Les maladies des Koïs

De Encyclopedie du Bassin
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Photo d'une des formations organisée par l'association CÔTÉ BASSIN (Photo Yves83 - Forum-Bassin)

Préambule[modifier]

Une carpe Koï est un poisson qui, comme tout animal, peut au cours de sa vie tomber malade. Il faut dans ce cas réagir rapidement pour identifier, soigner et éviter une propagation de la maladie sur tout le groupe.

Il faut pouvoir diagnostiquer de façon précise la cause de la maladie et pour cela, on doit être capable de reconnaître les symptômes, si possible faire un frottis et une recherche avec un microscope ou consulter rapidement un professionnel ou un vétérinaire. Seul ce diagnostic permettra de faire un traitement adéquat.


Les symptômes visibles:

Le comportement :

- Nage tête orientée vers le haut ou le bas

- Frottement du Koï sur le fond, les parois, les bondes ou retour d'eau

- Couché au fond du bassin, nageoires pectorales serrées

- Mise à l'écart du reste du groupe

- Saute hors de l'eau

- Ne s’alimente plus

Les changements corporels :

- Augmentation du mucus

- Nageoires troubles ou touchées par une inflammation

- Rougeurs sur le corps

- Écailles redressées

-Peau blanchâtre sans éclat

Le contrôle des paramètres de l'eau[modifier]

Dès l'apparition d'un ou plusieurs signes, il convient de contrôler immédiatement les paramètres de l'eau : pH, Ammoniac, nitrite, taux d'oxygène ; ainsi que l'état de la filtration et le bon fonctionnement de tous les appareils du circuit d'eau : UV, ozone, résines, etc...


    1. Le pH :

Il doit être compris entre 6.5 et 8.5 et ne pas varier trop fortement sur la journée.

Les Koïs peuvent vivre un certain temps au-delà de ces limites mais ils sont alors dans un état de stress permanent favorisant les maladies.


    2.	L'ammoniac :

Le test colorimétrique doit être le plus proche de 0.0 mg/l

Si la valeur mesurée est >0.3 mg/l et que le pH dépasse 8,5, il faut effectuer des changements immédiats de l'eau, arrêter la nourriture, vérifier le bon fonctionnement du filtre et l'absence de déchets qui se dégradent dans le bassin.

    3.	Les nitrites :

Une valeur > 0.3 mg/l ne doit jamais être dépassée.

Des changements d'eau, avec arrêt de la nourriture, sont à faire.

Il faut chercher la présence d'une zone anaérobie dans le bassin et le filtre susceptible de retransformer les nitrates présents dans l'eau en nitrites.

    4.	Le taux d'oxygène :

Les Koïs ont besoin pour leur métabolisme d’une valeur supérieure à 4 mg/l.

Les bactéries du cycle de l'azote présentes dans le filtre ont besoin de 2 mg/l.

Il faut donc préserver constamment une valeur supérieure à 6 mg/l.

Celle-ci est habituellement atteinte quand l'eau est inférieure à 18° et pendant la journée en été, mais elle peut descendre très bas pendant la nuit dans de l'eau chaude (> 20°).

Les changements trop importants de cette concentration mettent les Koïs en situation de stress.

Si le taux d'oxygène descend la nuit, il faut augmenter l'aération du bassin.

    5.	Le filtre :

Un filtre saturé présente des zones anaérobies qui favorisent l'installation de bactéries pathogènes et/ou la mise en place d'une re-transformation des nitrates en nitrites.

    6.	Les autres appareils (uv, ozone, résines) :

Il faut vérifier leur bon fonctionnement qui peut avoir une influence sur la qualité de l'eau.

Le stress[modifier]

Le stress est une réaction normale de tout être vivant face au danger, il permet à l'organisme de réagir pour se protéger.

Mais une présence permanente du stress va fatiguer l'organisme avec pour conséquence une diminution de la réaction contre cette agression.

