La maladie du sommeil

De Encyclopedie du Bassin
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La maladie du sommeil ("Koi Sleepy Disease" - KSD - en anglais) est une maladie virale connue au japon depuis les années 70, et ses effets dévastateurs sont de plus en plus observés en Europe.

Préambule[modifier]

Le « virus de l'œdème de la carpe » a été détecté au Japon en 1974, où il a provoqué une flambée épidémique provoquant des mortalités élevées chez les Koï juvéniles (= tosaïs). Basée sur les signes cliniques, la maladie était alors nommée « l’œdème viral de la carpe ». Elle appartient au groupe des virus les plus grands et les plus complexes de la famille du Poxviridae avec deux sous¬familles distinctes : les Chordopoxvirinae, qui concernent les vertébrés et donc les poissons ; et les Entomopoxvirinae, rencontrés uniquement chez les insectes. La sous-famille des Chordopoxvirinae inclut notamment le virus de la variole, mais aussi de la mixomatose !

Au cours de ces dernières années, le virus (Carp Edema Virus : CEV ) a été isolé au Japon sur des Koï plus âgés manifestant un comportement somnolent. Ainsi depuis, cette pathologie est dénommée maladie du sommeil (Koï Sleepy Disease). Les poissons affectés montrent des signes de léthargie (pseudo-sommeil), se cantonnent au fond de l'étang et finalement meurent d'anoxie.

En Europe[modifier]

Les premiers cas de CEV en Europe ont été détectés en 2009, puis en 2011 au Royaume-Uni. C'est en 2013 qu'on a recensé la maladie en France et aux Pays-Bas. A l'automne de cette année là, la maladie a été détectée aux Pays-Bas dans un grand bassin à Koï au centre du pays. Au printemps 2014, celle ci est apparue en Autriche dans deux cas non liés (un cas dans un bassin à Koïs, et l'autre concernant une carpe commune adulte importée de République tchèque.

En Allemagne, la maladie a été détectée une première fois en 2014 impliquant plusieurs populations de Koïs dans différents étangs. Au printemps de la même année, plusieurs amateurs ont présenté des Koïs montrant les signes cliniques du CEV : léthargie, ulcérations au niveau de la bouche, ou sur le côté du corps, anus enflammé rougi, énophtalmie, gonflement ou nécrose des branchies affectant jusqu'à un tiers du tissu branchial.

Dans tous les étangs incriminés, la température de l'eau variait entre 17 ° C et 22 ° C. Une défaillance des systèmes de filtration a été exclue en tant que cause du décès, les analyses d'eau n'ayant montré aucune altération. Dans tous les cas, de nouveaux Koïs avaient été achetés au printemps 2014 chez le même détaillant. D'autres espèces de poissons, comme le poisson rouge, et les esturgeons, maintenus dans les mêmes bassins n'ont pas été affectés. Une quantité modérée á élevé de bactéries opportunistes, en particulier Aeromonas spp, a été repérée sur les échantillons prélevés.

Entre 2013 et 2015, dans le cadre d'un programme de surveillance du KHV, des échantillons ont révélé la présence du CEV en Pologne, à la fois sur la carpe commune et dans des élevages de Koïs. Dans tous les étangs, la température de l'eau variait entre 17 °C et 22 °C. Depuis 2013, de nombreux cas sont déclarés chaque année dans tous ces pays.

Les symptômes[modifier]

Cela peut commencer par des sécrétions anormales de mucus, avec une apparition de gonflement (œdème). Les Koïs montrent des anomalies comportementales, des signes de léthargie, évoluant très lentement principalement au fond du bassin. Les poissons apparemment endormis réagissent aux dérangements tels que le bruit ou des stimulations diverses, mais retombent aussitôt en léthargie, parfois couchés sur le côté.

Nage très lente, perte d’équilibre (le poisson nage parfois de côté) : on observe finalement une nécrose des branchies, taches ou hémorragies cutanées, des nageoires rongées. D'autres signes externes d'infection peuvent inclure les yeux enfoncés (énophtalmie) et des branchies pâles et enflées.

Les poissons infectés refusent souvent de manger, les affaiblissant davantage.

En bassin, la maladie se déclenche souvent lorsque la température de l’eau se situe entre 15 et 25°. Les carpes communes (Cyprinus carpio) tombent malades lorsque la température oscille entre 6 et 10°. La mortalité est élevée et un bassin peut voir disparaître 80 à 100% de ses pensionnaires en seulement quelques jours ! Comme pour de nombreuses maladies de Koïs, des infections secondaires ou opportunistes peuvent encore apparaître chez les sujets (carpes commune comme de sélection) infectés par le CEV.

Développement du CEV ?[modifier]

Au Japon, la maladie survient généralement pendant la saison des pluies chez les tosaïs après avoir subi le stress du transport depuis les "mud pond" (étangs) aux bassins de stockage. Bien que l’origine du virus soit inconnue, on présume que les Koïs exposés au stress montrent ensuite des signes de maladie. Les explosions typiques de CEV se produisent après l'ajout de poissons infectés sans quarantaine dans un bassin dont les Koïs sont présumés sains.

