Arbre de jardin : Le Niwaki

De Encyclopedie du Bassin
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pierres, eau et ornements, contribuent à l’élaboration d’un jardin japonais, séduisant le spectateur par leur raffinement. Un des éléments essentiels de ce paysage est l’arbre. Le Niwaki est conduit, formé, cisaillé et taillé pour s'adapter au paysage du jardin.

Le Niwaki est l'évocation épurée de l'essence de l'arbre. (Illustration: Carlina Sguerzi)

Préambule[modifier]

Le Niwaki est, tout simplement, un arbre de jardin cultivé, sculpté, calligraphié, stylisé. Il s'agit d'une version symbolique abstraite recherchant « l’essence de l’arbre », c'est à dire l’image que l'on se fait de la force primitive d’un arbre.

Un acteur majeur[modifier]

Le Niwaki est un élément essentiel d'un jardin japonais comme l'eau et le minéral. La simplicité apparente de ces arbres résulte d’un travail long et minutieux, d’un art de la taille selon une forme appropriée, et de la conduite de l’arbre vers une forme « juste » une œuvre vivante végétale.

Le Niwaki n’est pas un bonsaï: ses racines ne sont pas travaillées. Cultivé en pleine terre le volume "racinaire" est proportionnel au volume foliaire; il ne s'agit en aucun cas d'un arbre nanifié.

Loin de contraindre l’arbre et de le torturer, on cherchera ici à accentuer sa personnalité, en corrigeant ses défauts, en conservant ses proportions. On va donc conduire l’arbre sans en modifier son caractère. Cette conduite peut prendre du temps… si longtemps que certains Niwaki dépassent la vie du jardinier.

La taille permet de modeler l’arbre, mais aussi de "l’aérer" afin de laisser pénétrer la lumière du soleil (taille en transparence) et ainsi prévenir l'invasion de parasites et l'apparition de maladies. Cela redonne de la vigueur et renforce la beauté des fleurs et la qualité des fruits.

Principes et techniques[modifier]

Les soins tendent à accentuer le caractère de la maturité de l’arbre, pour le faire paraître plus grand et plus vieux que ce qu'il est en réalité; cela par la conduite, qui donne aux branches les lignes horizontales, étirées; et par la taille, pour augmenter le nombre de bourgeons, diminuer la stature de l'arbre, le réduire tout en conservant des proportions justes.

Un arbre jeune croit par une expansion des rameaux, sous la face inférieure de la branche (hypotonie). Par la suite, le développement des rameaux se fera au-dessus de la branche (épitonie). La taille cherchant à donner un caractère mature, les rameaux seront taillés simulant un développement en épitonie.

L’arbre cherche à pousser le plus haut possible. Pour ce faire il produit une hormone appelée auxine. Secrétée au sommet du tronc, elle descend le long de l'arbre, réduisant ainsi la croissance des branches latérales et privilégiant celle du tronc principal. Couper la tête de celui-ci réduit le flot d'auxine, permettant aux branches latérales inférieures de croître et aux bourgeons adventifs, dormants, d’éclore. La conduite des branches latérales aboutit aux mêmes résultats, réduisant la sécrétion d'auxine dans chaque branche, et forçant la pousse de la végétation.

Appliquée aux arbres fruitiers, cette technique ancestrale permet une production accrue de fruits.

Le travail sur l’arbre se décomposera entre : dégagement du tronc, sélection de branche charpentières, formation des masses végétales, et entretien de la forme.

Conseils pour la taille[modifier]

Ce Niwaki présente une taille en "coupe vent". (Photo : Albert Roguenant )

La méthode de taille pour un Niwaki ne diffère pas de celle utilisée par nos jardiniers. Des outils désinfectés avec de l’alcool évitent la propagation de maladies, tandis que les lames affutées permettent une taille nette. Le principal outil reste… l’œil. Avant d’entreprendre toute taille irréversible, il convient d’examiner, d’imaginer, de prévoir.

La taille s’effectue par temps sec, afin d’éviter à l’humidité de pénétrer. La lame coupante se positionne au plus près du côté du bois à conserver. On taille en biais au-dessus d’un bourgeon, à l’opposé de l’œil. Une coupe droite peut être pratiquée sur une branche à bourgeons opposés. On privilégie les branches poussant vers l’extérieur ou qui remplissent un vide. On ne coupe pas à raz du tronc (on minimise la surface de la taille), ni trop haut (moignon). Sur une grosse branche, on pratique une pré-coupe au-dessous de la branche pour la soulager, puis on coupe au-dessus : on peut alors couper le moignon.

