Le bon Hivernage

De Encyclopedie du Bassin
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Préambule[modifier]

Lorsque c'est possible, et si la région le necessite, l'installation d'un tout surmontant le bassin va protéger koïs et autres poissons sensibles aux très basses températures. (Photo : Lorenzo76 - Forum-Bassin)

L’HIVER ET LES BONNES PRATIQUES DE GESTION DU BASSIN

Les koï poissons d’ornements par excellence, sont désormais très éloignés des carpes indigènes d’origine (Cyprinus carpio),tout comme le sont nos bassins, écosystèmes fermés, des étangs. Aussi avant l’hiver il faut prendre des mesures pour que les poissons vivent (et non survivent) quelques mois au frais, et pour que le matériel reste opérationnel, ou éventuellement remisé si la situation l’impose.

Problématique des KOI et des basses températures[modifier]

Koïs et poissons rouges peuvent tolérer des températures basses durant la saison froide. A condition qu'elles ne soient pas extrêmes et que le bassin soit équipé en conséquence.
Photo - FNOZ - Forum-Bassin

Les poissons sont des animaux poïkilothermes, leur température corporelle variant avec celle de l’eau dans laquelle ils évoluent. Le métabolisme et l’alimentation dépendent de la température de l’eau. En hiver, le métabolisme et les mécanismes de défense sont au ralenti. La capacité d’un poisson à endurer une période froide dépend de son âge et de ses réserves d’énergie. Un bon hivernage commence donc par une bonne alimentation, toute l’année !

Le seuil de température critique à ne jamais atteindre est de 4°C : en principe, un bassin couvert, avec un débit de filtration adapté (sans trop de courant) conserve cette température de 4° au fond. Les Koï chercheront à se poser à un endroit le moins froid possible, au fond du bassin dans une zone la plus calme possible en restant immobiles. Ceci, instinctivement, pour consommer le moins d’énergie possible.

Si l’on peut admettre qu’en fonction du capital génétique, certains spécimens sont plus résistants au froid que d’autres, en pratique, rares sont les Koïs pouvant résister longtemps à 4°. Ceci vaut particulièrement pour les grands sujets femelles et les plus âgés. A cette température, la consommation d’énergie est extrême et donc la réserve rapidement épuisée. Idem, si le bassin est agité inutilement.

L'alimentation en hiver[modifier]

Le type d’alimentation doit être adapté en fonction de la température. Cesser de nourrir en dessous de 8°C est une idée hélas répandue, mais peut conduire à plusieurs mois de diète selon les régions, et donc des mortalités, dues aussi à la difficulté de soigner des koïs parasités ou infectés qui n’ont plus l’énergie suffisante pour se défendre de ces agressions.

Un Koï évoluant dans un bassin calme consomme moins d’énergie que s’il évolue dans un bassin fortement agité. En hiver, si les Koïs nagent et remontent à la surface, ils doivent respirer, et sans cesse évacuer de l’eau de leurs corps (phénomène d’osmorégulation), ils consomment alors de l’énergie, et l’on doit compenser en donnant un peu de nourriture adaptée aux basses températures.

Les esturgeons, poissons d’eau froide, nécessitent d’être nourris toute l’année avec une alimentation adaptée, riche en protéines, au moins deux à trois fois par semaine en hiver.

Techniques de protection du bassin contre le froid[modifier]

Un bassin en mode pompage (une ou plusieurs pompes immergées qui refoulent l’eau dans un filtre posé à même le sol près du bassin) est un système facile à réaliser mais difficile à maintenir en fonction en hiver. Ce système refroidit le bassin considérablement et très rapidement. Mieux vaut stopper la filtration juste avant les fortes gelées, afin d’éviter le gel de vannes de purge, l’obstruction de la sortie du filtre… Tant que l’eau circule, le risque est limité. On arrête cascade ou lame d’eau, vers octobre afin de limiter au maximum le refroidissement du plan d’eau.

Mieux vaut un bassin calme, qui ne se refroidit pas trop vite sans filtre, que l’inverse. Par contre dans ce cas de figure, il sera risqué de continuer à nourrir...

Mais si la filtration est abritée dans un local fermé, la laisser en fonction toute l’année est possible. Un câble chauffant empêchera le gel et la destruction de vannes ou de tuyaux dans lesquels l’eau est inerte, risquant donc de geler ; tandis qu’une couverture sur le bassin permettra de le protéger et de limiter fortement la baisse de température.

Un système de chauffage pourra, si nécessaire, relever la température de l’eau de quelques degrés, mais il est encore plus utile de couvrir le bassin ! Sans quoi, une couche de glace sur le bassin est à craindre. Veillez à installer un dispositif (résistance chauffante flottante, cloche de polystyrène, bulleur placé à très faible profondeur et débit d’air raisonnable…) pouvant laisser une zone libre de glace à la surface, permettant ainsi les échanges gazeux.

