Construire un bassin pour les KOÏS

De Encyclopedie du Bassin
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La construction d’un bassin doit prendre en compte son environnement. Ainsi, l’ensoleillement, la présence d’arbres avec un grand système racinaire ou à feuilles caduques (pollution à l’automne), et les vents dominants sont autant de facteurs qui peuvent intervenir dans le choix de l’emplacement du bassin.

Un bassin à koïs de rêve. On note la présence de deux voiles d'ombrage, fort utileselon les variations de temperature : la pièce d'eau est exposée plein sud.
( Photo : koiconnect)

Un dénivelé du terrain peut être mis à profit pour réaliser cascade, ruisseau… Une visibilité de la maison pour un plus bel effet. Le projet doit prendre en compte la finalité de la pièce d'eau : bassin ornemental, mare naturelle, piscine biologique…


Préambule[modifier]

Un plan de bassin est une condition préalable à tout projet viable. ( Illustration : koiconnect)
L'excavation inclut des formes simples qui ne génèreront pas de zones mortes..
( Photo : koiconnect)
On découvre ici un plastique sur le fond avant le bétonnage et ferraillage. Le béton doit être coulé avec un soin particulier.
( Photo: koiconnect)
Gros plan sur la dalle du fond.
( Photo : koiconnect)
Les parois du bassin peuvent être constituées de parpaings à monter. ( Photo : koiconnect)
Le mur est ici avec des blocs de styropore.
( Photo : koiconnect)
Un feutre de protection est posé sur la dalle et les parois. Une bache EPDM est un moyen facile et économique d'assurer l'étanchéité du bassin. ( Photo : koiconnect)
La réalisation d'un plan précis concernant la filtration est vivement conseillé. ( lllustration : koiconnect)
La cuve de la filtration biologique inclut chauffage et aération. On distingue ici la pompe de rinçage du tambour.
( Photo : koiconnect)
Sur le filtre à tamis (courroie permanente) Smartpond 1200S tous les tuyaux d'entrée ont des vannes-guillotine.
( Photo : koiconnect)
La centrale IKS est un outil de mesure de régulation pour gérer les paramètres du bassin incluant envoi d'alertes par e-mail ou SMS pour prévenir le propriétaire de toute anomalie. ( Photo : koiconnect)

Il est question ici de la construction d’un bassin à koïs. Ce type de poisson nécessite un bassin avec des dimensions suffisantes pour s’ébattre, et un volume d’eau en adéquation avec la population désirée à terme, soit une base de 2m3 et ensuite 1m3 minimum par poisson pour simplifier.

Si une profondeur de fosse de 1m70 s’avère utile selon la région, garantissant une protection hivernale pour les carpes koïs, le choix d’embellir le bassin par des plantes aquatiques (nénuphars, plantes oxygénantes... ) nécessitera la construction de paliers de profondeurs en relation avec le type de plantes, et de largeur 30-40cm légèrement inclinés vers l’extérieur pour supporter les paniers.

Le choix de ce poisson roi impose une filtration conséquente et abritée.


Le plan[modifier]

Une fois le projet déterminé, il est nécessaire de débuter par un plan. Il s'agit de la partie la plus importante dans la création d'un bassin et le plan doit être bien réfléchi car il va être le fil directeur pendant tous les travaux.

Une pièce d'eau à koï nécessitera des calculs de volumes, de débits, une filtration adaptée selon les poissons désirés (voir Bassin de Jardins n°4, page 58). Bref, un peu de mécanique des fluides .. qui influencera ces plans.


Le terrassement[modifier]

Les travaux de terrassement seront effectués en général par une entreprise spécialisée disposant de pelles et éventuellement d'engins d'élévation et de transport, si le chantier n'est pas directement accessible. L'excavation sera de formes simples évitant toutes formes tarabiscotées qui entraîneraient une mauvaise circulation d'eau et des zones mortes.

La filtration du bassin fonctionnera en gravitation. La mise en place des bondes de fond et des tuyaux de 110 mm se font sur le chaînage de la dalle, sous le ferraillage, en prenant le chemin le plus direct vers le local technique. Les bondes de fond vont être prises dans une dalle en béton afin d'en assurer la solidité. La mise en place des tuyaux de diamètre 110 mm est anticipée et déjà réservée sous les fondations.

Différents types de bonde de fond sont proposés. On préfère des bondes en ABS renforcé, et l'on évite celles en plastique trop fin (fissure sur le tube en 110 mm car la colle fait travailler le plastique) ainsi que les bondes avec dôme aérateur nécessitant de passer un tube à air dans le 110 mm (qui va accrocher les saletés) ou à côté (multiplie les risques de fuite), et avec membrane nécessitant un brossage d'entretien régulier.

La pose des bondes de fond s'effectue avec du tuyau KG2000, en polypropylène qui supporte jusqu'à 3 bars de pression. C'est une bonne alternative par rapport au tube pression, car il est emboîtable : pas de colle et pas de fuites grâce aux joints spéciaux.

Après la mise en place du ferraillage, le béton est coulé avec un soin particulier afin d'assurer pour la dalle du bassin un sol lisse sans aspérités. La pente n'est pas utile car : par expérience les déchets posés au fond ne seront pas aspirés avec une pente à 10 ou 15°C. Il faut vraiment donner beaucoup de pente (> 45°) pour que les déchets glissent naturellement vers la bonde de fond. De plus, les koïs ont l'habitude de se poser au fond et préfèrent donc un sol presque plat. Le nombre de bondes de fond sera en adéquation avec la surface et le débit souhaité. On compte 12 à 15 m3/h par bonde et environ 2 m autour ; pour un 40 m3/h, il est donc conseillé de mettre au minimum 2 à 3 bondes et un skimmer pour arriver au débit souhaité.


