Choisir un filtre a tambour

De Encyclopedie du Bassin
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le choix d’un filtre à tambour en début d’une chaine de filtration, devant une filtration biologique, s’impose de plus en plus; autonettoyant, d’une filtration très fine, il remplace avantageusement les filtrations mécaniques utilisées précédemment. Il convient de suivre quelques indications pour son achat.

Vue 3D d'un filtre à tambour

Rappel du fonctionnement d’un FAT[modifier]

Le filtre est composé d’une cuve ou est logé un tambour rotatif revêtu d’une membrane filtrante sur sa périphérie. L’eau du bassin est dirigée à l’intérieur du tambour et, pour quitter ce filtre, l’eau doit traverser la membrane filtrante pour, débarrassée de ses particules, aller dans un filtre biologique.

Au fur et à mesure du passage de l’eau sale dans le tambour, les résidus se déposent sur l’intérieur de la membrane qui se colmate progressivement. Le passage de l'eau est freiné, provoquant une différence de niveau entre l’aval et l’amont du tamis.

Des sondes mesurant les hauteurs d’eau démarrent le cycle de nettoyage du tambour. Le tambour tourne très lentement et les buses disposées sur la partie supérieure (côté externe du tambour) projettent des jets d’eau sur la membrane filtrante. Sous la pression de l'eau, les résidus sont expulsés et évacués par une gouttière de collecte vers l’égout.

Un marché saturé de constructeurs et de revendeurs, n’est pas le meilleur gage d’une communication de données précises et fiables, permettant à l’acheteur de choisir le matériel en adéquation à ses besoins.

L’examen de quelques critères de sélection permettront de guider son choix.

Le prix n’est garant ni de la qualité ni des capacités du filtre. Rien ne dit que celui-ci soit calculé sur le prix de revient de composants de qualité et d’une marge correcte, et non sur un prix marketing de positionnement concurrentiel. Le marché agressif entraîne une baisse des prix. Les constructeurs jouent sur les prix de revient donc la qualité des produits.

Mode de filtration[modifier]

Très majoritairement, les filtres à tambour sont prévus pour fonctionner en mode gravitaire (l’eau passe du bassin aux filtres par gravitation) afin d'éviter la fragmentation des particules résultant d'un pompage. Mais la majorité des bassins sont encore réalisés en mode pompage (pompe dans le bassin qui envoie l’eau aux filtres).


En mode pompage, il faut rechercher un filtre spécifique pour ce mode. Un filtre dit convertible peut ne pas bien prendre en compte ce mode d’alimentation: soit parce que les capteurs de niveaux risquent d’être bloqués par des algues hachées (ce qui n’arrive pas en mode gravitaire), soit parce qu’il sera nécessaire de “bricoler” pour rendre le filtre utilisable en mode pompage. Ainsi certains filtres ne disposant que de sorties basses, il faudra réaliser une modification pour maintenir un niveau d’eau constant dans le filtre, un contrôleur capable de détecter soit un niveau d’eau anormal, soit un cycle de rinçages élevé, coupera le système.

En mode gravitaire, on ne risque pas la vidange du bassin, mais si le filtre est en panne, une sécurité “manque d’eau” sera indispensable pour couper l’alimentation du filtre, et celle de la pompe de circulation ou des UV.

Une lampe UVC de type Amalgam, est détruite en quelques minutes si elle se retrouve à l’air libre suite à une vidange partielle de la cuve où elle est située.

Les bonnes pompes actuelles disposent de sécurité manque d’eau, mais bien sur pas si vous possédez une pompe pression type piscine...

Même un bon filtre qui présente toutes les qualités peut se révéler dangereux pour le bassin s’il n’est pas équipé de dispositifs de sécurité efficaces et fiables.

La taille[modifier]

Vue intérieure d’un FAT autoconstruction - (Photo : lolodu62 - Forum-Bassin)

De la taille du filtre dépend sa capacité à traiter les déchets de votre bassin.

Plus le filtre est grand, moins il devra procéder à des rinçages, ceci pour un débit précis et connu.

Un bassin à Koïs étant généralement filtré en deux heures, il ne suffit pas de choisir un filtre dont le débit annoncé correspond à vos besoins... trop facile !

Les caractéristiques annoncées par les constructeurs sont souvent issues d’essais réalisés en intérieur et les valeurs souvent arrondies à la hausse afin de rendre le matériel plus sexy !