La mortalité chez les individus sains exposés au CEV surviennent dès le sixième jour et se poursuit jusqu'au seizième après l'infection. Comme déjà dit, la température de l'eau est un facteur important dans le déclanchement du CEV : il survient entre 15 et 25 °C. Cependant, récemment une nouvelle souche de CEV a été associée à des épisodes de maladie au Royaume-Uni et aux Pays-Bas chez la carpe, entre 6 et 9 °C. Depuis quelques années, on peut émettre l'hypothèse que le virus ait muté et qu'il se soit adapté aux conditions européennes.

Transmission[modifier]

La maladie, très contagieuse, se transmet d’un poisson à un autre, porteur du virus, qu’il soit malade ou pas. Celui-ci peut être transmis par exposition à de l'eau contaminée. Le poisson malade qui excrète le virus dans l'eau, suite à des lésions de branchies ou de la peau, est probablement un mode de transmission important. On ignore encore si le CEV est transmissible verticalement (dans les œufs ou les spermatozoïdes). De même, on ne sait pas si les poissons exposés éliminent le virus après l'infection ou s’ils peuvent l’héberger par la suite. La durée pendant laquelle le virus reste actif dans l'eau est également inconnue.

L'hôte infecté pourrait héberger le virus très longtemps sans être malade. Le matériel tel que les filets, les épuisettes, bacs… sont des véhicules propices à la transmission du virus d’un bassin à un autre.

Actuellement, on connaît peu de choses sur les relations génétiques du CEV et d'autres Poxvirus du poisson. Cependant, la comparaison des séquences génétiques de souches de CEV du monde entier chez la carpe commune, et la carpe Koï, ont révélé qu'elles représentent probablement une seule et unique espèce de Poxvirus.

Le commerce mondial des Koï représente un véritable danger pour la propagation des infections virales. Un bon exemple est le virus de l'herpès du Koï (KHV). Cette maladie, dont la déclaration est obligatoire, cause d'immenses dommages partout dans le monde. Les virus du poisson n'infectent pas les humains et le CEV n'est donc pas dangereux pour l'Homme.

Précautions[modifier]

Bien que des tests de diagnostic du CEV n'aient été développés que récemment, demandez à vos fournisseurs si ceux-ci ont été effectués sur les poissons commercialisés et demandez une copie de la documentation des résultats de laboratoire. On doit toujours isoler et tester les poissons malades présentant des signes suspects. De plus, il faut retirer immédiatement les poissons morts des bassins pour minimiser la transmission de maladies, quelles qu'elles soient.

Les propriétaires de Koïs doivent mettre les nouveaux spécimens en quarantaine, tester les nouveaux arrivants, éviter la surpopulation et les événements stressants en maintenant une bonne qualité d'eau.

La quarantaine est la méthode la plus fiable pour éviter l'introduction de pathogènes dans un bassin. Pour être efficace, tous les nouveaux poissons doivent être conservés dans un bassin distinct. Croiser le peuplement en prélevant quelques sujets du bassin principal. C'est la seule manière de tester les nouveaux Koïs.

On doit également d'abord nourrir et manipuler les sujets du bassin principal avant de soigner les nouveaux poissons, ceci afin d'éviter d'introduire des agents pathogènes depuis la pièce de quarantaine jusqu'au bassin principal

Le matériel du bassin de quarantaine doit être spécifique et son usage réservé uniquement à celui-ci tandis que le bassin principal dispose de son équipement propre. On prévoit un tapis de désinfection à l’entrée du local de quarantaine pour éviter la propagation du virus. Les Koïs doivent être mis en quarantaine pendant au moins 30 jours dans une eau à température constante (entre 15 et 25 °C).

Traitement[modifier]

Au Japon, les producteurs de Koï estiment que le sel dosé à 0,5% (5g / L) aide à prévenir l'infection après que les tosaïs (koï d’un été) aient subi le stress du passage des bassins de nurserie aux bassins de stockage.

Certains producteurs évitent la récolte pendant les périodes où la température de l'eau se situe entre 15 et 25°C. L’addition de sel à 0,5 % dans l’eau pendant plusieurs semaines et une élévation de la température à 30° permettent également de limiter la maladie.
La technique de l'ajout de sel est déjà employé par des propriétaires de bassin, mais le risque ultérieur de diffuser le CEV par des porteurs sains n'est alors pas exclu.

Une quarantaine est donc fortement recommandée lors de nouveaux achats. Si la maladie apparaît, comme il n’existe pas de vaccin, il est conseillé d'écarter définitivement les poissons éventuellement atteints et de prendre toutes mesures pour éviter la propagation du virus.

Notes et références[modifier]

Avec la participation de Francis REIS Les Naiades
Article publié dans le numéro 28 de la revue Bassins de Jardin