Le stress peut être engendré par :

- Des variations brusques des paramètres de l'eau (pH, O², T°).

- Une absence de cachette.

- La présence d'un prédateur.

- Une trop forte concentration de poissons.

- Une ou plusieurs valeurs de l'eau hors des normes (pH, ammoniac, nitrite, O², t°...).

- Un bruit ou vibration désagréable et permanente (sons amplifiés dans l'eau).

- L'introduction de nouveaux Koïs.


Le milieu ambiant[modifier]

Les Koïs vivent dans un milieu fermé, le bassin, ou les parasites et bactéries pathogènes sont pratiquement toujours présents par l'apport de nouveaux spécimens, les oiseaux qui viennent boire, les batraciens ou autres. Ces poissons ont toujours des pathogènes sur leur corps mais en situation normale leur organisme se défend efficacement, les empêchant de tomber malades.

Seuls les changements décrits plus haut affaiblissent les Koïs et entraînent une maladie.

Des changements réguliers de l'eau permettent de faire diminuer la pression bactérienne et le renouvellement des minéraux nécessaires à l'organisme des Koïs.

Les infections parasitaires[modifier]

Les parasites infectant les Koïs sont pour la plupart invisibles à l'œil nu et demande un frottis avec observation sous le microscope.

Ichthyophthirius multifilis (points blancs)[modifier]

Cycle du parasite protozoaire Ichthyophthirius multifiliis (points blancs) - Illustration : www.koiconnect.com

Le parasite le plus connu en aquariophilie est moins fréquent dans les bassins. Il a un cycle de vie par étape, important pour son élimination car seule la forme de parasite libre dans l'eau peut être tuée.

Le cycle du parasite

-1 : Théront libéré du poisson

-2 : Fixation sur un support avec multiplication (coque)

-3 : Libération de milliers de théronts

-4 : Petit théront qui doit se fixer sur un poisson pour survivre

-5 : Fixation sous la peau pour se développer

Seuls les formes libres (1, 3, 4) peuvent être détruites par un traitement. Lors de la pénétration et de la sortie du parasite de son hôte, il provoque des lésions invisibles de la peau avec risque de surinfection bactérienne et/ou des problèmes d'osmorégulation.

La forme enkystée du point blanc (Ichthyophthirius multifiliis) présente une cellule avec un noyau en U, visible au microscope. - Photo : www.koiconnect.com

Sous la peau les théronts vont grandir jusqu'à atteindre une taille de 1 mm et sont visibles (points blancs).




Sous le microscope, le théront forme une cellule sombre couverte de cils avec à l'intérieur un noyau clair en forme de U.


Traitement : C’est selon la température de l'eau. La forme stable de coque n'est pas sensible aux médicaments. Ce stade est plus court si l'eau est chaude : 1 semaine à 20°C, 2-3 semaines à 7°C. Il faut donc faire 2-3 traitements à plus ou moins longue échéance suivant la température de l'eau pour être sûr d'éliminer tous les parasites. Le bleu de méthylène et le vert de malachite sont très efficaces (FMC par exemple)

Trichonina[modifier]

Les parasites du genre Trichonina ont une forme typique qui les rend faciles à détecter au microscope. Photo : www.koiconnect.com

Ce sont les parasites que l'on retrouve le plus souvent et très faciles à repérer avec un microscope. Ils se nourrissent de débris de peau et par conséquent infligent des lésions pour cela ils créent des blessures provoquant une irritation. Ils sont pratiquement toujours présents sur les Koïs et peuvent en cas d’affaiblissement de l’animal (dès une température de 10°C) se développer.


Les parasites du genre Trichonina ont une forme typique qui les rend faciles à détecter au microscope.

Traitement : Il est multiple et simple (FMC, permanganate de potassium, chloramine T) mais ce parasite peut devenir résistant car souvent il n'est pas détruit à 100%. Il vaut donc mieux faire 2 traitements ou en cas de récidive changer de produit.





