Honorer et comprendre les Koïs: Les Showa

Ou l'on voit une Koï à la langue bien pendue...
Répondre
Avatar du membre
nanakoi
Messages : 39
Enregistré le : 29 déc. 2017, 03:34
Localisation : Montréal, Québec, Canada

Honorer et comprendre les Koïs: Les Showa

Message par nanakoi » 02 juil. 2018, 02:20

Honorer et comprendre les Koïs.

Les Showa

par Nana-san, la carpe des quartier chics:




La famille Showa n'a accédé à la noblesse que tout récemment.

Le familier du premier Showa, un Nippon de Niigata a été longuement entraîné par un couple de Koï. En l'occurrence une Kohaku et un Ki-Utsuri, à la fin des années 20.

Il a fallu 40 ans d'efforts concertés, pour améliorer la race et obtenir les sujets d'aujourd'hui. Encore que bien peu de rejetons Showa soient identiques à leurs parents. C'est probablement ce qui fait qu'un vrai Showa est rarissime!

Le fait que de nombreux adolescents prometteurs perdent leurs caractéristiques particulières en grandissant n'est certes pas étranger à la chose...

Je parle de la rareté... bien sûr!

Quand on en découvre un authentique, c'est nécessairement une splendeur, je ne vous dis pas!


Je sais que vous allez dire que je me répète, mais bon, les humains ont la mémoire si courte!

Toujours se rappeler la règle " Un ", de l'article " Un ", au paragraphe " Un ": la bonne conformité de corps et la finesse de la peau sont et seront toujours les conditions minimales requises pour prétendre à un bon lignage.

Voilà, c'est dit!

Le Showa, est, essentiellement un Koï noir, avec des taches rouges et blanches, par opposition au Sanke qui est un Koï blanc avec des taches rouges et noires.

Les deux sont des poissons avec les mêmes trois couleurs direz-vous...

Pas vraiment, mais je dois à la vérité de dire que les Showa modernes, ne sont pas aussi noirs que leurs ancêtres, en effet les étendues de blanc sont considérables pour un Koï, censé être noir!

Un signe des temps sans doute.

Chez le Showa, les experts mondains affirment que le pourcentage de blanc idéal avoisine les 20%. Mesdames, sortez vos règles et vérifiez!

Votre amoureux est-il à la mesure de vos espoirs?


Mais, prudence, quand même, il y a des exceptions.

Ainsi, le Kindai-Showa est à très nette prédominance blanche tout en demeurant un bon parti.

Le Hi, est fondamentalement le même que celui du Kohaku, sauf que l'inscription principale peut, dans le cas du Showa couvrir les yeux, le nez et les joues.

Ce qui serait considéré d'une grande vulgarité chez son cousin Kohaku, bien sûr!

Mais entendons-nous bien sur la chose, il doit quand même subsister de grandes surfaces blanches sur la tête! Le Showa, n'est quand même pas un Kohaku à tête de citrouille, hum?

Les Showa portants le Hi monobloc de la tête à la queue, se nomment Hi-Showa et bien que sans raffinement, sont parmi les plus populaires chez les animaux de compagnie humains.

Comprendra bien qui voudra!

La chose pourrait, à la rigueur, être tolérable, si le dit Hi-Showa ne portait aucune souillure, que ce soit sur sa robe du blanc le plus pur, ni sur ses Hi, lesquels devraient être bien nets et uniformément colorés.

Auquel cas on aurait un sujet que je ne dédaignerais pas...

De prime abord du moins.

Le Sumi des Showa doit être en quantité, la plus importante des trois couleurs et devrait être d'un noir uniforme et dense. Portez une attention spéciale aux Sumi de la tête, il existe plusieurs configurations possibles.

Ainsi, la mise en évidence de la tête par un Sumi se désigne par Menuare, une inscription considérée désormais comme des plus traditionnelles et j'ose le dire, des plus prometteuses!

On retrouve également des marques suggérant un V à l'arrière de la tête, bien que les Koïs modernes portent le plus souvent une inscription formant un " Y " la branche unique commençant sur le haut de la tête et se terminant plus ou moins loin sur le nez.

Il existe une infinité d'inscriptions intermédiaires entre les styles triangulaire ou en " Y ". Évidemment, on pourrait discourir sans fin sur la noblesse relative des divers modèles d'inscriptions, mais il reste que seul l'esthète peut reconnaître ce en quoi consiste l'équilibre...

Ainsi, qualité et quantité ne vont pas nécessairement de pair, quelques beaux Sumi, bien denses et bien définis répartis de manière équilibrée sont un indispensable attribut de tout Showa qui se respecte!

Contrairement aux autres Koïs, il est fort bien vu de porter le Sumi bien en dessous de la ligne latérale, créant même chez le puissant Showa, des effets d'enrubannage qui font ma foi, ouf, bien martial.

Excusez-moi, j'ai eu comme une montée d'hormones...


Évidemment le Showa bien mis, porte le Sumi sur les ailerons pectoraux qui se doivent d'être absolument noirs à la base et rayonnant vers l'extérieur, sur le tiers des ailerons, en un séduisant Motoguro..

Heu... vous ne trouvez pas qu'il commence à faire chaud ici?

Non? Ha bon!

Comme moi, vous n'aurez aucune difficulté à différencier le séduisant

Showa du très ordinaire Sanke

Le Showa porte le Motoguro sur les ailerons pectoraux par opposition aux raies des Sanke, d'ailleurs beaucoup moins séduisants...

Les inscriptions Sumi chez le Sanke sont bien plus petites et ne dépassent jamais la ligne latérale. Alors que chez mon beau Showa, les inscriptions se prolongent exquisément, bien en dessous de la ligne médiane, pour former, chez un certain individu, baissez-moi ce chauffage quelqu'un, un enrubannage puuuuissant et trrrrrès attirants.

Pour les dames Koï en tout cas!

Bon, sans rire maintenant, qui est-ce qui a monté le chauffage?

Hum?

Rapidement, quelques mots sur d'autres Koïs apparentés :

Koromo Showa avec les Hi réticulée, une rareté!

Gin-Showa : des Koïs métallisés argentés.

Kin-Showa : Des Koïs métallisés dorés.

Bon maintenant, je vous laisse, il faut vraiment que j'y aille!


Nananishikikoï-au-san-g-chaud...whaaa !
Nanakoi, la carpe des quartiers chics !

Répondre

Retourner vers « Les Contes de nanakoï »