La création d'un étang

De Encyclopedie du Bassin
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Établir un étang chez soi ne se fait pas à la légère. Non seulement il faut de la place, des moyens, mais l'on doit également s'assurer que l'on ne contrevient pas à la législation en vigueur tout en étant vigilant à ce que cette pièce d'eau aux dimensions raisonnables soit sécurisée. De plus, l'entretien d'une telle installation exige une gestion rigoureuse de l'espace aquatique comme des alentours.'

Un étang densement planté est du plus bel effet. (Photo : Firestone)


Préambule[modifier]

Au préalable, il convient de définir ce qu'est un étang. Parmi les descriptions les plus courantes, on retiendra qu'il s'agit d'une étendue d'eau de faible profondeur, généralement stagnante, située dans une cuvette naturelle ou creusée par l'Homme. Si l'on se réfère aux ressources lexicales expertes, l'étang se distingue ainsi du lac par sa faible profondeur et des dimensions moindres. Cependant, il est à noter que certaines étendues d'eau sur les cartes géographiques reçoivent le nom officiel d'étang alors qu'il s'agirait plutôt de ... lacs ! De quoi ajouter un peu plus à la confusion. Afin de ne pas égarer le lecteur, il ne sera donc question ici que des pièces d'eau qui répondent à la première description donnée en préambule.

La création (forme, profondeur, végétation..) tiendra compte des problèmes d'entretiens, la végétalisation des berges et des digues ira de pair avec la mise en place des plantes aquatiques tels des roseaux, iris et joncs. On veillera à prévoir l'aération de l’étang : Aérateurs gravitaires, Aérateurs de surface, Matériels de compression, Oxygénateurs, Diffuseurs...

L'étude de faisabilité est indispensable avant de commencer tout projet et toute démarche.

Le choix du site[modifier]

Le choix de l'emplacement se fait selon les critères suivants.

  • L'alimentation, en eau de bonne qualité (richesse en nutriments, azote, phosphore…), non soumise à restriction et constante, se pratique de préférence par gravité afin de compenser les pertes par infiltration et à l'évaporation. L'exploitation d'eaux de source, d'eaux souterraines (nappes phréatiques), doit être étudiée avec beaucoup de prudence pour ne pas fragiliser d’autres milieux naturels. On privilégiera ainsi une prise au fil de l'eau ou un seuil, voir un barrage s'il n'a qu'un impact moindre sur le biotope.
  • La qualité des sols (argile sableuse, limon argiIo- sableux et limon argileux) est également importante. On évite les affleurements rocheux, gravier, grès, sols calcaires, sols sablonneux, termitières, etc. Le sous-sol doit être aussi homogène et imperméable que possible sous peine de nécessiter la mise en œuvre de méthodes d'étanchéification.
  • Il ne faut pas négliger l'aptitude de la topographie du lieu. Le site doit être non inondable et autorisant un drainage des eaux par gravité (pente de moins de 5%). On privilégie un site qui engage des travaux de terrassement réduits et où il sera possible d'équilibrer les volumes des déblais et des remblais. Le relief et l'environnement définissent les contraintes.
  • Viennent enfin les usages qui seront faits de l'étang et qui contribuent bien sûr à la sélection de l'emplacement : loisirs (pêche, baignade ... ) pour lesquels on aménagera l'espace avec des zones plus ou moins profondes, des pentes plus ou moins douces.

Le chantier[modifier]

Détail du plan d'eau. (Illustration : Marie - Forum-Bassin)
  • On commence par délimiter la zone de construction par des piquets en bois, des cordages et une zone de travail et de passage de 3 m au-delà des digues.
  • Ensuite, il faut débroussailler, défricher la végétation, les arbustes, les arbres (y compris des racines ligneuses et des souches) et retirer toutes les grosses pierres sur la zone totale étendue à 10 m tout autour.
  • On délimite au centre de cette zone la surface occupée par l'étang jusqu'aux limites extérieures des digues de l'étang.
  • On procède à l'excavation, c'est-à-dire l'extraction de la couche de terre végétale.