Filtration de 30m² semi-enterrée, en bloc a bancher, 8 compartiments de 10m3 (décanteur, brosses, TJ, Helix, Eco pond chip,..) . Cubi de soin. Bassin de 100m³ 30 koï. Photo – Plantaqua - Forum-Bassin

Une installation en mode gravitaire ou la filtration est à l’abri dans le local technique, permet de maintenir la filtration en fonctionnement tout l’hiver sans trop de risques.

On va poser une simple couverture pour empêcher la glace de se former, et pour maintenir une température voisine de 5 à 6°C. Il est intéressant de disposer d’un chauffage pour relever la température de 2°C afin d’atteindre un minima confortable de 7-8C°.

Une pompe à débit variable permettra de réduire le débit dès le mois de novembre. La lampe UV peut continuer à fonctionner et l’hivernage ne consistera alors qu’à installer la couverture sur le bassin.

Le skimmer peut rester en fonction avec une filtration en marche, à condition que La pièce d’eau soit couverte.

Le bassin doit être muni d’un retour d’eau filtrée immergé à une profondeur minimale de 20 cm, en été, cela évite d’agiter l’eau de surface, en hiver, cela refroidit moins le bassin que s’il était placé à la surface.


Une autre vue de la filtration de 30m2 enterrée, découverte sur la photo précédente. Photo - Plantaqua - Forum-Bassin

Un petit bassin à Koï contenant un volume allant de 5 à 12 m3 peut être couvert, alors qu’un grand bassin peut contenir jusqu’à 100 – 150 m3. Les volumes d’une contenance inférieure à 5 m3, d’une profondeur tres faible sont des « micro-bassins » à poissons rouges, même si ceux-ci sont très résistants au froid (selon les variétés), il est préférable de chauffer légèrement à 6 ou 7°C.

S’il est impossible de couvrir un grand bassin et qu’en conséquence la surface va se couvrir de glace, il faudra, dès qu’elle atteint une certaine épaisseur, baisser le niveau d’eau de quelques cm. La couche d’air contenue entre l’eau et la glace agira comme couche isolante. N’oubliez pas d’aménager des trous d’aération pour les échanges gazeux. On peut prévoir une aération par un ou plusieurs tuyaux placés latéralement juste au-dessus de la surface du bassin (le niveau d’eau « hiver », celui que l’on aura fait baisser). Il faut hiverner la filtration pour cesser tout mouvement d’eau. Sans cette agitation, les Koïs vont naturellement se poser au fond du bassin et supporteront le froid intense plus longtemps que dans un bassin avec filtration en marche créant un courant d’eau. La méthode est économique, mais nécessite une attention quotidienne : la plupart du temps, il est également très difficile, voire impossible, de nourrir les Koïs au moment venu.

Certains propriétaires utilisent cette méthode pour de petits bassins… pourquoi pas, faute de mieux, mais deux recommandations sont à suivre :

- A éviter si le bassin comporte de nombreux et/ou de grands sujets car la température minimale de l’eau est voisine de 4°C et cela reste une méthode risquée pour ce type de peuplement !

- Éviter de nourrir, même parcimonieusement : un petit volume, avec une forte densité d’empoisonnement, sans filtre, est la porte ouverte aux problèmes de qualité d’eau (ammoniac etc.).

Finalement, quelle est la meilleur méthode ?[modifier]

Les solutions à apporter diffèrent selon le lieu, le type de bassin et de sa filtration, des pensionnaires que vous maintenez, de vos activités annexes, de vos moyens etc.

On peut aborder cette problématique sous deux angles: le premier objectif est de diminuer la durée pendant laquelle les Koïs ne pourront pas être nourris, et le second objectif est de réduire, de ralentir au maximum la chute de la température de l’eau.

- Soit il est possible de maintenir la filtration en marche et de couvrir et si en plus, vous pouvez chauffer légèrement, cette solution est parfaite.

- Soit il est impossible de couvrir, encore moins de chauffer, dans ce cas, il faut stopper tout ce qui refroidit le bassin inutilement, et tout ce qui dérange les poissons.

Et entre ces deux « extrêmes » il existe toutes sortes de possibilités à adapter selon votre situation. Si l’on se retrouve avec une température d’eau de 4°C, pas de panique, ce n’est pas (encore) létal, mais il ne faut pas que cette situation perdure. On installera un chauffage de dernière minute, ou on changera une partie de l’eau par de l’eau de conduite plus chaude.

Dans certaines régions une solution plus radicale peut être envisagée : celle d’aménager un bassin d’hivernage provisoire dans une cave ou le garage. Ce peut être les bacs de soins qui peuvent servir de résidence d’hiver pour les poissons les plus délicats ou les spécimens longuement malades durant la saison.