Chilodonella[modifier]

Les protozoaires ciliés Chilodonella sont difficiles à bien identifier au microscope. (Illustration : Maarten Lammens – http://dekoidokter.be

Traitement : Il est multiple et simple (FMC, permanganate de potassium, chloramine T) mais ce parasite peut devenir résistant car souvent il n'est pas détruit à 100%. Il vaut donc mieux faire 2 traitements ou en cas de récidive changer de produit.


Symptômes : Ils sont similaires à ceux observés avec le genre Trichonina Ils survivent moins longtemps sans hôte et ne sont pas apportés par des plantes, oiseaux, batraciens. Par contre ils peuvent se développer à des températures plus basses : 5-10°C.


Traitement : La chloramine T et le permanganate de potassium sont efficaces. En cas d'infection des branchies, il faut augmenter l'aération et éviter le traitement au permanganate de potassium.



Costia[modifier]

Costia - Photo Troublestarter

Parasites unicellulaires très petits (7-15µm) et rapides, se déplaçant à l'aide de flagelles.

Au microscope, on observe des vrilles qui se déplacent rapidement puis, au bout de quelques secondes à une minute se figent et deviennent difficilement identifiables.

Un croquis du Costia. (Illustration : Maarten Lammens – http://dekoidokter.be)

Un croquis permet de mieux appréhender la forme du protozoaire cilié Costia.


Symptômes : L'infection est habituellement rapide. Le poisson ce couche au fond, nageoires serrées, la peau se recouvre d'un mucus blanchâtre. Il se retrouve en détresse respiratoire et meurt rapidement. Les parasites du genre Costia peuvent se développer à des températures très basses : 2°C


Traitement : Ce parasite est facile à éliminer mais, comme souvent, il y a un phénomène de détresse respiratoire. Il vaut mieux éviter le formol et la chloramine T. Le plus simple est l'utilisation du FMC en un seul traitement.

Un traitement au sel par bain peut aider rapidement le Koï mais il faut tout de même traiter le bassin au complet.



Les Gyrodactylus et Dactylogyrus[modifier]

Dactylogyrus - (Photo Koiconnect - http://www.koiconnect.com)

Ce sont des métazoaires (organismes à plusieurs cellules) qui se fixent à l'aide de crochets dans la peau et génèrent des blessures qui peuvent se surinfecter.

Il faut faire une distinction entre les deux, car les symptômes et les traitements sont différents.

Symptômes des Gyrodactylus : Ils infectent essentiellement la peau des poissons, sont vivipares (un individu né complet). Au microscope, ils présentent d'un coté 4 crochets, au milieu de leurs corps, on peut souvent observer un embryon et surtout ils n'ont pas les 4 points noirs présents chez Dactylogirus. La peau du poisson se couvre de mucus et de lésions rougeâtres qui peuvent se surinfecter avec des bactéries provoquant des ulcères.

Traitements : Il doit être à base d'un organo-phosphoré. Pour Gyrodactylus un traitement suffit. En cas d'infection par Dactylogyrus, il faut renouveler le traitement 2-3 fois à 3-6 jours d'intervalle (suivant la température de l'eau), car les œufs libérés par un adulte ne sont pas éliminés.

Les infections par crustacés[modifier]

Ce sont des parasites visibles à l'œil nu qui se rencontrent essentiellement dans des étangs naturels ou sur des Koïs venant d'être rentrés des mudponds.

Le vers à ancre (Lernaea)[modifier]

Vers a Ancre (Illustration : Maarten Lammens – http://dekoidokter.be)

Un animal en forme d'ancre visible sur la peau du Koï, il peut se trouver partout et il est actif à partir de 15°C. Sous cette température, il reste accroché mais ne se développe pas.

Cycle de vie : Au printemps les femelles libèrent des larves qui vont se fixer sur les Koïs et se reproduiront. Les mâles meurent ensuite et seules les femelles se développent jusqu'à une taille de 6-7 mm en produisant environ 5000 œufs pendant leur vie de 2 mois.