Au mieux, le filtre acceptera le débit annoncé. Mais avec des rinçages trop fréquents, un filtre doit normalement procéder en moyenne à un rinçage 3 à 4 fois par heure maximum durant les mois d’été, beaucoup moins en automne ou au printemps, et en hiver une ou deux fois par jour.

Deuxième piège, la taille du filtre à prendre en compte n’est pas celle de la caisse, mais celle du tambour. Le tamis étant l’élément à prendre en considération, il faut comparer la surface de tamis utile, c’est-à-dire celle qui est immergée réellement dans l’eau et qui tamise l’eau du bassin. Hors ces chiffres sont rarement disponibles.

La taille du tambour est un des éléments majeurs pour le choix d’un filtre, mais encore faut-il le déterminer précisément pour le comparer à d’autres modèles.

Le tamis et sa membrane[modifier]

En standard les membranes sont de 70 – 63 microns.

Certains constructeurs proposent en série, des membranes de 50 microns. Ce qui est un maximum dans le domaine du bassin, on peut aller au-delà en aquariophilie ou en bassin intérieur. Parfois certains filtres sont équipés de toiles de 80 ou 125 microns, c’est un peu moins bon, mais elles sont adaptées à certaines situations particulières.

Certains se focalisent sur la finesse de filtration de la membrane et acquièrent un filtre standard et le modifient avec une membrane de 40 ou 30 microns, c’est une erreur: autant passer à une autre technique qui le permet (filtre à bande sans fin ou filtre à papier).

Une membrane de filtre est certes une pièce d’usure, mais bien entretenue, elle tiendra une dizaine d’années sans problème.

La finesse de filtration et le débit de filtration sont en étroite relation. On retiendra qu’en mode gravitaire (donc, pas en pompage) un bassin filtré en 2 heures minimum, équipé d’un filtre à membrane de 70 microns doit procurer toute satisfaction. On ne verra aucune différence visuelle si ce même bassin était filtré en 1 heure, il est donc inutile de sur dimensionner ce qui entraînerait aussi d’autres pompes d’autres tuyaux donc des surcoûts.

La matière et les matériaux[modifier]

Différents matériaux sont utilisés pour la construction d’un filtre: des matières synthétiques telles que le polypropylène (PP), le polyéthylène haute densité (HDPE) ou encore l’acier Inox.

Certains composants internes pourront être en PVC, en ABS ou en POM....

On trouvera principalement des filtres 100% synthétiques en PP, des filtres composés d’un bâti en PP avec les équipements internes (tambour, goulotte etc) en acier Inox, et des filtres 100% acier Inox.

Sauf exception, de petits filtres très compacts (10 m3/h) réalisés dans une caisse en synthétique extrudé (d’une seule pièce), les filtres sont composés d’éléments soudés: que ce soit pour le synthétique ou l’acier Inox.

Certains modèles sont fabriqués en tôles d’acier préalablement pliées, ensuite assemblées par des boulons: cette technique offre dans certains cas, certains avantages...

Le budget consenti peut orienter vers le synthétique ou vers l’acier Inox. Le marché propose maintenant des filtres en PP tout aussi solides et efficaces que des modèles en Inox.

Un filtre en synthétique restera intègre et en parfait état dans son local technique, même après plusieurs dizaines d’années, ce qui n'est pas forcément le cas de l'acier Inox qui reste sensible à la corrosion (d'origine caverneuse, galvanique, mauvaise passivation etc). Raison pour laquelle, certains professionnels préfèrent à l'Inox le synthétique (insensible au sel, à de nombreux produits chimiques, isolant électrique).

Quant à l’efficacité, et bien elle ne dépend pas de la matière mais bien des composants, de la sophistication, de la recherche et de l’expérience des constructeurs.

Filtre mécanique seul ou avec filtre bio (combi)[modifier]

Combi tout en un comprenant un filtre à tambour, un filtre biologique, une UV pour un bassin de 20m3 - (Photo : Henri - Forum-Bassin)

Les constructeurs proposent souvent des tambours (filtres mécaniques) dans une caisse contenant également un compartiment biologique.

Ils nécessitent une surface au sol réduite, pas de raccordement tambour >< filtre biologique, généralement un emplacement pour un ou plusieurs UV à immersion est prévu, et la finition d’un ensemble Combi est souvent plus réussie qu’une installation mixte....

Mais le volume biologique peut être un peu juste. Ces Combi s’adressent donc à des propriétaires de bassin réfléchis, soucieux de la qualité d’eau de leur bassin et donc directement, du bien-être animal, qui respectent une densité d’empoissonnement raisonnable (1 Koï adulte pour 2 à 3 m3 d’eau).