- Pour cela, on l'ameublit en la labourant avant de la retirer (5 cm à 1 m selon localisation) sur toute la surface de l'étang, y compris les digues.
- Cette terre est entreposée à proximité. On pourra ensuite utiliser ce sol organique riche soit en revêtement du sommet et de la paroi sèche des digues, soit en revêtement du fond de l'étang pour en accroître sa fertilité.

  • On trace à l'aide d'une ficelle épaisse ou d'une corde les limites intérieures de l'étang (hors digues).
  • On va piqueter le fond de l'étang en indiquant sur chaque piquet les hauteurs à creuser.

Excavation[modifier]

Etang de barrage .[modifier]

La présence d'une digue permet d'empêcher le déversement d'eaux pluviales qui pourraient apporter divers éléments toxiques dans l'étang.
(Illustration : Marie - Forum-Bassin)

L'imperméabilité de la digue sera assurée par une terre argileuse et/ou une barrière d'étanchéité (tranchée de 50 cm de large, profonde jusqu'à 20 cm sous la couche imperméable, creusée à l'aplomb de l'axe de la digue). La hauteur de la digue dépendra de la profondeur souhaitée (minimum 0,6 m pour un sol argileux) ; on doit prévoir 20% de tassement des déblais et de surface de l'étang (poussée).
Exemple :

  • surface étang 200m2 - profondeur 0,8m = Hauteur 1m, Largeur : sommet 0,8 , base 4m
  • surface étang 1000m2 - profondeur 1,3m = Hauteur 1,8m, Largeur : sommet 2m, base 9m

La pente de la digue coté étang 25%, côté sec 30% à plus. Elle doit comporter une « revanche » minimale de 0,40 mètre au-dessus des plus hautes eaux. Aucune végétation ligneuse ne doit y être maintenue. Pour limiter le tassement, la digue sera construite par tranche de 15 cm mouillée et tassée.

Etangs creusés.[modifier]

Ces étangs sont réalisés par simple excavation du sol, alimentés par les eaux de pluie et de ruissellement (fond plat drainé par une dépression naturelle) ou alimentés par des sources ou des infiltrations (nappe phréatique proche de la surface).
On doit creuser à la verticale jusqu'à la profondeur prévue, dans les limites fixées pour l'étang. Le fond de celui-ci ne doit pas atteindre la surface de la nappe phréatique, ce qui interdirait toute possibilité d'assec.

Fossés de vidange de l'assiette de l'étang[modifier]

Le fond d'un étang qui puisse être vidangé doit avoir une pente de 1 % depuis le côté où l'eau arrive jusqu'à sa sortie pour assurer un assèchement facile et complet Lorsque la pente de l'assiette est insuffisante (grands étangs, étangs de barrage ... ), on peut creuser un réseau régulier de fossés de drainage (30 cm x 30 cm, rayonnant ou disposés en « arêtes de poisson ») à partir du dispositif de vidange-fosse de capture (pente 0,2%).

Berges[modifier]

On profile les côtés de l'étang suivant les pentes voulues. On utilise les déblais pour la digue, on étale les surplus autour de l'étendue d'eau en pente douce (hauteur maximum 1 m) ou encore on constitue un tas à partir de 4 m minimum de l'étang (pente de 15°).
Il faut rapporter la terre végétale pour recouvrir les déblais et le sommet des digues, planter du gazon pour limiter l'érosion. On ne doit jamais planter d'arbustes dont les racines affaibliraient les digues. Des graminées vivaces (rhizomes ou stolons) se développent rapidement et sont une bonne protection. On végétalise rapidement les berges afin d'éviter l'installation inopinée de plantes invasives.

Mise en eau de l'étang[modifier]

La prise d'eau permet l'alimentation de l'étang.
(Illustration : Marie - Forum-Bassin)

On procède à des mises en eau partielles de 0,40 cm. Il faut donc agir lentement afin de vérifier l'état des digues et éventuellement réparer les fissures à mesure qu'elles apparaissent. Il faut alors compacter, vider puis laisser passer plusieurs jours.
On répète l'opération remplissage/vidange de 40 cm en 40 cm tant que les problèmes subsistent.

