Honorer et comprendre les Koïs: Les Sanke

Ou l'on voit une Koï à la langue bien pendue...
Répondre
Avatar du membre
nanakoi
Messages : 39
Enregistré le : 29 déc. 2017, 03:34
Localisation : Montréal, Québec, Canada

Honorer et comprendre les Koïs: Les Sanke

Message par nanakoi » 02 juil. 2018, 02:21

Honorer et comprendre les Koïs.

Les Sanke

par Nana-san, la carpe des quartier chics:




Très chères dame Koï, puisque nous sommes entre-nous, j'aimerais, en ce jour d'hui, vous présenter mon neveu; Taisho-Sanke.

Sanke pour les intimes, signifie; trois couleurs.

Le prince de l'harmonie des trois couleurs, devrais-je dire!

Un digne représentant d'une des familles Koï les plus connues, après les Kohaku, cela va sans dire...


Le Koï en question, doit être d'un blanc soutenu, avec le traditionnel Hi rouge auxquels s'ajoutent, de grandes taches noires.

Dit autrement, on parlerait d'un Kohaku, avec addition de marbrures de noir dites : « Sumi ». Mais attention, Sumi, NE VEUX PAS DIRE « COULEUR NOIRE », Sumi, fait référence à l'effet de l'encre de chine sur le papier de riz tout blanc et réfère à la qualité esthétique de la calligraphie. Taisho-Sanke est donc un Koï qui aurait été joliment peint avec un pinceau et de l'encre de chine!

Toute la poésie du monde se retrouve dans la robe de mon neveu'

Soupir!


Bien entendu et je ne le répéterai jamais assez, tous les caractères de conformité que nous recherchions chez les Kohaku s'appliquent également à la forme Sanke.

Soit une allure en cigare harmonieuse et une qualité de peau irréprochable.

Une peau blanche d'amande est particulièrement appréciée, mais encore plus difficile à trouver que chez son autre cousin Kohaku.

.

Le Hi devrait être uniforme en couleurs et former un dessin bien équilibré.

Ajoutez par la suite quelques Sumi bien placées et vous avez la base d'un bon Sanke.

Les taches principales « Hi » devraient descendre entre les yeux et se terminer près des narines.

Les types Menkaburi (Hi couvrant la tête au complet) et Bozu (un Hi minuscule sur la tête) sont peu appréciés, on devine aisément pourquoi !

Les types de Sanke le plus en vue, ont une robe rappelant celle des Kohaku.

Ainsi, il est coutumier de se demander si le sujet Sanke, sans ses taches noires, ferait un bon Kohaku.

Si la réponse est un oui sans équivoque, votre Taisho-Sanke est bien de la vieille noblesse.

.

Les taches noires sur fond blanc sont dites « Tsubo-Sumi » et sont nettement préférées au Sanke dont les Sumi apparaissent sur arrière-plan rouge, désigné sous le vocable «Kasane Sumi».

Les Sumi devraient être d'un noir ou bleu-noir, dense et profond avec, si possible, un aspect laqué. Auquel cas, nous sommes en présence d'un « Urishi-Sumi ». Les Sumi, doivent, dans tous les cas, avoir des contours bien définis.

Il est mal vu de porter le Sumi sur la tête, ou au-dessous de la ligne latérale.

Par contre, le Sumi porté à l'épaule est fort élégant et même viril, s'il est apposé sur le blanc.

.

Retenez qu'il y a Sumi et Sumi'

Le nombre et il s'en faut de beaucoup, ne fait pas la qualité, un Sanke léopard, non, mais, le dirais-je sans rire, serait sans valeur!

Quelques gros Sumi bien placés ont un plus bel effet et selon la beauté et l'équilibre de la répartition, vous aurez un Koï plus ou moins élégant.

Tout est question d'équilibre et d'esthétique.

Il ne devrait jamais y avoir de Sumi massif à la base des nageoires pectorales, ce serait d'une grande vulgarité

Seule concession, ces dernières, peuvent comporter de petites marbrures de type Sumi, notez bien , très peu et très petites.

Se rappeler également qu'une Koïe Sanke qui se respecte, se refuserait à se laisser courtiser par un mâle affligé d'un Hi sur les nageoires!

On sait se tenir, quand même!

.

Encore un mot sur quelques parents proches :

Le Koromo-Sanke, qui porte le Hi et qui a un Sumi réticulé.

Le Tancho-Sanke, portant le Hi unique et circulaire sur la tête.

Un Sanke à écailles métallisées : le Yamatonishiki.



La-ma-tante-nana-nishikikoi-san-qui-habite-là-où-vous-savez!
Nanakoi, la carpe des quartiers chics !

Répondre

Retourner vers « Les Contes de nanakoï »