Malheureusement, trop souvent, la densité d’empoissonnement est telle qu’il faut redimensionner la taille du filtre bio. En ce cas: soit on ajoute un second filtre biologique à un Combi (et l’on en profite pour installer des medias biologiques différents de ceux installés dans le Combi) ; soit on opte pour un filtre à tambour après lequel on installe un gros filtre biologique séparé.

En comparant les nombreux modèles de filtres, on se retrouve finalement face à de nombreuses combinaisons possibles: mais n’est-il pas préférable d’avoir l’embarras du choix plutôt que l’inverse ?

L'entrainement du filtre[modifier]

Le tambour reposant sur des galets, il est entrainé par un moteur.

Un motoréducteur puissant en prise directe est préférable à un micromoteur à entrainement par courroie ou roue dentée et pignon.

Source de problème à répétition, ces petits moteurs sont tolérables sur de petits filtres compacts (< 10 m3/h).

La pompe de rinçage[modifier]

Détails d’un FAT, le tamis, la rampe de rinçage, la goulotte d’évacuation - (Photo : Forum-Bassin)

Durant la phase de nettoyage, une pompe pression aspire de l’eau dans le filtre, pour la refouler sous pression dans la rampe de rinçage qui comporte les pulvérisateurs.

Cette pompe est généralement proposée en version immergée, installée dans le compartiment “eau filtrée” du filtre. Elle n’émet alors aucun bruit perceptible, et ne risque pas de geler, contrairement à une pompe externe. Les pompes externes sont tout aussi valables, pourvu qu’elles permettent une pression suffisante (> 4,2 b), mais sont plus fragiles en hiver, et émettent beaucoup de bruit.

Niveau sonore[modifier]

En été, le filtre doit normalement effectuer un rinçage toutes les 20 minutes, ceci durant 10 à 15 secondes.

Un bruit, généré par le filtre, important, peut provoquer sinon une gêne, voire des problèmes de voisinage. Pour donner un ordre de grandeur, un filtre, avec pompe pression interne immergée, et protection anti-bruit génèrera du bruit à un niveau de 50 –55 dB soit l’équivalent d’un lave-vaisselle. Mais un surpresseur externe génère à lui seul près de 70 dB soit le son émis par un aspirateur; si en plus, le filtre n’est pas insonorisé, on atteint alors les 75 à 80 dB, soit le bruit émis par une tondeuse. On veillera, si le filtre de son choix comporte un surpresseur externe, à ce que ce dernier soit d’une marque connue et d’un niveau sonore le plus faible possible.

Le contrôleur[modifier]

La régulation commande principalement le fonctionnement du filtre: par l’intermédiaire de capteurs, elle va déclencher au moment voulu le moteur, la pompe de rinçage...

Au minimum, on aura aussi une sécurité manque d’eau ainsi qu’une détection de couvercle ouvert (qui coupe l’ensemble du système si on soulève le capot du filtre).

Certains constructeurs proposent bien plus, en série ou en option: facilité pour régler la durée de rotation du tambour, facilité de langage en cas de contrôleur digital, commande externe possible par Smartphone, collecte de données afin de vérifier la fréquence de rinçages etc etc.

Le contrôleur de base est évidemment toujours de série: après, à chacun d’adapter en fonctions de son budget et de ses goûts.

Service[modifier]

Enfin, le service est à considérer sur cet achat d’importance. Un service tout d’abord de conseil sur le filtre le mieux adapté à ses besoins et aussi sur le bassin (le meilleur des filtres ne pourra pas grand-chose avec un réseau de tuyaux mal pensé). Et un service après-vente efficace qui prendra en charge tout incident (certes rarement grave, et souvent prévisible) sur une machine qui comporte des pièces mobiles.

Autoconstruction[modifier]

Pour des experts en bricolage et suivant des plan précis, il est possible de réaliser son propre filtre à tambour.

Une installation d’un FAT devant un filtre bio à bead demande une étude précise de la tuyauterie. (Photo : Nexus6 - Forum-Bassin)
Autoconstruction FAT. (Photo : Juju18 - Forum-Bassin)


La rampe du FAT, autoconstruction. (Photo : Juju18 - Forum-Bassin)


FAT Aluminium immergé. (Photo : PLANTAQUA - Forum-Bassin)


Notes et références[modifier]

Avec la participation de Francis REIS Les Naiades