexible. ( Photo : Xavier76 - Forum-Bassin)

Le filtre UV élimine les algues unicellulaires responsables de l'eau verte.
Cet appareil contient une gaine de quartz gélive, il faut donc la rentrer avant les premières gelées. On démonte celle-ci, on la nettoie et on la fait sécher (attention, la gaine de quartz est fragile).
On change la lampe de l'UV (si plus d'un an pour les modèles anciens ou deux ans pour les combinés et lampe HF).
On enlève les joints toriques et on les stocke dans une pochette plastique avec de la graisse..
Il faut stocker dans une pièce hors gel (la garantie ne s'applique pas en cas d'explosion due au gel !)..
Entretien de l’appareil UV (élimine les algues unicellulaires responsable de l’eau verte)..
Cet appareil contient une gaine de quartz gélive, donc à rentrer avant les premières gelées..

Protéger le bassin du gel[modifier]

La couverture placée en hauteur laisse un grand espace air pour l'hiver, et est amovible pour l'été. (Photo : Lorenzo76 - Forum-Bassin)

Le gel peut être fatal, il faut donc assurer un apport d’oxygène par une bonne aération, et veiller à l’échappement des gaz toxiques.
Avant tout risque de formation de glace sur le bassin :

  • On va prévoir un trou d'air, permettant l'évacuation des gaz toxiques
  • On installe dans ce but une cloche antigel en polystyrène avec un petit tuyau d’évacuation d’air
  • La cloche antigel est combiner avec l’utilisation d’un aérateur de bassin (diffuseur d'air, bulleur) assurant la diminution de la concentration de CO².
  • On place le bulleur à environ 10 cm de profondeur.
  • La formation de bulles empêchera l'eau de geler autour de la pompe.
  • La pompe à air est mise sous abri pour envoyer de l'air chaud, sinon on doit la placer dans un caisson avec de l'isolant pour la protéger du gel.
  • Il faut régulièrement vérifier l'état du bulleur ainsi que du tuyau à air.
  • On coupe les cascades qui provoqueraient un refroidissement de la surface d'eau.
  • L'eau de la filtration doit être rejeté sous le niveau hors gel de la terre (-60cm, -80cm)

Option couverture

Couverture, de plaques alvéolées en polycarbonate translucide de 16mm, vissées sur les chevrons des margelles du bassin. Il faut toujours laisser une espace ouvert pour permettre les échanges gazeux air/eau. ( Photo : NEF - Forum-Bassin)

ON OBTIENDRA une température positive en couvrant le bassin avec des plaques polycarbonates anti UV double face (idem piscine). Bien évidemment, on laisse une entrée d'air pour les échanges gazeux.

Le cas des petits bassins[modifier]

Pour les petites installations ou celles peu profondes (moins de 80 cm de profondeur), on prévoit une cloche anti gel avec résistance chauffante.
On la fera fonctionner quelques heures les jours les plus froids.

Dans les régions froides[modifier]

Pour des températures très basses, on peut installer un chauffe-eau pour bassin. Il faut prévoir à la construction une isolation des côtés du bassin jusqu'à la profondeur hors gel.

Si le bassin gèle : ne cassez jamais la glace ! L'onde de choc peut tuer les poissons ou causer des dommages à leur système auditif, cause de mortalité en début de saison.
On fait alors un trou dans la glace avec de l'eau chaude et ensuite on place un bulleur couplé à une cloche antigel à l'endroit où l'on aura réussi à dégeler.
Il faut enlever, pomper-aspirer sous la cloche, quelques centimètres d'eau pour créer un espace isolant (couche d'air) entre la surface de l'eau et la glace.

Débat : filtration constante ou arrêtée en hiver ?[modifier]

  • Pour : laisser tourner la filtration en hiver (en isolant filtre et tuyaux) permet à la flore bactérienne un redémarrage plus rapide au printemps.
  • Contre : La filtration provoquera des échanges de température entre le fond et la surface. En dessous de 4-5°C, les bactéries ne sont plus actives .
  • Pragmatique : On dira que c'est possible avec une filtration gravitaire dans le Sud de la France ou les températures restent clémentes et en ralentissant le débit de la filtration.

Le redémarrage du bassin au printemps[modifier]

Voici enfin venu le printemps.

  • Il convient d'attendre 15 jours / 3 semaines après la reprise de la filtration pour recommencer à nourrir.
  • Préparez votre filtration biologique en ensemençant avec des bactéries épuratrices.

Notes et références[modifier]

Article publié dans le numéro 24 de la revue Bassins de Jardin
Toute contribution à cet article peut être apporté dans le forum Préparer son bassin pour l'hiver