Conduire les branches charpentières[modifier]

1-Tronc droit; 2-Tronc sinueux; 3-Tronc multiple; 4-Tronc double; 5-Bouoles; 6-La taille.
Si le style de tronc est reconnaissable au japon, on n'y trouvera pas ces branches remontantes caractéristiques de jeunes arbres. L'exemple no5 style "pompon" fréquent en occident, est quand à lui plus une topiaire italienne.
( Illustration : Marie - Forum-Bassin)

L'arbre pourra prendre diverses formes (droites, sinueuses, multiples...) selon la vision du propriétaire du jardin et ses tailles. Une observation de vieux spécimens dans la nature, des pins par exemple, et sur un aplomb venté, montre l’aspect irrégulier recherché des branches chargées par le poids des ans.

Il faut nettoyer la base de l'arbre, en éliminant soigneusement les branches mortes ou inutiles. Supprimer les brindilles au ras des charpentières ou du tronc permet de dégager les futures masses de végétation aux extrémités et créer des espaces vides entre les masses qui rappellent les nuages. Conduire des branches dépend de l’âge de l’arbre et de la saison (souples lorsque la sève la parcourt au printemps et été, raides en hiver). Des liens en fibre naturelle, des bambous permettent de plier la branche à 10° en dessous de l’horizontale pour des arbres jeunes, alors qu’il faut soutenir les branches d’un arbre âgé. Pour faire entrer la lumière, les branches les plus basses seront plus étalées. De grosses branches dirigées vers le haut et ne pouvant être courbées devrons être coupées et la nouvelle pousse sélectionnée est dirigée vers le bas par une attelle. Selon ce que l’on souhaite obtenir, des formes particulières peuvent être utilisées (style Monkaburi: branche latérale s’étendant au-dessus d’un porche).

Travailler les masses végétales[modifier]

Un juniperus taillé en nuages. (Photo : Albert Roguenant )

Selon les espèces d'arbres, les masses végétales peuvent se façonner soit en plateau par l'orientation horizontale des branches (Pinus spp. mature, Acer japonica, Carpinus), soit en nuages bombés (Pinus spp. jeunes, Taxus, Juniperus).

Le travail sur la forme des branches se fera en automne ou au printemps (à lune montante). La forme en pagaie des jeunes pousses sur la branche est raccourcie à un ou deux bourgeons pour lui donner une forme plate. Au cours de l’été, les nouvelles pouces seront pincées. Les années suivantes, on travaille avec des cisailles sur le dessus des masses végétales, alors que le dessous est traité au sécateur de façon à être plat, en supprimant les branches descendantes (ceci pour les nuages). Pour les plateaux, la cisaille peut être employée sur le dessus ou le dessous.

La tête[modifier]

La réalisation de la tête consiste à conduire, au sommet de chaque tronc supprimé, trois ou cinq branches latérales, haubanées vers le bas, selon une forme en baleine de parapluie, de 1/6 de la taille de l’arbre.(cf illustration no 6) Comme pour les branches latérales on coupe les pousses à deux bourgeons au printemps suivant. Les rameaux doivent être limités à 3 cm, les années suivantes, pour permettre le développement d’une végétation plus tendre.

Sculpture d’estoc[modifier]

C'est un moyen rapide à base de taille drastique, d’éclaircissage, et de conduite, pour accentuer un port intéressant et donner un effet « japonisant ». Cette méthode convient pour des arbustes envahissants.

Fukinaoshi[modifier]

Trois photos illustrent la taille Fukinaoshi d'un pin
"Avant". (Photo : Olivierdu28 - Forum-Bassin)
"Pendant". (Photo : Olivierdu28 - Forum-Bassin)
et "Après". (Photo : Olivierdu28 - Forum-Bassin)

On peut acheter en pépinière un Niwaki et en assurer l’entretien. Mais si l’on dispose d’un arbre mature avec une stature intéressante, on peut le travailler pour obtenir un Niwaki de belle allure, en gagnant des années de croissance. Car on n’a plus à orienter la croissance de l'arbre, mais "seulement" mettre en valeur sa structure.

Cela implique de rabattre sévèrement pour ne garder que le tronc et les branches principales les mieux formées. Différentes espèces capables de repousser avec force se prêtent à cette technique parmi lesquelles on trouve : Ilex crenata, Quercus phillyreoides, Podocarpus macrpbyllus, Taxus cuspidata, Camellia japonica…

On supprime toutes les branches mortes et cassées, les rejets et les gourmands, avant de couper la tête du tronc juste au-dessus d'un départ de branches latérales.