Le matériel[modifier]

Couverture Structure IROKO, traverse alu, panneau couverture 16mm, côte en plexiglass 6mm. 7m - 6m - Hauteur 75 cm a 10 cm. Photo - Lorenzo76 - Forum-Bassin

La couverture de bassin est bien entendu l’élément principal de l’hivernage d’un bassin, la profondeur ne dispense pas de cette précaution !

La Pompe à air, va agiter l’eau et éviter la formation de glace à un endroit précis du bassin, s’il est impossible de couvrir le bassin. On place le diffuseur à moins 30 cm et non au fond de la pièce d’eau, ce qui créerait un mouvement de convection qui refroidira inexorablement le bassin. Cette « mesurette » ne permet ni aux Koïs d’être nourris plus longtemps pendant l’année, ni ne ralentit le refroidissement du bassin. On installe la pompe à air en intérieur : l’air tempéré est un peu moins préjudiciable que de l’air glacial pompé en extérieur.

La Résistance chauffante est un appareil flottant muni d’une résistance électrique qui chauffe la surface du bassin durant la période de gel. Sa faible puissance limite la formation de glace sur ½ m2.

Mais comme pour la technique du diffuseur, les deux objectifs ne sont pas atteints, et cela reste uniquement un moyen de laisser un passage dans la glace pour permettre les échanges gazeux, sans plus.

Concernant le chauffage, les solutions sont multiples:

- Chauffage électrique classique de 1 à 8 KW en acier inoxydable ou titane avec ou sans détecteur de débit.

- Résistances électriques à immerger dans une chambre de filtration, un filtre à tambour etc.

- Résistance électriques sous forme de câble chauffant à disposer dans le bassin.

- Pompe à chaleur, le must !

- Echangeur de chaleur, alimenté par une source d’eau chaude (chaudière de la maison) et placé dans une chambre de la filtration.


Peu importe le type d’appareil, selon le choix de chacun, on retient seulement qu’un bassin couvert ne nécessite pas tellement d’énergie, donc de coût, pour remonter la température de 4° à 6 ou 7°C et ainsi passer l’hiver en toute sérénité. Mais il est impératif de couvrir l’installation.

Et il existe aussi des câbles chauffants antigel, à ne pas confondre avec de véritables chauffages électriques filaires. Les premiers sont ligaturés à des tuyaux, des vannes et ont une fonction antigel. Les seconds sont de véritables chauffages dont les câbles sont immergeables, ce qui n’est pas le cas des antigels.

Les mauvais gestes en hiver[modifier]

En guise de conclusion, voici les plus mauvais gestes à éviter.

- Arrêter de nourrir lorsque la température atteint 8 à 9°C: en réalité, il est préférable de nourrir avec parcimonie, avec de la nourriture adaptée jusque 5°C. Ceci lorsque les Koïs sont actifs dans le bassin.

- Remiser la filtration et la lampe UV : s’il est préférable de laisser la filtration fonctionner cela vaut aussi pour la lampe UVC qui permet d’éliminer les algues, mais aussi les bactéries pathogènes toujours actives à de basses températures, alors que le système immunitaire des Koï ne réagit plus!

- Cesser les changements d’eau en hiver : le carbonate est indispensable pour stabiliser le pH, ainsi que pour les bactéries de la filtration. En hiver, si l’eau du bassin est diluée par de l’eau de pluie durant des mois, il est clair que le KH va chuter… si on veut éviter un produit remontant la dureté carbonaté au printemps (KH+) il faut réaliser de petits changements d’eau, même en hiver. Durant cette période, les poissons ne cessent pas spontanément d’émettre de l’ammoniaque ; et les phosphates / nitrates accumulés durant l’été sont souvent encore mesurables... d’où les pousses d’algues filamenteuses observées après l’automne qui coïncident à la chute de la température du bassin.

- Couvrir le bassin avec une bâche d’hivernage de piscine : S’il s’agit d’une bâche tendue au-dessus du niveau d’eau du bassin, pourquoi pas. Le pouvoir isolant de ces membranes n’est pas exceptionnel, mais cela empêche le froid de littéralement tomber sur le bassin. Mais une bâche déposée à même la surface de l’eau (bâche à bulles flottante), est à proscrire ! Toutes les techniques semblables telles que panneaux en PU flottants sur l’eau, ou billes… sont dangereuses, et on a vu ces dernières années des mortalités massives en plein hiver dues à ces systèmes qui empêchent les échanges gazeux, ….

Notes et références[modifier]

Avec la participation de Francis REIS Les Naiades
Article publié dans le numéro 29 de la revue Bassins de Jardin