Symptômes : Des décolorations locales avec des saignements accompagnés de comportements particuliers des Koïs (frottement, saut, nage rapide, tremblements) sont les signes d'une infection. Les vers sont visibles dans ces zones décolorées. Le Koï infecté s'isole et ne mange plus.

Traitement : Il faut retirer à la pincette tous les vers, et désinfecter la plaie. Observer pendant plusieurs jours afin d’éviter une surinfection bactérienne. Il faut conjointement faire des traitements avec un produit à base d'organo-phosphaté, qui n’agit que sur les larves libres dans l'eau.

Argulus (pou du poisson)[modifier]

Argulus (Illustration : Maarten Lammens – http://dekoidokter.be)

Un crustacé en forme de cercle, pouvant vivre sans hôte et se déplacer d'un poisson à l'autre.

Cycle de vie : Mâles et les femelles se fixent sur les Koïs. Après la reproduction les femelles Argulus quittent le poisson pour libérer les œufs (100-500) sur les parois du bassin. Après une durée de 24 jours à 20°C, ils se transforment en crustacés de 0,7-0,8 mm et vont chercher à se fixer sur un hôte pour se développer.

Symptômes : Les Argulus injectent un poison irritant sous la peau du Koï, entraînant des frottements, sauts et nage rapide pour essayer de s’en débarrasser. Ces parasites se fixent souvent à la base des nageoires.

Traitement : On peut essayer de retirer les poux du poisson avec une pincette, mais le plus souvent il faut procéder à plusieurs traitement avec un médicament à base d'organo-phosphaté ; les œufs ne sont pas traités. Un désinfectant bactérien est fréquemment nécessaire ensuite pour éviter une infection bactérienne.

Les infections bactériennes[modifier]

Les bactéries sont présentes partout dans le bassin.

A côté des bactéries bénéfiques (filtration, digestion) se trouvent des bactéries pathogènes qui, quand les conditions sont propices, se développent et infectent les Koïs.

Elles ne sont pas visibles au microscope classique et seul un antibiogramme va donner le nom de la bactérie en cause.

Une bonne hygiène, des changements d'eau réguliers, une oxygénation et une désinfection par UV ou ozone peuvent diminuer cette pression bactérienne. Mais seule la faiblesse d'un Koï entraîne le développement d'une infection bactérienne.

Columnariose[modifier]

La Columnarios est une infection due á une bactérie, Flexibacter columnaris, qui touche même les branchies. (Photo Koiconnect https://www.koiconnect.com)

Flexibacter columnaris s'installe sur les nageoires, lèvres et branchies des Koïs à partir d'une température de 14°C et se développe surtout à partir de 20°C.

Symptômes : L'infection progresse lentement. Le Koï atteint se déplace avec lenteur dans les zones bien oxygénées, il mange de moins en moins et s'isole du groupe. On peut observer une blancheur aux extrémités des branchies, avec des saignements. Par la suite des plaques jaunâtres s’y forment. Les yeux peuvent devenir proéminent ou rentrer. Le Koï s’affaiblit.

Traitement : Des bains dans une eau contenant un antibactérien associés à un antibactérien dans la nourriture. Il faut simultanément assurer une bonne oxygénation de l'eau.







Aeromonas[modifier]

Aeromonas (Photo Koiconnect https://www.koiconnect.com)

La bactérie pathogène la plus répandue dans les infections des Koïs. Elles ne se produisent que si les conditions sanitaires du bassin sont mauvaises et qu'une entrée dans le Koï existe (blessure, attaque parasitaire...)

Symptômes : Le plus souvent, cela commence par une rougeur avec une ou plusieurs écailles qui se soulèvent. Suivant la virulence de la bactérie responsable, l'évolution peut être très rapide et le Koï meurt dans les 3-4 jours ; la plupart du temps l'évolution est lente et la rougeur se transforme en plaie ouverte. Le Koï s'affaiblit lentement, mange moins, s'isole, l'ulcère a tendance à s'agrandir.

