Plans d'eau : entretien

Evolution de votre bassin
RAS
Membre associatif
Messages : 865
Enregistré le : 20 mai 2013, 19:03
Localisation : Rhone-Alpes

Plans d'eau : entretien

Message par RAS » 12 juil. 2013, 18:29

Entretien d'un plan d'eau (mare, étang)
Dans ce dossier réalisé suite à une question ici,
viewtopic.php?f=24&t=260
nous nous attacherons à décrire les problèmes pouvant survenir dans un plan d'eau, les différentes possibilités de réhabilitation et d'entretien (selon qu'il s'agit d'un étang ou d'une mare), un glossaire des termes techniques employés par les sociétés spécialisées, la réglementation concernant l'entretien des plans d'eau, les bons usages pour limiter les problèmes...
Modifié en dernier par Ninia le 12 juil. 2013, 18:37, modifié 2 fois.

RAS
Membre associatif
Messages : 865
Enregistré le : 20 mai 2013, 19:03
Localisation : Rhone-Alpes

Plans d'eau problèmes : Envasement et Eutrophisation

Message par RAS » 12 juil. 2013, 18:34

Plans d'eau problèmes : Envasement et Eutrophisation
Envasement
L'envasement des plans d'eau résulte du dépôt des sédiments d’origine minérale (minéraux argileux issus de l'érosion des sols) et de matière organique comme des débris de macrophytes (plantes aquatiques, cadavres de microphytes et d'animaux)
Le phénomène d'envasement s'amplifie en raison de l'accroissement des apports anthropiques (apports de matière en suspension, de matières organiques, de nutriments ou de micro-polluants en raison des rejets agricoles, industriels et domestiques).

Eutrophisation :
Dégradation d'un milieu aquatique, lié à un apport excessif d’éléments nutritifs, essentiellement le phosphore et l'azote qui constituent un véritable engrais pour les plantes aquatiques. Elle se manifeste par la prolifération excessive des végétaux dont la respiration nocturne puis la décomposition à leur mort provoquent une diminution notable de la teneur en oxygène. Il s'en suit, entre autre, une diversité animale et végétale amoindrie

RAS
Membre associatif
Messages : 865
Enregistré le : 20 mai 2013, 19:03
Localisation : Rhone-Alpes

Plans d'eau problèmes : Choix des solutions d’interventions

Message par RAS » 12 juil. 2013, 20:16

Plans d'eau problèmes : Choix des solutions d’intervention
* choisir la technique légale la plus efficace en tenant compte des caractéristiques environnantes,
* choisir la période d’intervention la plus adaptée à l’espèce cible et aux caractéristiques du biotope envahi (en général, une intervention précoce dans l’année limite les quantités enlevées et les coûts), en fonction des autres éléments biologiques de l’écosystème (par exemple la reproduction du poisson),
* prévoir la destination et le traitement des déchets éventuels,
* veiller au respect des réglementations existantes : l’application de produits phytosanitaires en milieux aquatique et zones humides est maintenant interdite,
* prévoir, après la première intervention, un contrôle régulier comportant de la surveillance, des opérations éventuelles d'entretien et des méthodes de régulation préventives (de façon à limiter la recolonisation du site).
* s’il est envisagé la mise en place de travaux de grande ampleur (mécanique en particulier), le projet devra évaluer les impacts négatifs potentiels sur le milieu et les potentialités de régénération du site pour, dans les faits, pouvoir opter pour les solutions les moins perturbantes pour le milieu naturel.

MLS
Messages : 118
Enregistré le : 15 avr. 2013, 23:36

Plans d'eau problèmes : Plantes invasives

Message par MLS » 12 juil. 2013, 22:42

Plans d'eau problèmes : Plantes invasives
Les plantes jouent des rôles très importants dans le fonctionnement des milieux aquatiques (habitat, alimentation, filtration…)
La prolifération (souvent d’espèces importées) constitue diverses perturbations (écoulement, encombrement, eutrophisation …) aboutissant à un appauvrissement de la biodiversité (flore endogène, faune)

