Gambusies : Ce qu'il faut savoir..

Poissons Rouges, Esturgeon, autres espèces
Répondre
Fruhauff
Messages : 3
Enregistré le : 16 août 2013, 09:13

Gambusies : Ce qu'il faut savoir..

Message par Fruhauff » 18 oct. 2014, 13:11

Gambusie : genre, description, habitat, mœurs, prédateurs, alimentation, reproduction, autour de nos bassins, photo.

GAMBUSIE - Gambusia affinis (Baird et Girard, 1853), Gambusia holbrooki Girard, 1859
De l'expression cubaine « Gambusino », qui signifie «rien ».
Ordre : Cyprinodontiforme, Famille : Poeciliidés

Généralités
Gambusia affinis et Gambusia holbrooki (respectivement gambusie du Sud-Est et de l'Ouest des Etats Unis) sont des poissons d’eau douce de la famille des Poeciliidae (Ordre des Cyprinodontiformes). Ces deux espèces présentent une biologie et une morphologie très similaires et ont été souvent confondues et parfois considérées comme deux sous-espèces.
Originaire des USA, où elle est appelée "Mosquito fish" (poisson à moustiques), et du nord du Mexique, introduit en France vers 1930, la Gambusia est selon (Krumholz 1948) le prédateur naturel des moustiques, se nourrissant de leurs larves (Diptères Culicidés) . La Gambusia et utilisé pour cela dans la lutte antipaludéenne comme un agent de lutte biologique contre les moustiques .

La gambusia est une espèce vivipare de petite taille de 1 à 5 cm de longueur. Elle présente une maturité sexuelle précoce, une croissance rapide, un taux de reproduction élevé et une durée de vie courte.

Taille : Le dimorphisme sexuel est visible par la taille, les femelles peuvent atteindre 6,5-7,5 cm, et de 3,5-4 cm pour les mâles cm LS pour les mâles.
Leur croissance est ininterrompue et se déroule à deux vitesses, rapide au printemps et en été et nettement plus lente en hiver lorsque la température de l'eau baisse

Longévité : . Le maximum constaté est de 2 ans, usuellement les femelles nées en fin de période de reproduction disparaissent en juin soit à l'âge de 9 mois, les mâles en juillet

Morphologie :
La gambusia est de couleur vert ou marron (suivant le milieu) translucide sur le dos. La cavité abdominale laisse apparaître les viscères. Les femelles arborent une tâche noire abdominale caractéristique sur chaque flanc.

Le dos un peu arqué en avant de la nageoire dorsale et le ventre profond en face de l'anal.
La tête est aplatie avec une surface supérieure aplatie et se termine en pointe au niveau de la bouche. La bouche est petite, pourvue de nombreuses dents, pointé vers le haut pour se nourrir en surface, limité à hauteur des yeux renversée et protractile. Les yeux sont grands.
La nageoire dorsale est courte, haute et bombé. La nageoire caudale est plus grande en forme d’éventail arrondi. La nageoire ventrale se situe à la base de la queue, elle est courte et arrondie chez la femelle et se transforme chez le mâle en un long organe copulateur pointu, le gonopode.
La tête et le tronc sont couverts de grandes écailles. Le dos est d’un vert olive à brun, les côtés gris d’un éclat bleuâtre, et le ventre d'un blanc argenté.
Outre la taille un peu différente, les deux espèces se distinguent par plusieurs moyens. Chez G. holbrooki, le premier rayon du gonopode des mâles a un bord dentelé, la dorsale nageoire a habituellement 7 rayons et les mâles aussi ont généralement un nombre plus élevé de taches sombres sur le corps que les mâles G. affinis. Le mâle G. affinis a généralement seulement 6 rayons sur la nageoire dorsale.

Habitat
La Gambusia, a été introduit dans plus de 50 pays (Garcia Berthou et al. 2005) afin de contrôler les populations de moustiques vecteurs du paludisme (Krumholz 1948) et constitue probablement aujourd’hui le poisson d’eau douce le plus répandu à l’échelle mondiale (Krumholz 1948, Unmack 1998).
Très adaptable, les gambusies survivent sous des conditions extrêmes dans les eaux avec peu d'oxygène (jusqu’à 0,28 mg/l), dans des salinités variable (0 ‰ à 30‰ ; Nordlie & Mirandi 1996) (soit le double de celle de l'eau de mer) et des températures fortes ou faibles (valeurs variant suivant les auteurs, températures proche de zéro à 40°C) pour de courtes périodes
Cependant, dans son aire d'origine elle affectionne des températures fortes (31°C en moyenne; Winkler 1979), des eaux calmes, de faible profondeur (8-15cm), des milieux lentiques et riches en végétation. Elle n’est retrouvée en général qu’à des altitudes inférieures à 1000m (Alcaraz 2006)

Ce poisson potamodrome, supporte une gamme de pH de 5,8 à 8,2. La dureté de l'eau n'a pas d'importance notable et des valeurs comprises en GH 3 et GH 30 sont tout autant valables. La résistance à de faibles niveaux d'Oxygène dans l'eau est remarquable.