Traitement : Dès l'apparition d'une rougeur, il faut agir vite en cherchant le pourquoi de cette infection : attaque parasitaire, conditions sanitaires, blessures... Il faut attraper le Koï, désinfecter la plaie, retirer toutes les parties mortes même les écailles et mettre un cicatrisant sur l'ulcère. Il faut effectuer un frottis et l'envoyer dans un laboratoire qui fera un antibiogramme. Seul ce dernier donnera la possibilité de traiter par injection ou par ingestion l'antibiotique adapté au cas. Il faut absolument éviter de traiter au hasard car il y a risque de résistance des bactéries.

Septicémie[modifier]

Il arrive parfois qu'une bactérie pathogène envahisse tout l'organisme par le sang.

Souvent, un ulcère a été soigné avec un succès apparent (la plaie est cicatrisée) mais la bactérie a pénétrée dans le sang et infecte l’animal de l'intérieur sans signes visibles dans un premier temps.

Cette infection peut être éloignée dans le temps par rapport à la primo infection et va attaquer les organes internes avec très peu de chance de réédition. Il faut isoler le koï dans un bac de quarantaine avec ajout de sel pour aider l'osmo-régulation avec un traitement par injection d'antibiotique.

Les mycoses[modifier]

(Photo : Maarten Lammens – http://dekoidokter.be)

Ce sont des infections de la peau et des branchies dues à des champignons.

Elles ne peuvent apparaître que sur une plaie, car le mucus des poissons contient des substances inhibant le développement des spores.

La plus connue est la Saprolégniose.

Symptômes : Apparition de plaques cotonneuses sur une ancienne plaie. Les Koïs deviennent apathiques, refusant de se nourrir. Si on ne soigne pas rapidement le champignon pénètre la peau en profondeur en détruisant la chair.

Traitement : Il faut enlever ces champignons en frottant la plaie avec une compresse, puis la plaie est désinfectée et recouverte d'une pommade cicatrisante. Le vert de Malachite ainsi qu'un apport de sel dans le bassin diminue l'extension des champignons.

Les maladies virales[modifier]

Les virus sont des organismes encore plus petits que les bactéries. Il n'existe pas de traitement contre ces organismes, seuls certains virus peuvent être soignés par un vaccin préventif.

La variole[modifier]

Une maladie qui n'apparaît que dans les eaux froides (<15°C) et qui disparaît à nouveau au printemps.

Le virus se comporte comme un Herpès en formant sur la peau des taches de cire. Celles-ci n'ont aucune influence sur le Koï :

une nourriture bien équilibrée pendant l'été avec apport de vitamine C diminue la réapparition l'hiver suivant.

La virémie printanière[modifier]

Une maladie grave due au virus Rhabdovirus.

Les symptômes apparaissent au printemps avec une eau à 15°C.

Les poissons sont léthargiques, tremblent, nagent de façon non coordonnée.

Des hémorragies apparaissent et l'abdomen ce remplit d'un liquide. Il n'existe pas de traitement, seule une montée rapide de la température au-dessus de 20°C tue le virus.

Le KHV (Koi Herpes Virus)[modifier]

Herpes (Illustration : Maarten Lammens – http://dekoidokter.be)

Une maladie virale de type 3 (également baptisée CvHV3 : Cyprinus Herpès Virus ) qui est devenue présente partout dans le monde et qui jusqu'à maintenant provoquait jusqu'à 95% de pertes.

La maladie se développe rapidement en quelques jours avec une eau autour de 20°C.

Tout l'organisme du Koï est atteint avec des symptômes au niveau des branchies, du mucus, des organes internes.



Notes et références[modifier]

Avec la participation de www.koiconnect.com
Article publié dans le numéro 30 de la revue Bassins de Jardin