Caractéristiques des espèces
Liste non exhaustive des espèces invasives : Nom usuel, Nom scientifique, Famille, Origine, Commentaires.
  • Cornifle immergée, Ceratophyllum demersum, Ceratophyllaceae, Cosmopolite, Tiges dépourvue de racines
  • Elodée dense, Egeria Densa, Hydrocharitacées, Amérique du sud, Tiges de 3 m de long.
  • Elodée du Canada et l’Elodée de Nuttall, Elodea canadensis-nuttallii, Hydrocharitacées, Amérique du Nord, Tiges inférieures a 1m
  • Hydrocotyle fausse renoncule, Hydrocotyle ranunculoides, Araliaceae, Amérique du Nord, Plante vivace, tiges 30cm avec feuilles flottantes
  • Jussies, Ludwigia, Onagraceae, Cosmopolite, Plantes enracinées Herbiers denses Tiges florifères émergent de 50 à 80 cm.
  • Lagarosiphon, Lagarosiphon major, Hydrocharitacées, Afrique du Sud, Tiges couvertes de feuilles formant un plumeau
  • Lentilles d’eau, Lemna minor-minuta- turionifera, Lemnaceae, Cosmopolite, Vivaces flottant à la surface de l'eau
  • Myriophylle du Brésil, Myriophyllum aquaticum, Haloragacées, Amazonie,Tiges 3 m de long, émergeantes de 30 à 40 cm
  • Myriophylle en épi, Myriophyllum spicatum, Haloragaceae, Indigene, Feuilles immergées. Les tiges en surface forment des touffes très denses, empêchant le passage de la lumière
  • Potamot (crépu, nageant, brillant) , Potamogeton, Potamogetonaceae, Cosmopolite, Fort pouvoir de recouvrement.
Modifié en dernier par MLS le 16 sept. 2013, 09:15, modifié 1 fois.
MLS est le pseudo collectif du comité de rédaction. Il ne correspond pas une personne physique, conformément à la politique de non personnalisation du site.

MLS
Messages : 118
Enregistré le : 15 avr. 2013, 23:36

Faucardage des plantes envahissantes

Message par MLS » 13 juil. 2013, 19:37

ARRACHAGE
On procédera en bassin : à un arrachage manuel minutieux (Coupe herbes – râteau) et en étangs : à un faucardage (La faux a aujourd’hui laissé place à un bateau moissonneur muni de différents outils de coupe - cisailles horizontales, lames coupantes tractées..).
Il faut au fur et à mesure et méthodiquement retirer du milieu aquatique les plantes coupées (boutures, rhizomes).
L’intervention se fera en début de saison afin de minimiser le risque de boutures, sauf pour les Jussies ou les Myriophylles du Brésil, ou il faut une lignification suffisante des tiges permettant l’arrachage des racines.

La mise en 'assec’
Un vidage (assec) de l’étang lors de gels sévères vise à entraîner la mort des parties érigées et des rhizomes (organe subaquatique de réserve produisent des tiges aériennes et des racines adventives)
L'efficacité de cette technique, utilisée dans les étangs des Dombes, dépend de la nature du sédiment, du degré de dessiccation atteint et de la durée de la dessiccation (plusieurs semaines).

A l’opposé, une submersion est efficace sur certains végétaux (Thypha, Scirpes..).

COMBATRE LA REPOUSSE DES PLANTES
Apres faucardage d’un étang fortement envahi, on utilisera un filet aquatique (fibre de verre), lesté sur le fond de l’eau. Celui-ci doit avoir de fines perforations pour favoriser un échange gazeux eau-sédiment, mais intercepter les rayons lumineux nécessaires à la photosynthèse.
MLS est le pseudo collectif du comité de rédaction. Il ne correspond pas une personne physique, conformément à la politique de non personnalisation du site.

RAS
Membre associatif
Messages : 865
Enregistré le : 20 mai 2013, 19:03
Localisation : Rhone-Alpes

Bioépuration ou biorémédiation, traitement bactérien

Message par RAS » 13 juil. 2013, 22:39

Traitement bactérien pour les algues
algicides composé d’acide péracétique

Traitement de l'envasement par produit
La craie coccolithyque : épandage au printemps et en automne de craie + bactéries ou craie + oxygène actif Activation des processus d’oxydation et de minéralisation, floculation des matières en suspension. Objectif diminution de 5cm de la couche de vase.
Vendue selon sociétés sous diverses appellation : NAUTEX,

RAS
Membre associatif
Messages : 865
Enregistré le : 20 mai 2013, 19:03
Localisation : Rhone-Alpes

Curage d'étangs

Message par RAS » 13 juil. 2013, 22:40

Enlèvement simultané d'une épaisseur de vase importante et des végétaux qui s'y sont implantés (rhizomes, tiges).