La maçonnerie[modifier]

Les parois du bassin seront montées selon le cas en blocs à bancher, parpaings, blocs en styropore haute densité ou en agglos polystyrène coffrant les ferraillés avec pose d'un Delta MS sur l'extérieur pour éviter les remontés d’humidité.

Les murs sont construits comme une cave de maison avec le coffrage des formes du bassin puis remplissage avec du béton. On prêtera attention à éviter toutes arêtes extérieures qui pourraient blesser les poissons.

Des skimmers compléteront le système d’épuration de l’eau : garder un miroir d’eau propre permettra d’observer plus facilement les poissons et emmène les feuilles et déchets flottants au filtre avant qu’elles ne tombent au fond. Il faut également prévoir les passages de paroi latéraux pour les skimmers et les retours éventuels des pompes en effectuant des réserves lors de la coulée du béton (utilité d’un plan précis). Sur ce gros œuvre, on pourra prévoir une bâche, de la résine polyester ou un crépi hydrofuge pour parfaire l’étanchéité.

La bâche EPDM est le moyen le plus facile et un des plus économique : il n’est alors pas utile d’avoir une surface solide contrairement aux membranes d’étanchéités : Sika, fibre où l’on doit avoir un bon support stable, sec et sans fissure.

L'opération suivante consiste à remblayer la terre autour du bassin et égaliser la zone naturelle et le fond du bassin par la mise en place de sable bien damé. Le haut des murs est retravaillé pour avoir une horizontalité parfaite avec une légère pente vers l’extérieur du bassin.


Le local technique[modifier]

Le local technique creusé pendant le terrassement est d’un niveau inférieur au niveau de l’eau pour permettre une filtration gravitaire .

Le filtre sera lui aussi posé sur une dalle en béton ou support solide et les arrivées et départs de tuyaux sont mis en place.

Afin éliminer les substances chimiques produites par le filtre et les kois, l’idéal est de pouvoir alimenter ce bassin de façon continue en eau fraîche pour assurer les changements réguliers. Suivant la charge organique et la qualité de l’eau, ce changement peut être de 2% (grand bassin ou peu de charge) à 10% du volume hebdomadaire sur des bassins plus petits ou moins bien filtrés.


La filtration[modifier]

Le choix du mode de filtration (filtre multichambre, beads, filtre à tamis, tambour... ) doit être étudié selon de nombreux paramètres (grandeur et formes, type de faune et flore, clarté de l’eau désirée, entretien ).

Sur cet exemple, un filtre courroie Smartpond EBF 1200S va assurer la filtration du bassin à koïs de 65M3, la filtration biologique sera faite par 300 litres d'Hélix, une pompe Red Devil 4 de 800 watts réglable (consommation réelle : 150w pour 22m3/h) et une pompe Flowfriend de 70 m3/h (à 1200 tr/mn, 27m3/h, 110W) assureront la circulation de l'eau dans le filtre et une pompe Messner Eco X 850 pour le larmier, une centrale IKS va réguler la température (échangeur), le pH et le taux d'oxygène (concentrateur et réacteur). Un serpentin en inox peut être relié à la chaudière de la maison par un circuit indépendant (échangeur à plaque): cela évitant une surconsommation de chauffage, régulé par l'IKS.

Les pompes Red Devil, grâce à un branchement LAN sur un ordinateur, peuvent être régulées comme on veut : consommation, puissance, débit.

La centrale de mesure et régulation IKS permet de gérer les paramètres courant d'un bassin : chauffage, régulation du pH par injection de HCl (Chlorure d'hydrogène), régulation de la concentration d'Oxygène, régulation du Potentiel Redox par injection d'Ozone, modification du débit de la pompe d’un larmier, mise à niveau automatique du niveau d'eau, gestion des alarmes par envoi d'e-mail et/ou de SMS, statistiques et enregistrement des données pour exploitation et surveillance.


L'oxygènation[modifier]

Un concentrateur d'oxygène qui produit 95% d'oxygène pur associé à un réacteur assurant le bon mélange gaz/eau est mise en place. L’air injecté dans le filtre et non dans les bondes assurera un miroir d’eau tranquille.


Les branchements[modifier]

Les branchements sur le filtre sont faits avec des raccords souples et peuvent être démontés. Les retours au bassin sont équipés de vannes pour permettre le démontage de la pompe ou du réacteur. Les arrivées du bassin sont équipées de purge pour pouvoir nettoyer le dépôt qui se forme dans les tuyaux.


L'aménagement autour du bassin[modifier]

Les modifications saisonnières
En été, le bassin peut être protégé par une voile d'ombrage et en hiver, il peut être entièrement recouvert et donc isolé pour maintenir une température de 8-10°C

Une eau neuve pour les koïs.
Le bassin mettra une ou deux saisons pour se stabiliser.







La technique réalisée, ne reste alors que la décoration des abords ou l'on pourra laisser libre cours á sa créativité.



Notes et références[modifier]

Avec la participation de www.koiconnect.com
Article publié dans le numéro 9 de la revue Bassins de Jardin