Bassin et jardin japonais

De Encyclopedie du Bassin
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le bruit d’une cascade, les couleurs des nénuphars, le bruissement du vent dans les bambous, le gazouillis des oiseaux... font du bassin un espace de quiétude et de détente. Pourquoi ne pas accroître cette « zénitude » en japonisant l’environnement.

Le jardin zen d'Erik Borja , situé dans la Drôme, est en France l'exemple le plus abouti de jardin japonais adapté à notre climat (Photo - Erik Borja)
Le sable est un minéral important dans le jardin japonais, il doit être disposé de manière précise.(Photo - Michel et Micheline))

Préambule[modifier]

La conception d’un jardin, représentant la nature à une échelle microscopique, est élevée à l’état de l’art au japon, empreint de la culture issue des religions et philosophies orientales.

Concevoir un jardin de style japonais requiert la compréhension des traits clés de cet art, au risque de n’aboutir qu'à un simple pastiche.

Les différents types[modifier]

On peut distinguer 5 archétypes dans l'histoire des jardins dont on peut s’inspirer, et que l’on peut faire cohabiter, selon son environnement.

  • Jardin Shinden

Étangs-îles intégrant ruisseaux, cascades, ponts, rochers. Le plus ancien est d’inspiration chinoise.

  • Jardin sec (karesansui)

Aménagements de pierres organisées sur un lit de gravillons, de sable ou de mousse. Représentatif du courant zen favorisant la méditation.

  • Jardin de thé (chaniwa)

Clôture, chemin de pierre plate, lanterne, pierre d’eau, pavillon de thé. Cellule d’harmonie, respect, pureté et tranquillité de l'esprit.

  • Jardin-cour (tsuboniwa)

Concentré de jardin sec et jardin de thé pour un petit espace (cour...).

  • Jardins promenades (kaiyûshiki teien)

Dans une nature recréée et domestiquée, ils conjuguent les différents archétypes sans leurs caractères sacrés. Ils nécessitent un espace plus important.

Les principes[modifier]

On joue sur les perspectives (miniaturisation et placement des éléments sur trois profondeurs) pour agrandir le jardin. On évite les lignes droites et on privilégie l'asymétrie. Il faut positionner les décors en nombre impair. On organise selon un plan en chambres avec des points de vue successifs « cacher et révéler » (Miekakure). Enfin on simule l'effet des forces naturelles (arbres taillés en coup de vent, pierre recouverte de mousse...) : c’est le Fuzei. Il faut rester sobre.
Le « paysage emprunté » (Shakkei), incorporant le paysage extérieur n’est plus guère usité aujourd’hui, on cherche plutôt à dissimuler un extérieur disgracieux.

Le plan[modifier]

Un plan doit être dressé tenant compte de l’environnement (climat, sol, climat). Le jardin est un tableau à contempler d'un point précis de la maison. On tient compte de l’entretien.

L'enceinte[modifier]

Une palissade et bambous délimitant l'enceinte - (Photo Stafsan - Forum Bassin)

Le jardin est clos. L’enceinte peut être un mur de pierre, de bambou, de haies. Des barrières plus basses peuvent délimiter certaines chambres du jardin.

Le son[modifier]

La contemplation d’un jardin raffiné nécessite le calme. Des ambiances sonores délicates peuvent être rajoutées, comme le chuchotement d’une cascade, un carillon Feng Shui… toutes choses destinées à faire oublier le tintamarre du monde extérieur. Attention, cependant : le bruit d’une cascade trop conséquente peut se révéler gênant.

L'eau[modifier]

La cascade offre une ambiance sonore à ne surtout pas négliger lorsqu'on désire un bassin de jardin à tendance japonaise - (Photo - Albert Roguenant)

Calme ou agitée, jaillissant d'une fontaine, ou au fil de l’eau, l’eau purificatrice est l'une des composantes de l’esthétique du jardin japonais.

Que le bassin soit une mare, un vivier ou dessiné en forme de sinogrammes, il s’intègrera dans un paysage d’inspiration japonaise pour peu qu’il soit agrémenté d’un de ces éléments.