Choix des méthodes de curage

- Le curage manuel
Utilisation d'outils traditionnels (épuisette). A partir de la berge, consiste à retirer la vase déposée sur le fond. De novembre à fin février.Au caractère pénible de ce travail, s'ajoutent des risques sanitaires dus au contact direct avec l'eau (leptospirose, bactéries fécales, etc.).

- Le curage ASSEC
Après vidange de l'étang (notamment par un système de bief), les sédiments sont extraits et évacués.
L'efficacité de cette technique dépend de la nature du sédiment, du degré de dessiccation atteint en profondeur dans celui-ci (> 20 cm) et de la durée de la dessiccation (plusieurs semaines).

- Le curage hydraulique
Aspiration des sédiments (vases), par des dragues désagrégatrices et aspirantes. Les vases sont refoulées vers un bassin de rétention
Avantages: Permet de garder l'étang en eau.
Inconvénients : Grands volumes d'eau avec les sédiments extraits (un volume de sédiments pour trois volumes d'eau).
Plusieurs types engins sont utilisés :
  • Dragues à désagrégateur à pression d'eau ou rotatif : Engins montés sur des barges ou sur châssis.
  • Dragues à désagrégateur horizontal : Vrilles montées sur l'extrémité d'un tube d'aspiration découpant les sédiments sur 2,70 m.
  • Dragues à désagrégateur horizontal et rotatif : + un désagrégateur rotatif, qui enlève les sédiments lourds ainsi que la végétation,
  • Les pompes immergées : Utilisées au bord des cours d'eau, montées sur une grue, nécessite une zone de décantation à proximité,
  • Les pompes flottantes : Nettoyage de petits ruisseaux.
- Le curage mécanique
Extraction des sédiments graveleux (compacts) réalisé à partir d'engins à godets soit depuis les berges (pelle mécanique), soit depuis la surface (pelle sur ponton, drague à godets…).
Inconvénients : Coûts, risque d'abimer le sous sol.
Ces méthodes traumatisantes pour le milieu naturel, doivent être réservées à des cas avancés d'envasement et de colonisation.
Différents types d'engin sont utilisés :
  • Les "draglines" : pelleteuses les plus courantes. Le sol des berges doit être sol stable et déboisé.
  • pelles hydrauliques : curage de cours d'eau de faible largeur (inférieure à 15 m). Grande maniabilité.
  • pelles araignées : travail à partir de la berge, (zones marécageuses ou à fort envasement)
  • pelles à godets sur pontons : pelles hydrauliques montées sur des barges. (travail a 20 m de distance ou de profondeur)
  • Les "amphidredges" : appareils amphibies

RAS
Membre associatif
Messages : 865
Enregistré le : 20 mai 2013, 19:03
Localisation : Rhone-Alpes

Gestion des déchets

Message par RAS » 14 juil. 2013, 21:28

Faucardage ou curage que faire des déchets produits :

La gestion des déchets : Plantes
Les plantes, fixent naturellement du carbone atmosphérique en construisant leur biomasse.
Aussi, il convient de choisir une filière de valorisation des matières organiques extraites (compostage et épandage), plutôt que les filières d’élimination (incinération, enfouissement).

La gestion des déchets : Sédiments
Suite à leur extraction, les sédiments doivent avant leurs transport subir un pré-traitement afin de séparer les encombrants et détritus curés des sédiments. Différentes méthodes de pré-traitement sont envisageables : dégrillage, tamisage et ressuyage .

Les usages des sédiments de curage
- Régalage sur berge
Il s’agit d’un dépôt sur la berge (parfois projeté) sur une bande de 5 à 10 m de large et de 10 à 30 cm d'épaisseur.
Les sédiments sont régalés sur la servitude locale. Inconvénients :
- création d'un cordon de curage riche en azote provoquant une mauvaise évacuation des eaux de ruissellement,
- formation d'un néosol le long du cours d'eau.