Gambusia dispose d'un avantage concurrentiel sur les espèces endémiques dans certains habitats subissant la une diminution du taux d’oxygène et l'eutrophisation)

Mœurs
Aime vivre en banc.
Profondeur de vie : Surface et milieu,

Prédateurs
- d'autres poissons carnassiers (brochetons, Fundulus).
- tortues.
- les oiseaux (martin-pêcheur...)
Il n'existe pas de méthodes de lutte biologique ou de contrôle physique connues pour cette espèce de sorte que le meilleur moyen de réduire leurs effets est de contrôler sa propagation.

Alimentation
Si leur appétit pour les larves de moustiques (Diptères Chironomidés et Empididés) est reconnu et apprécié dans la lutte biologique, la Gambusie est loin d’être strictement culiciphage (mangeurs de moustiques).
Omnivore et opportuniste, elle se nourrit principalement en surface d’arthropodes aquatiques, des petits crustacés (Copépodes et Cladocères), mollusques, œufs, des juvéniles de poissons, des He x a p o d e s terrestres tombés dans l’eau (collemboles, fourmis) et flottant en surface, mais aussi d’algues et autres particules végétales.
Son mode de prédation implique principalement la vue c’est pourquoi les milieux turbides lui sont peu favorables
L’alimentation variera en fonction de la saison
En saison chaude, régime plutôt phytoplanctonophage , et d’insectes aquatiques
Le zooplancton, constitué d'ostracodes et de copépodes est consommé régulièrement au cours de l'année et compose la majorité du bol alimentaire.
En hiver, la prédation sur les larves de diptères (chinonomidae) est accrue, et quelques proies exogènes (formicidae et diptère adultes).
Chips (2004) a observé des taux de consommation maximale de 42 à 167% de leur poids corporel par jour

Reproduction
La Gambusia a la particularité d’être de notre ichtyofaune le seul poisson ovovivipare (ne pond pas d'œuf, les alevins naissant déjà formé)
La fécondation interne est possible parce que la nageoire anale du mâle est modifiée dans un organe copulateur : le gonopode, externe typique des poécilidés mâles
La période de reproduction de la gambusia s’étale d’avril à Octobre, une femelle peut faire jusqu'à 5 pontes par an.

Les pontes comptent en moyenne 22 alevins/ponte par femelle avec des limites de 3 à 108.

Les femelles ovovivipares, présentent différentes grappes d'œufs à des stades plus ou moins évolués.
La gestation dure pendant une période de 24 jours à un mois
De mai à septembre, des ovules fécondés sont souvent associés à des embryons, le restant de l'année, des ovocytes réduits sont visibles chez les grandes femelles.
La relation entre le nombre d'œufs et la taille des poissons varie au cours de la période de ponte.
Les premiers alevins, apparaissent en mai et proviennent des premières reproductrices d'avril, ne mesurant que 7 mm. De mai à juillet, la totalité des femelles de tailles supérieures à 22 mm, sont ovigéres.
Au mois de juin la fécondité est optimale (55.1 oeufs/individu) pour des géniteurs de grandes tailles, puis la longueur du corps et la fécondité vont ensuite décroitre régulièrement. En fin de saison, les femelles de tailles comprises entre 27 et 39 mm ne donneront qu'un faible nombre d'alevins. Estimée en régression linéaire pour un individu de 35 mm, la baisse de fécondité est nettement visible au cours de la période de reproduction: 29 à 31 œufs en mai-juin et seulement 10 en septembre (fin de reproduction),.

Les poissons qui viennent de naître sont tout de suite actifs et capables de s'alimenter.

En élevage, OBOTSFORD et al (1987) obtiennent des femelles ovigéres à 8 semaines, dans une eau à 30 ºC. PH 7.0
Les pontes peuvent se succéder à une cadence élevée, à 30 jours d'intervalle pour HUBBS et VALDES-GONZALES (1992) et de 5 à 14 pontes peuvent être accomplis au cours de 8 mois de reproduction

