Page 1 sur 2

La pyrale du buis

Posté : 03 mai 2015, 20:01
par Angèle
Fléau les chenilles de la pyrale du buis ravagent vos buis d’ornements.
Le buis, plante sans souci, qui se taille bien, reste vert l'hiver et a le bon goût de pousser lentement est très utilisé pour nos jardins d’ornements notamment zen, et autour de nos bassins.
image.jpg
La pyrale du Buis ( Diaphana perspectalis, Glyphodes perspectalis, ou Cydalima perspectalis) est un lépidoptère de la famille des Crambidés (Crambidae).
Originaire d’Asie du Sud-Est, est déclarée en 2008 « espèce invasive » par l’OEPP (Organisation Européenne et Méditerranéenne pour la Protection des Plantes).
buis.jpg
Ce petit papillon de nuit dont la chenille dévore les feuilles de buis, et peut défolier les buis en quelques jours. Sans prédateur en Europe (1) une prolifération rapide (printemps juin septembre) font de cet insecte un fléau difficillement éradicable.
Vous détecterez l’attaque de ce parasite, par des feuilles jaunies, desséchées, des toiles de soie tissées, et la présence de la chenille verte et noire.

Reconnaitre l’insecte
Chenille : Reconnaissable à sa tête noire luisante, son corps 4cm à son dernier stade est vert clair, avec des rangées longitudinales de points noirs et de poils drus clairs.
Les pattes abdominales sont au nombre de 10
Sa capsule céphalique est de couleur noir luisant
Ces larves ne sont pas urticantes.
Nymphe : La nymphe de couleur brune protégée par un cocon de feuilles et de soie, mesure 20 mm de long.
Papillon : La taille varie de 36 mm a 44 mm.
Les ailes sont blanches et brunes avec des irisations dorées et violacées sur les bords, le différenciant des espèces autochtones européennes.
Pas de dimorphisme sexuel
chenille.jpg

Cycle biologique
- En Février Mars , les larves de chenilles (nymphe) de la saison précédente , ont passé l'hiver dans un cocon dans la face intérieure d'une feuille, et sortent d'hivernage et commencent à s'alimenter.

- Avril, la chenille débute sa nymphose (transformation en papillon), elle dure environ 3 semaines (pendue par la queue, tête vers le bas, (généralement dans un cocon tissé entre les feuilles).

- Début de la période de vol et de reproduction. Cette première génération de papillon prend son vol fin mai, début juin. Les papillons sont exclusivement nocturnes.

- Ce cycle se reproduit et donne deux à trois générations par an. La ponte des œufs en groupe se fait sur la face inférieure des feuilles. Les œufs donnent naissance aux chenilles. Les différentes phases de la pyrale du buis vont cohabiter (Nymphes, chenilles, papillons).
Chenillesurbuis.jpg

Les différents moyens de lutte
- Bio : Mis au point par l'Inra, à base de Bacillus thuringiensis, variété krustaki, Pulvériser autant sur le dessus que le dessous des feuilles, en dehors des périodes de pluie. Cet agent pathogène «bio» est efficace lorsqu'il est ingéré par les chenilles, ce produit la paralyse alors mortellement. Quelques heures après l'absorption du produit, la chenille ne peut plus s'alimenter et meurt dans les jours suivants.
Mais les œufs ne sont pas touchés. Il faut donc recommencer le traitement deux à trois fois, le matin, à trois semaines d'intervalle.
Voir http://www7.inra.fr/opie-insectes/pdf/i97chaufaux.pdf, un peu ancien.

- Insecticide chimique, lequel doit être respectueux des auxiliaires. Les pyréthrinoïdes (deltaméthrine - 'Decis' par exemple- ou cyperméthrine - 'Capsicol' par exemple- ) sont des insecticides de contact, avec l’inconvénient de ne pas être sélectif, de toucher également les insectes auxiliaires utiles. L'insecticide systémique 'Calypso' est absorbé par les feuilles et passe dans la sève,
Une alternative aux pyréthrinoïdes est le diflubenzuron (Dimilin Flo). Il s'agit d'un régulateur de croissance des insectes agissant essentiellement par ingestion mais est efficace que lorsque les chenilles sont très petites, idéalement juste après l'éclosion des œufs.
Le diflubenzuron», peut être appliqué à une heure tardive lorsque les abeilles sont à la ruche à l'intérieur des et sous les feuilles où les chenilles se cachent fréquemment.

