Plantes invasives en mare et étang

De Encyclopedie du Bassin
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les plantes jouent des rôles très importants dans le fonctionnement des milieux aquatiques (habitat, alimentation, filtration…)
La prolifération, souvent d’espèces importées non indigènes, provoque diverses perturbations (écoulement, encombrement, eutrophisation, etc.) aboutissant à un appauvrissement de la biodiversité : flore et faune indigènes

Gros plan sur la fleur jaune d'une jussie (Ludwigia peploides).
(Photo : Bernard Loison)
Les rives de ce plan d'eau sont complètement envahies par des massifs de jussie. (Photo : Bernard Loison)

Préambule[modifier]

Il convient de limiter la prolifération des espèces envahissantes en retirant les excès de végétaux, de manière à éviter l'étouffement du plan d'eau lié aux problèmes d'oxygène et aux excès de matières organiques.


Faucardage des plantes envahissantes[modifier]

L'arrachage[modifier]

On procédera en bassin à un arrachage manuel minutieux (Coupe herbes, râteau) et en étangs à un faucardage (La faux a aujourd’hui laisse place à un bateau moissonneur muni de différents outils de coupe : cisailles horizontales, lames coupantes tractées, etc.).
Il faut au fur et à mesure et de manière méthodique, retirer du milieu aquatique les plantes coupées (boutures, rhizomes).
L’intervention se fait en début de saison afin de minimiser le risque de boutures, sauf pour les Jussies ou les Myriophylles du Brésil. Dans ces cas précis, il faut une lignification suffisante des tiges permettant l’arrachage des racines.

La mise en 'assec’[modifier]

Un vidage (assec) de l’étang lors de gels sévères vise à entraîner la mort des parties érigées et des rhizomes (organe subaquatique de réserve produisent des tiges aériennes et des racines adventives)
L'efficacité de cette technique, utilisée dans les étangs des Dombes, dépend de la nature du sédiment, du degré de dessiccation atteint et de la durée de cette dernière (plusieurs semaines).
A l’opposé, une submersion est efficace sur certains végétaux (Thypha, Scirpes..).

Combattre la repousse des plantes[modifier]

Suite au faucardage d’un étang fortement envahi, on installe un filet aquatique en fibre de verre lesté sur le fond de l’eau. Celui-ci doit avoir de fines perforations pour favoriser un échange gazeux eau/sédiments, tout en interceptant efficacement les rayons lumineux nécessaires à la photosynthèse sans lesquels ces végétaux ne pourront guère survivre longtemps.

La gestion des déchets[modifier]

Concernant la gestion des déchets, mieux vaut préférer une valorisation des matières organiques extraites (compostage, épandage) plutôt qu'une élimination (incinération, enfouissement).

L'entretien du plan d'eau[modifier]

L'entretien d'un plan d'eau ou la création de celui ci peut s'accompagner de mesures destinées à limiter les éventuels problèmes de prolifération des plantes ou d'envasement.

Aération[modifier]

Le manque d’oxygène entraine des déséquilibres tels que l’envasement, un développement anarchique d’algues et de plantes envahissantes. L’augmentation du taux d’oxygène dissout permet au milieu aquatique de recouvrer une harmonie.

La plupart des plantes envahissantes se plaisent généralement dans des eaux stagnantes. Il est donc judicieux de brasser l’eau mécaniquement et de créer ainsi des turbulences pour perturber le développement des plantes : Cascade, rivière, brasseur, aérateur conviennent à cette tache.

Le système de compresseur consiste en une injection de microbulles avec des plaques de diffusion ou des tuyaux percés lestés au fond de l'eau. L'eau circulant du fond vers la surface oxygène l'ensemble de la pièce d'eau. Sur de grande surface (1Ha) d’étang, les compresseurs peuvent être alimentés par des éoliennes.

La fontaine oxygénante allie à l’esthétique un brassage de surface et un échange entre l’air et l’eau.

Ombrage[modifier]

Les espèces amphibies ont de forts besoins en lumière. Ainsi un milieu ombragé et de nature à limiter leur expansion. Cependant, les plantes immergées ( Egérie dense , Lagarosiphon), se contentent de milieux ombragés, voir d'eaux relativement turbides (fines matières en suspension bloquant la lumière). Ces plantes peu exigeantes en lumière sont dites sciaphiles, c'est a dire qui aiment l'ombre.
Des arbustes sur les berges (ripisylve) peuvent limiter la prolifération de certaines espèces (Jussie, Myriophylle du Brésil) grâce a l'ombre générée.