Un canal (ou fossé) de protection, devra protéger l'étang des eaux de ruissellement qui souvent turbides, voire chargées de substances toxiques tels que les pesticides.

La prise d'eau sera combinée à un ouvrage prévu dans le canal de dérivation qui doit acheminer le précieux liquide jusqu'à l'étang par gravité et jusqu'au point le plus élevé possible. Il permet de réguler l'approvisionnement en eau. L'ouvrage peut être réalisé en parpaings ancrés dans les berges du canal et dans les rainures où s'insèrent des planchettes amovibles en bois imperméabilisé par des chambres à air ou encore des plaques plastiques. L'ouvrage, ne devant pas bloquer complètement l'eau, n'a pas besoin d'être 100% étanche. On peut aussi le protéger d'éventuels débris par une protection en gabions en amont du cours d'eau. Il faut cependant faire attention à ce qu'il ne soit pas un obstacle à l'écoulement des crues.

Dans le cas d'un étang alimenté en amont par un cours d'eau et se rejetant en aval dans ce même cours d'eau, il convient d'interdire le passage du poisson tant en amont qu'en aval. Le dispositif de prélèvement des eaux doit être réalisé de façon à pouvoir réguler le débit entrant dans la limite du prélèvement autorisé et à pouvoir l'interrompre totalement. Ce dispositif devra également maintenir dans le cours d'eau un débit minimal garantissant en permanence la vie, la circulation et la reproduction des espèces vivantes.

Le niveau du fond d'un canal d'alimentation doit de préférence se trouver à au moins 10 cm au-dessus du niveau normal de l'eau de l'étang (pour permettre une mise en assec complète). On élabore une pente très faible avec une longueur la plus courte possible afin d'éviter les pertes par infiltration. La construction peut être en argile, en béton ou même en terre... Elle doit avoir une forme trapézoïdale, d'une profondeur de 20 à 50 cm plus importante que le niveau d'eau courant.

Vidange[modifier]

L'étang peut également être un moyen d'accueillir des carpes koï qui apprécient les grands volumes d'eau. On note ici la présence de cordes qui vont empêcher la prédation des hérons. À l'avant-plan, les laitues d'eau (Pistia stratiotes) forment un couvert végétal apprécié mais il s'agit de plantes gélives qui ne passeront pas l'hiver en extérieur sous nos latitudes. (Photo : Christine27 - Forum-Bassin)

La vidange de l'étang peut être prévue par un tuyau enterré sous la digue côté opposé à l'alimentation d'une légère pente (sortie 10 cm plus bas que le fond de l'étang), muni d'une vanne à la sortie pour une étanchéité parfaite. La prise d'eau à l'extrémité du tuyau d'évacuation dans l'étang peut être réalisé par un « moine >> (1>. Le tuyau sera fixé dans deux blocs de béton dans la digue. Le « moine >> reposera sur une base béton et assurera la gestion du niveau de l'eau. Il évitera le départ de flottants, suivi d'un filtre à graviers avec une section adaptée pour permettre à toute l'eau rejetée de transiter par ce filtre pour un débit de rejet inférieur à 10 1/,s, sauf si les eaux se perdent et ne sont pas en relation avec un cours d'eau naturel.

Un déversoir (trop-plein intégré à la partie supérieure de la digue dans un angle à 15 cm en dessous du niveau d'eau maximale, sortie au niveau de l'eau maximale) assurera l'évacuation des quantités d'eau excédentaire, évitant tout débordement susceptible de noyer et détruire les digues. Ce peut être le haut du « moine » si celui-ci est étanche (tuyau vertical de prise d'eau avec des vannes d'entrée à différentes hauteurs)

Le diamètre des tuyaux d'évacuation dépendent du volume d'eau (10 cm = 29 m3/h, 15 cm= 65 m3/h, 20 cm= 112 m3/h).