- Utilisation à titre préventif d’un piège à phéromones, comme celui existant pour les chenilles processionnaires par exemple, qui attirent les papillons mâles. Projet collaboratif Save buxus entre la société hollandaise Koppert, spécialisée dans la protection biologique intégrée en partenariat avec l'Institut national de la recherche agronomique (Inra), la région Paca, l'institut technique Astredhor et la plate-forme Plante & Cité.

- Sur de petits buis, procéder manuellement au ramassage à la main (ou avec une pince à épiler) des chenilles. Elles ne sont pas urticantes. L'opération est à renouveler fréquemment. Couper les parties de la plante infestées.

- Sur des buis de grandes tailles, secouer violement le buis, ou le frapper avec un bâton, pour faire tomber les chenilles sur un tissu . Brûler ou ébouillanter ensuite les chenilles.

- Passer les buis au jet d'eau sous-pression, en période de beau temps, afin d'endommager les chenilles, les œufs et les nymphes.

C'est souvent l'association de plusieurs méthodes de luttes qui sauveront vos buxus... pour une saison…. Seule une action collective de traitement simultanée serait de nature à éradiquer la pyrale du buis.
Buisattaqué.jpg

Pour remplacer les buis , des alternatives tels que le Lonicera nitida 'Maigrün' pour des bordures (qui se bouture facilement, pousse relativement vite, d'où un nombre de tailles annuelles plus important) ou Ilex crenata 'Convexa' ou KIMME » (à croissance lente mais relativement cher, origine Asie)

Photo RAS [cry.gif]

(1) Prédateur apparu : la mésange [smiley.gif]

Re: La pyrale du buis

Posté : 03 mai 2015, 20:12
par christine
Merci Angèle, c'est vrai que ette chenille est une calamité.
A savoir que les buis, à partir d'une certaine taille, sont très coûteux, et comme il faut des années pour faire une belle plante, c'est rageant de la voir dépérir.

Re: La pyrale du buis

Posté : 03 mai 2015, 20:12
par Guillaume45
Bravo pour cet article

La pyrale décime nos parc et châteaux, c'est une catastrophe sans précédent !

Re: La pyrale du buis

Posté : 03 mai 2015, 20:21
par Yannick
Je confirme l'efficacité du Bacillus thuringiensis contre toutes les chenilles, ainsi que les petits vers/chenilles qui mangent les feuilles des nénuphars, sans danger pour les poissons, têtards et autres.

Re: La pyrale du buis

Posté : 03 mai 2015, 20:46
par stephane 94
Bonjour,

merci pour ce post , les buis sont actuellement infecté , mais pour l'instant je n'ai rien fait ne voulant pas mettre d’insecticides, le produit bio on peut le trouver où ?

Stéphane

Re: La pyrale du buis

Posté : 03 mai 2015, 21:22
par Guillaume45
regarde si il y a des coopératives horticoles et du paysage vers chez toi.

Re: La pyrale du buis

Posté : 03 mai 2015, 22:11
par Yannick
Et dans beaucoups de jardineries, la marque Solabiol le commercialise :
http://www.solabiol.com/nos-produits/to ... -chenilles

Re: La pyrale du buis

Posté : 04 mai 2015, 14:42
par Claude
merci Angèle... je vais essayer de mettre en pratique toutes ces méthodes de lutte!...

Re: La pyrale du buis

Posté : 04 mai 2015, 16:30
par Claude
ça y est... j'ai pu faire un traitement?... en tuant au passage une petite dizaine de chenilles... mais c'est pas facile de les trouver... elles se confondent bien dans la végétation!... maintenant à voir pour le résultat?????

Re: La pyrale du buis

Posté : 04 mai 2015, 16:37
par plouf
J'ai les buis qui ont pris un coup de buis. Ils sont tous desséchés, pourtant j'ai traité une partie de mes plantations et j'ai supprimé la pyrale. Je voudrais savoir si ils vont se remettre du ravageur ou si ils sont perdus.