Les branches sont éclaircies, en conservant celles qui, positionnées de manière asymétrique et régulièrement espacées autour du tronc, dessineront la nouvelle structure.

La difficulté est de visualiser ces branches à conserver, et de savoir si la taille leur donnera ultérieurement une masse de plateaux satisfaisante.

Il faut noter que la position de celles-ci ne permet peut être pas la meilleure vue depuis l’endroit désiré.

Le fait de rabattre les branches va forcer l'arbre à produire de nouveaux bourgeons qui donneront lieu à des masses végétales conduites selon la forme recherchée.

Pins[modifier]

L'arbre qui définit le mieux le jardin japonais, n'est ni le cerisier à fleurs, ni l'érable, mais bien le pin. C’est un arbre indigène idéal pour devenir un Niwaki, dès lors que les aiguilles ne soient pas trop longues et que l'on choisit une espèce selon la croissance, la couleur, ainsi que la densité des aiguilles. Plus compliqué que sur d’autres arbres, notamment du fait du nombre de branches latérales, la taille doit respecter un calendrier, et tenir compte que les pins ne repartent pas sur du vieux bois. Un arbre jeune est plus malléable.

Les pins sont monoïques; ils produisent des strobiles (bourgeon, chandelle) séparés mâles et femelles sur le même arbre, qui s'ouvrent à la fin du printemps avec l'apparition de la nouvelle végétation. Les strobiles mâles (jaunes) sont remarquables quand ils libèrent le pollen en petits nuages, mais peuvent être ignorés dans la taille.

Si on peut travailler sur les bois toute l'année, les grosses coupes se font en juillet et août où la cicatrisation se fait sans coulure de sève. En Mai, sur les masses de végétation, on raccourcira au 2/3, les strobiles sans outil tranchant, en les pinçant pour favoriser une nouvelle pousse.

La taille de formation se fait en automne. On coupe alors le bout de chaque branche horizontale. Les pousses latérales récentes sont coupées à moitié.

Au printemps suivant, on éclaircit, en ne laissant que deux bourgeons dirigés vers l’extérieur qui deviendront des chandelles, lesquelles seront pincées au début de l’été (procédé midoritsumi).

A l'automne suivant, les vieilles aiguilles seront retirées, pour ne laisser que les plus récentes. On continuera à densifier en pinçant les chandelles à moitié, tous les printemps.


La taille d'entretien consiste, pour maintenir la croissance, à supprimer complètement les bourgeons avant que les aiguilles ne se développent.

Les années suivantes, on desquame le tronc et ses branches, afin de supprimer les parasites. Pour ne pas blesser le bois, on n’enlève jamais une écorce résistante.

Les pins, peuvent subir les attaques d'insectes défoliateurs, (chenille processionnaire), qui, en affaiblissant l’arbre, permettent l’implantation d'insectes ravageurs du bois (scolytes). La lutte préventive repose donc sur l’utilisation d’un piège à phéromones dès le mois de juin pour capturer les papillons mâles et sur la suppression des premiers stades larvaires par des insecticides (Bacillus thuringiensis).


Le jardin ne doit pas être un fardeau. Cette culture, apaisante et enrichissante, ne présente d'autres difficultés que de trouver un équilibre entre réflexion, attente, expérimentation, action... pour s'approcher d'un tout harmonieux, en ressentant une grande satisfaction esthétique.

Quelles espèces choisir ?[modifier]

Le choix de l'essence devra tenir compte de la forme souhaitée, mais aussi de votre habileté dans l’art de la taille.

Certains arbres seront plus faciles à travailler[modifier]

  • Le genévrier de Chine (Juniperus chinensis), style tamazukuri 'balle'
  • L'if (Taxus cuspidata var. nana), style karikomi 'taille en arrondi'


Et d’autres nécessiteront plus de maitrise[modifier]

  • Les pins, Pinus Brégeon, Pentaphylla, Sylvestris
  • Les conifères :
  • Les cèdres du japon, Cryptoméria japonica (daisuji ‘troncs énorme’, nouvelles pouces sur du vieux bois)et Podocarpus macrophylus, style fukinaoshi
  • Le cèdre de l’Himalaya, Cedrus deodara (pousse vite et réagit bien à la taille, port pleureur)

Notes et références[modifier]

Article publié dans le numéro 31 de la revue Bassins de Jardin
Toute contribution à cet article peut être apportée dans le forum : Les bases du bassin N : NIWAKI