Ruisseaux[modifier]

Une sortie de filtre aménagée peut remplacer le ruisseau (Yarimizu) naturel.

Le ruisseau créé est peu profond, étanche (béton + bâche), agrémenté de pierres ou l’eau devra se faufiler, parfois de coupoles retenant celle-ci pour la libérer en cascade.

Elle aura de plus une fonction oxygénante.

Chutes d'eau[modifier]

Une chute d’eau comme source d’un ruisseau génère aussi une ambiance sonore.

Laquelle peut être modifiée par la résonnance d’une pierre plate, ou d’une pierre séparatrice, qui sera scellée au mortier après une période d’essai.

Île[modifier]

L’île (Shima) peut être symbolisée par un simple rocher effleurant de l’eau, qui peut devenir un perchoir pour le héron.

Décor minéral[modifier]

La disposition des rochers se fait toujours par nombre impair - (Photo - Albert Roguenant)
La pierre d'eau est un élément typique du jardin japonais (Photo Stafsan - Forum Bassin)
Personnalisation maison d'une lampe de type Koto-Ji (base en forme de harpe) qui affiche une hauteur 2 mètres . On a là un mélange de béton additionné de colorants et de fibre de polyester - (Photo - Michel et Micheline)
Exemples de lanternes en Siporex.Ces sculptures intvete réalisées sur bloc de béton cellulaire, selon la méthode disponible sur internet au lien suivant : carlina.sguerzi.com/Siporex - (Photo Nef - Forum Bassin)
Les pas japonais invitent à la découverte du jardin - (Photo Stafsan - Forum Bassin)
Les virages du ponts guident le regard pour mieux explorer les berges du bassin - (Photo - Michel et Micheline)
Ce pont plat, doté de barrières rouges typiques, est fait en bois - (Photo - Albert Roguenant)
Riviere Sèche - (Photo - Albert Roguenant)
Cette belle maison de thé donne réellement l'impression d'être au japon- (Photo - Michel et Micheline)
Tuyaux de cheminée et moulage béton, poli pour que la mousse s'installe, ont été employés pour réaliser cette lanterne - (Photo - Albert Roguenant)
La stèlE est un autre élément de décor qui va renforcer l'ambiance japonisante des lieux. - (Photo Stafsan - Forum Bassin)

Le sol japonais est saturé de pierres volcaniques, retenant l'humidité et assurant un bon drainage.

Il ne faut pas hésiter à repenser, lors du plan, les déclivités ou à créer des monticules pour former le jardin.

Sable[modifier]

Le sable, utilisé pour les jardins secs, est un gravillon de granit (et non un sable de plage) formé de grains de 3 à 7 mm, du blanc cassé au beige foncé, ratissé pour évoquer les mouvements de l’eau avec une planche dentelée de 10-15cm.

Il doit être installé dans un endroit abrité et bien exposé, loin d’arbres, sauf à se munir d’un souffleur.

On va constituer une base fine de béton, légèrement inclinée pour le drainage et disposer 5 à 6cm de sable limité par un enclos.

Graviers[modifier]

Les galets sont utilisés en taille de 20 à 50mm de couleurs variées, plats et disposés en écailles de poisson. Ils tapisseront les ruisseaux ou cascades.

Les pavés seront entre 60 et 200mm pour compléter des chemins de pierres.

Rochers[modifier]

La disposition des rochers, abris des esprits (Kami) dans la spiritualité animiste, est codifiée.

En granit ou schiste, gris, non polis, présentant les traces du temps, les rochers sont disposés par groupes impairs en diagonale, leur base étant enterrée dans le sol.

Cascade sèche (Karetaki)[modifier]

L’eau est dans ce cas représentée par un arrangement de pierres.

Pierre d'eau[modifier]

Une pierre d’eau (Tsukubai) d’une hauteur de 20-30cm est creusée pour former un réceptacle d’eau pour les ablutions.