Dangerosité
En raison de leur réputation en tant qu'agents lutte contre les moustiques, à la fois G. holbrooki et G. affini s ont été approvisionné régulièrement et sans discrimination dans les zones tempérées et tropicales du monde entier.
La plupart des introductions ont eu lieu avant la récente modification taxonomique; les origines des stocks introduites étaient généralement inconnue ou non déclarée, les deux formes étaient largement disponibles, il n'est souvent pas possible de déterminer si un grand nombre d’introductions représentent des G. affinis ou des G. holbrooki
Bien que largement présenté comme agents de lutte contre les moustiques, les récentes analyses critiques sur le contrôle des moustiques n'ont pas soutenu le point de vue que Gambusia sont particulièrement efficaces pour réduire les populations de moustiques (Baker et al. 2004) ou de réduire l'incidence des maladies transmises par les moustiques (Courtenay et Meffe 1989; Arthington et Lloyd, 1989).
En raison de leur comportement agressif et prédateur, Gambusia peut affecter négativement les populations de petits poissons par prédation et de la concurrence (Myers 1967; Courtenay et Meffe, 1989). Dans certains habitats, Gambusia introduit auraient déplacé des espèces de poissons indigènes pouvant être considérés comme plus efficaces agents de démoustication (Danielsen 1968; Courtenay et Meffe, 1989).
Enfin, la gambusia perturbe indirectement les écosystèmes et serait un générateur d’eutrophisation (Hurlbert et al. 1972,)
La gambusia a été introduite dans le monde entier et est susceptible de perturber de nombreux écosystèmes elles sont des hôtes potentiels de parasites helminthes, qui ont été transmis à poissons indigènes
Elle fait partie des 100 espèces exotiques retenues par le GISP (Global Invasive Species Programme http://www.issg.org/database/ )

Autour de nos bassins
Quasiment tous les poissons mangent les larves de moustiques. La Gambusia trouvera sa place dans des mini bassins avec des plantes aquatiques qui du fiat de leur tailles ne peuvent contenir d’autres espèces plus grandes. Dans des bassins a KOI elle servira à la fois de proies aux vieilles KOI Dans des bassins a poissons rouges elles contribueront à limiter la prolifération. On évitera ce poisson dans des bacs avec des poissons voiles.
L’intérêt de ce poisson en bassin est qu’il est toujours en surface et souvent près du bord. On peut donc toujours observer des poissons même si l’eau est très trouble ou verte. Ils incitent également les autres espèces à remonter vers la surface où l’on peut mieux les voir par effet de groupe et de mise en confiance.


Références bibliographiques
Alcaraz CC. 2006. Ecolognative cyprinodonts :
Université de Girona. 164p. madi SD & Jenkins DG. 2007. Behavioral constraints for the spread of the eastern mosquitofish, Gambusia

Baird & Girard, 1853 : Keith et al. (2011)
[Statut pour la France métropolitaine] Keith, P., Persat, H., Feuteun, E. & Allardi, J. (coords). 2011. Les poissons d'eau douce de France. Biotope, Mèze; Muséum national d'Histoire naturelle, Paris (collection Inventaires et biodiversité). 552 pp.

Baker C, Rowe D, Smith J. 2004. Gambusia-a biodiversity threat? Water & Atmosphere 12(2): 24-25

Garcia-Berthon E, Alcaraz C, Pou-Rovira Q, Zamora L, Coenders G, Feo C. 2005. Introduction pathways and establishment rates of invasive aquatic species in Europe. Canadian

HUBBS C. & VALDES-GONZALES, A.
1994 Annual Symposium of the fish Concil. Hendrickson D. A.

Hurlbert, SH & MS Mulla. 1981 Impacts de la gambusie ( Gambusia affinis ) la prédation sur les communautés planctoniques. Hydrobiologia . 83: 125-151.

Hurlbert SH, Zedler J, Fairbanks D. 1972. Ecosystem alteration by mosquitofish (Gambusia affinis) predation. Science 175: 639-641

Kats LB & Ferrer RP. 2003. Alien predators and amphibian declines: review of two decades of science and the transit

Krumholz LA. 1948. Reproduction dans le gambusie ouest, Gambusia affinis affinis (Baird & Girard), et son utilisation dans le contrôle des moustiques.

Nordlie FG & Mirandi A. 1996. Salinity relationships in a freshwater population of eastern mosquitofish. Journal of Fish Biolog

OBOTSFORD L.W; VONDRECK B; WAINWRIGHT T.C; LINDEN
A.L; KOPE R.G; REED D.E. & CECH J.J. 1987 Population development of the mosquito fish gambusia affinis in the rice fields. Env. Biol. Fish. 20. 2: 143-154.

Pyke, GH 2005 Un examen de la biologie de Gambusia affinis et G. holbrooki . avis en biologie du poisson et de la pêche. 15: 339-365.

Unmack P. 1998. Gambusia control homepage. [en ligne]. Disponible sur http://www.gambusia.net/

Winkler P. 1979. Thermal Preference of Gambusia affinis affinis as Determined under Field and Laboratory Conditions. Copeia 1979(1): 60-64
ETS FRUHAUFF, éleveur aquarium et bassin, spécialiste espèces rares.

Répondre

Retourner vers « Autres Poissons »