Le rejet[modifier]

Les eaux restituées au ruisseau naturel ne doivent jamais réchauffer ses eaux de plus de 0,5 °C en période sèche (entre le 15 juin et le 15 octobre en France). De plus, les eaux rejetées doivent être dans un état de salubrité et de pureté proche de celui du cours d'eau naturel.

Législation[modifier]

Selon son mode d'alimentation en eau, son positionnement par rapport au cours d'eau, la hauteur de ses digues, sa surface, sa destination, la création de plans d'eau peut être soumise à différentes rubriques de la loi sur l'eau, voire à différentes réglementations: POS (PLU), SDAGE, SAGE, article L.311-11 du Code Forestier, Code de l'environnement (CE), Code de l'Urbanisme, Code de la Santé Publique, Règlement Sanitaire Départemental. .. Certaines Installations, ainsi qu'Ouvrages, Travaux et Activités (IOTA) sont soumis à autorisation ou à déclaration.
Pour simplifier :

  • Si la surface du plan d'eau que l'on désire creuser est supérieure à 100 m2 et si la profondeur est supérieure à 2 m, une autorisation doit être demandée à la mairie au titre des({ installations et travaux divers ».
  • Pour une surface comprise entre 1 000 m2 et 3 ha, il faut une déclaration auprès de la MISE(Mission Inter-Services de l'Eau).
  • Si la surface est supérieure à 3 ha, c'est alors une demande d'Autorisation auprès de la MISE.
  • Par ailleurs sera soumis à déclaration ou autorisation:

- Si le projet touche un cours d'eau.
- Si il y a assèchement, remblais de zones humide.
- Si le projet se situe sur une parcelle boisée.
Il convient de se rapprocher de sa mairie pour connaître la procédure à suivre et vérifier la cohérence du projet avec les règlements d'urbanisme.

Glossaire[modifier]

(1) Moine : structure bétonnée en « U » qui comprend une grille à barreaux verticaux, puis un dispositif permettant d'ajuster le débit d'entrée avec des planchettes amovibles sur la face ouverte du U pour les diverses hauteurs des prises d'eau. La largeur de ce « moine » et sa profondeur en arrière des planches sont égales à deux fois le diamètre de la buse d'évacuation.

Notes et références[modifier]

Article publié dans le numéro 10 de la revue "Bassins de Jardin"
Toute contribution à cet article peut être apportée dans le forum Plan d'eau : Création

Bibliographie[modifier]

Guides pratiques pour la création d'étangs. Textes relatifs en Belgique http://environnement.wallonie.be/publi/dnf/guide_etangs.pdf

Rubriques nomenclature « Loi sur l’eau » (article R214-1 du code de l’environnement) (format pdf - 92.8 ko - 25/09/2008), avec lien vers les arrêtés ministériels http://ddaf38.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/Tableau_Rubriques_nomenclature_avec_liens_AM_oct09_cle01d151.pdf

Exemples de guides en référence en Isère. Consultez la MISE de votre localité. Fiche pour le signalement de projet (toutes rubriques) (format pdf - 63.3 ko - 04/03/2011) http://ddaf38.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/Fiche_pour_Signalement_de_Projet_toutes_rubriques_cle81eafb.pdf

Fiche de signalement d’un projet de plan d’eau (format pdf - 42.1 ko - 12/03/2009) Rubrique 3.2.3.0 http://ddaf38.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/Fiche_pour_Signalement_de_Projet_toutes_rubriques_cle81eafb.pdf

Guide pour l’élaboration des dossiers "loi sur l’eau" rubrique 2.1.5.0 - Rejets d’eaux pluviales (format pdf - 827.6 ko - 12/10/2009) version du 29 avril 2010 http://ddaf38.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/Rubrique2150_GuidePluvial_DDT_RA_ValideCIMRA29avril2010_cle05b6b8.pdf

Exemple : Mission Interservices de l'Eau Charente (format pdf - 2277 ko ) version de 01 Janvier 2010 http://www.cpa-lathus.asso.fr/tmr/fichiers/117/12/DDT%20Guide%20procedure%20plans%20d%5C'eau.pdf