Lanternes japonaises[modifier]

Les lanternes japonaises (Tōrō) éclairent le chemin vers la maison de thé.

On distingue les types :

  • lanternes enterrées (Ikekomi-gata) support fixé dans le sol près du tsukubai,
  • lanternes à piédestal (Tachi-gata) hauteur 1m50 en granit, élément dominant d'une composition,
  • petites lanternes (Oki-gata) et lanternes de neige (Yukimi-gata) près des points d'eau de port bas et de profil à socle évidé.

Usuellement en granit taillé, la lanterne peut aussi être fabriquée avec des moules et du béton, voire, si elle est à l’abri, sculptée dans du Siporex©.

Les tours en pierre[modifier]

Les tours en pierre en nombre impair d'étages (5), dont chacun est surmonté d’une toiture, qui s'associent bien aux clôtures, aux pierres ornementales et aux gros arbres.

Bouddha en pierre[modifier]

Le bouddha en pierre (hauteur 40-50cm) placé dans un endroit discret, dénote les inclinations religieuses du propriétaire.

Stèles[modifier]

Elles ont une fonction indicatrice.

Pas japonais - Allées de jardin[modifier]

Les pas japonais dessinent une promenade dans le jardin, permettant d’en découvrir les divers aspects. Rapprochés, ils incitent à la flânerie. Les pas sont semi enterrés, l’axe perpendiculaire à l’allée, pierres concaves et convexes se succédant.

Ponts[modifier]

Les ponts de bois, laqués rouge, arqués ou non, servent à relier des rives (berges, îles).

Des ponts plats peuvent être réalisés en divers matériaux (bois, pierres).Ils peuvent être placés en zig-zag sur le bassin.

Associé à une rivière sèche, le pont en pierre accentuera l’illusion d’un cours d’eau.

Fontaine en bambou « Shishi odoshi »[modifier]

Son système de bascule provoque un claquement sec, qui n’effraiera hélas nullement un héron.

Cette fontaine est placée sur un lit de pierre et sur une bâche recueillant l’eau de fuite du système.

La maison de thé (Chashitsu)[modifier]

Elle offre un attrait visuel indéniable mais nécessite une place importante, elle peut servir de réserve ou de cache pour la filtration.

Les végétaux[modifier]

Plantes aquatiques[modifier]

Généralement le bassin est déjà fleuri par les lotus, nénuphars… et d’autre plantes apportant une verticalité (prêles, roseaux, iris ..).

On pourra toutefois se reporter au portail « Plantes ».

Couvre-sol[modifier]

Pas de gazon, peu de fleurs mais un tapis de verdure.

N’ayant pas le même sol volcanique, on aura intérêt à intégrer des végétaux indigènes.

Les mousses, plante couvre-sol luxuriantes retenant l'humidité, protégeant le sol, sont très présentes et en de nombreuses variétés. Sous nos climats on leur substituera :

- l’helxine (Soleirolia soleirolii) d’un vert éclatant avec une exposition ombragée

- la sélaginelle (Selaginella Kraussiana) arborant de petites fleurs blanches, supporte une exposition plutôt ensoleillée,

- ou Sagina subulata.

Comme les mousses elles ne supportent pas le piétinement.

Fougères[modifier]

Placées dans des endroits ombragés et humides, avec leur feuilles découpées, elles s’intègrent dans une esthétique japonisante.

Plantes de bruyères[modifier]

Azalées, Rhododendrons, Camélias nécessitent de la tourbe ou de la terre de bruyère, dont on remplira un trou.

On isolera ensuite les plantes de la terre du jardin par un plastique de protection perforé à l’écoulement de l’eau.

Autres[modifier]

Diverses plantes peuvent également trouver leur place dans ce jardin japonais : les hostas, la glycine, etc

Bambous[modifier]

Il s’agit de graminées géantes de 2 à 15 mètres qui apportent, avec peu de surface au sol, de grandes hauteurs de verdure, sans occulter la lumière, et un écran de verdure. Ils aiment un terrain bien drainé, leurs feuilles faisant un paillis pour protéger leurs racines. Leur système racinaire se développe horizontalement ; pour limiter leur extension, on encercle la zone de plantation par une barrière anti-rhizome en polypropylène de 50cm inclinée vers l'extérieur.