Lutte biologique[modifier]

L’introduction d'organismes herbivores (carpes, canards) peut apparaître comme une solution naturelle d’entretien, mais qui peut aussi présenter ses inconvénients avec la destruction des nénuphars, et la forte production de déchets.

La colonisation des algues[modifier]

La prolifération des algues témoigne d’un déséquilibre généralement lié à une eau trop riche en nutriments (Phosphate, Nitrate) pouvant aboutir à des phénomènes d’eutrophisation.
L’eau carencée en oxygène, permet à ces espèces, de se développer au détriment de la flore indigène.

Traitement chimique[modifier]

Il faut veiller au respect des réglementations existantes, l’application de produits phytosanitaires en milieux aquatique et zones humides est maintenant interdite.

Traitement bactérien[modifier]

On emploi des algicides composées d’acide peroxyacétique (bactéricide), ou des bactéries consommatrices des nitrates et phosphates (métabolisme anaérobie - compétition nutritive avec les algues).

Traitement physique[modifier]

Une exposition des algues à des ultrasons réglés sur la fréquence de résonance de la membrane cellulaire des algues, détruit celle-ci.

La colonisation par des lentilles d'eau[modifier]

Les lentilles (Lemna spp.) peuvent devenir rapidement envahissantes (doublement en 3 jours) recouvrant entièrement un plan d'eau stagnant et eutrophe, c'est-à-dire chargé en substances nutritives. Elles empêchent alors la lumière de pénétrer plus profondément, bloquant la photosynthèse des autres organismes (plantes immergées). Le milieu devient hypoxique (oxygénation insuffisante), ce qui peut provoquer la mort des organismes aquatiques, et accélérant encore le processus. Un brassage de surface accompagné de moyens mécaniques (ratissage, concentration par filet, emploi de pompe de surface, de skimmer) permet d'éradiquer les lentilles.

Quelques plantes invasives phares[modifier]

Certaines plantes invasives sont toujours commercialisées, il faudrait à minima qu’à la vente le client soit informé et averti des problèmes qu’elles peuvent susciter.

Liste non exhaustive des espèces invasives : Nom usuel, Nom scientifique, Famille, Origine, Observations.

  • Cornifle immergée, Ceratophyllum demersum, Ceratophyllaceae, Cosmopolite, Tiges dépourvue de racines
  • Elodée dense, Egeria Densa, Hydrocharitacées, Amérique du sud, Tiges de 3 m de long.
  • Elodée du Canada et l’Elodée de Nuttall, Elodea canadensis-nuttallii, Hydrocharitacées, Amérique du Nord, Tiges inférieures a 1m
  • Hydrocotyle fausse renoncule, Hydrocotyle ranunculoides, Araliaceae, Amérique du Nord, Plante vivace, tiges 30cm avec feuilles flottantes
  • Jussies, Ludwigia, Onagraceae, Cosmopolite, Plantes enracinées Herbiers denses Tiges florifères émergent de 50 à 80 cm.
  • Lagarosiphon, Lagarosiphon major, Hydrocharitacées, Afrique du Sud, Tiges couvertes de feuilles formant un plumeau
  • Lentilles d’eau, Lemna minor-minuta- turionifera, Lemnaceae, Cosmopolite, Vivaces flottant à la surface de l'eau
  • Myriophylle du Brésil, Myriophyllum aquaticum, Haloragacées, Amazonie,Tiges 3 m de long, émergeantes de 30 à 40 cm
  • Myriophylle en épi, Myriophyllum spicatum, Haloragaceae, Indigene, Feuilles immergées. Les tiges en surface forment des touffes très denses, empêchant le passage de la lumière
  • Potamot (crépu, nageant, brillant) , Potamogeton sp., Potamogetonaceae, Cosmopolite, Fort pouvoir de recouvrement.

Glossaire[modifier]

L'EUTROPHISATION : On désigne par eutrophisation la dégradation d'un milieu aquatique, liée à un apport excessif d'éléments nutritifs, essentiellement le phosphore et l'azote qui constituent un véritable engrais pour les plantes. Elle se manifeste par la prolifération excessive des végétaux dont la respiration nocturne puis la décomposition à leur mort provoquent une diminution notable de la teneur en oxygène. Il s'ensuit, entre autres, une diversité animale et végétale amoindrie, le phénomène pouvant même dégénérer dramatiquement en un empoisonnement massif, voire général;

Notes et Références[modifier]

Article publié dans le numéro 8 de la revue Bassins de Jardin
Toute contribution à cet article peut être apportée dans le forum : Plan d'eau : Entretien.