- Mise en dépôt
Le site choisi peut être un bassin sans étanchéité particulière, dans une zone non inondable.
On dit mise en dépôt confiné : si sur un site étanche et imperméable (couverture argileuse et géomembrane avec un système de drainage pour récupérer les lixiviats pollués).

- Epandage
Les sédiments (boues de curage) sont épandus sur une épaisseur de 1 à 5 cm selon la nature du sol.
Ceux-ci doivent contenir des teneurs en éléments traces en accord avec les valeurs seuil énoncées par la norme NF U 44-041.

- Réemploi des sédiments
Ils sont utilisés pour la confection de remblais, la stabilisation de sols en friche, régénération de terrains.

- Dragage « Américain »
Dispersion à l'aide d'hélice, dans les cours d'eau à fort courant. Les sédiments se redéposent en aval.

- Mise en dépôt sous eau
Rejet dans le milieu aquatique (zone de grande profondeur, en aval du cours d'eau curé). Cette technique aussi appelée "clapage" , a pour but de stocker les sédiments sous une grande hauteur d'eau, ou de les disperser dans le milieu naturel.

- Traitement des sédiments
Réalisés sur des aires aménagées et étanches :
  • Pré-traitement par déshydratation ( filtre presse, centrifugation et tri). Réduction du volume,
  • Lavage (sables),
  • Incinération,
  • Techniques végétales. Utilisation de plantes pour la décontamination de sites pollués par phytoextraction (métaux extraits par des plantes accumulatrices - détruites après opération-), ou par phytostabilisation (immobilisation des métaux dans le sol par des végétaux spécifiques),
  • Traitement chimique. Extraire ou fixer les métaux, destruction des micro-polluants organiques,
  • Traitement physique. Concentrer les polluants par des procédés physiques (centrifugation, pyrolyse, filtration ou hausse de pression),
  • L'inertage. Introduction de liants chimiques dans les sédiments pollués pour éviter leur migration,
  • Traitement biologique. Utilisation de micro-organismes pour dégrader les micro-polluants organiques et accélérer la décomposition naturelle.

RAS
Membre associatif
Messages : 865
Enregistré le : 20 mai 2013, 19:03
Localisation : Rhone-Alpes

Plans d'eau problèmes : Etang colmatage

Message par RAS » 14 juil. 2013, 23:05

Plans d'eau problèmes : Etang colmatage

Réfection
Réfection lors du curage,

Produits d'obturation
BENTONITE - Argile (minéral "montmorillonite") pour obturation hydrologique, imperméabilisation des sols...
Argile naturelle spécifique qui développe un gonflement libre de 10 a 20 fois son volume au contact de l'eau.
Vendue sous différentes appellations : Bentonite IMPERSOL, Terrétanche, Natte de Bentonite...).

COLMAGEL - mélange de granulés de polymères gonflant plus de 200 fois leur volume en présence d'eau. Sacs de 25 Kg pour 350 M2.

MLS
Messages : 118
Enregistré le : 15 avr. 2013, 23:36

Plans d'eau problèmes : Prolifération des algues

Message par MLS » 15 juil. 2013, 07:30

Plans d'eau problèmes : Prolifération des algues :
La prolifération des algues témoigne d’un déséquilibre généralement lié à une eau trop riche en nutriments (Phosphate, Nitrate) pouvant aboutir à des phénomènes d’eutrophisation.
L’eau carencée en oxygène, permet à ces espèces, de se développer au détriment de la flore indigène.

Traitement chimique : Veiller au respect des réglementations existantes, l’application de produits phytosanitaires en milieux aquatique et zones humides est maintenant interdite.

Traitement bactérien : Emploi d’algicides composées d’acide peroxyacétique (bactéricide), ou emploi de bactéries consommatrices des nitrates et phosphates (métabolisme anaérobie - compétition nutritive avec les algues).

Traitement physique : Exposition des algues à des ultrasons réglés sur la fréquence de résonance de la membrane cellulaire des algues, détruisant celle-ci.
MLS est le pseudo collectif du comité de rédaction. Il ne correspond pas une personne physique, conformément à la politique de non personnalisation du site.

Répondre

Retourner vers « Evolution »