Pour utiliser le bambou dans diverses fabrications (palissade), on emploie des cannes de 3 -4 ans, coupées en hiver, d’une variété facile à travailler (Madake).

Il existe plusieurs espèces de bambous plus ou moins colorées dont certaines naines de moins d’1m (Kumazasa).

Les arbres[modifier]

Petits arbustes[modifier]

Diverses espèces à feuillage persistants ou caducs peuvent être utilisés : houx, cotonéaster, cognassier du Japon, cotonéaster, mahonia…

Le houx (Ilex crenata) d'un feuillage vert, luisant et persistant supporte bien la taille (nuage).

Arbres sans fleurs[modifier]

- Érable du Japon (Acer palmatum) change de couleur en automne, rouge ou orange.

Sa silhouette graphique, plus ou moins étagée, sera accentuée par une taille en transparence.

- Paulownia impérial (Paulownia tomentosa précédemment P. imperialis) offre au printemps de grands bouquets de fleurs mauves.

- Orme du japon (Zelkova carpinifolia) cousin de l’orme champêtre, dont il reste peu d’exemplaires exempt de graphiose de l'orme.

- Sophora (Sophora japonica) ses petites folioles ovales lui confèrent une certaine légèreté.

- Saule pleureur (Salix babylonica) son port mélancolique favorise la méditation.

Conifères[modifier]

- Pin rouge du japon (Pinus densiflora) écorce rougeâtre, port tabulaire, il pourra être remplacé dans nos jardins par le pin sylvestre.

- Pin noir (Pinus thunbergii) aiguilles d’un beau vert et inflorescences rouges.

- Egalement : les faux cyprès, Hinoki, (Chamaecyparis obtusa), cèdre du japon (Cryptomeria japonica), etc.

Arbres à fleurs[modifier]

- Cerisier à fleurs simples (Prunus x subhirtella) : port naturellement étagé et très léger, floraison spectaculaire en novembre de petites fleurs roses.

- Pommier à fleurs (Malus x floribunda) petit arbre couvert de fleurs avec de petits fruits jaunes en fin d’été.

- Abricotier du Japon (Prunus mume) peu développé, tient sa place dans un endroit abrité avec un sol bien drainé. Fleurit en janvier.

- Aussi : arbre de Judée, (Cercis siliquastrum), Prunus cerasifera

Bonzaïs[modifier]

Les Bonzaïs, arbres en pot : plus utilisés en intérieur, ils peuvent être décoratifs à l’extérieur, en étagère sur un mur, sur pilotis dans le bassin

Niwaki[modifier]

Par des soins constants (tailles, troncs tordus, frondaisons arrondies, branches dirigées, etc.), le jardinier japonais cherche à mettre en valeur « l’essence de l’arbre ».

La taille (transparence) accroit la perspective, la pousse contrôlée évoque celle de vieux arbres exposés aux éléments (taille en coup de vent, taille en nuage) et accentue le caractère naturaliste et permanent du jardin.

La taille n’est pas seulement esthétique, elle aère l'arbre, laisse passer la lumière du soleil, prévient l'invasion de parasites, lui redonne de la vigueur et renforce la qualité de ses fruits.

La densité, la diversité, l'association des espèces utilisées créent l'atmosphère japonisante associé à l'ordonnancement symbolique des minéraux, et des constructions (pavillon, pont…).

Voici donc pour l’inspiration. De plus, rigueur, pureté et asymétrie sont les maîtres mots des jardins japonais.

Voir ici l'article sur le Niwaki : Arbre_de_jardin_:_Le_Niwaki

Notes et références[modifier]

Article publié dans le numéro 26 de la revue Bassins de Jardin
Toute contribution à cet article peut être apporté dans le forum : Les bases du bassin J : Jardins Japonais