Purachina Ogon

De Encyclopedie du Bassin
(Redirigé depuis Yamabuki Ogon)
Aller à : navigation, rechercher


Purachina & Yamabuki Ogon[modifier]

Faites vous plaisir avec de belles carpes Koï

Ces deux variétés de Koï font partie de la famille des Ogon ou Hikarimono. La traduction de Hikarimono est : Hikari (métallique) - Mono (unicolore). La lignée des Ogon a été stabilisée à la fin des années 40. Les Purachina ou Platinium Ogon sont des Koï blancs aux reflets métalliques. Une variété particulière est recherchée par certains collectionneurs. Elle est connue sous le nom Akame Platinium Ogon. Ces derniers ont les yeux rouges, ce qui contraste fortement avec la couleur blanche du corps et leur donne un aspect particulier. Les Yamabuki sont des Koï d'un jaune clair à l'aspect métallique.


0_cdn_28529_GF_1.jpg


COMMENT CHOISIR SON OGON[modifier]

Les Ogon n'ont pas de Pattern (dessin), le Body (conformation du corps) est de ce fait de la plus haute importance. Le corps doit être symétrique, et doit avoir une forme de torpille, ce qui signifie qu'il est épais derrière la tête et se rétréci progressivement vers l'arrière du corps. La tête doit également être symétrique et proportionnée par rapport au reste du corps. Le nez ne doit pas être trop court et trapu, ni trop allongé.


0_teteP_O_GF.jpg

La tête, le corps et les nageoires doivent être de couleur uniforme, sans taches ou défauts. Chez les Yamabuki, un dégradé de blanc aux extrémités des nageoires est accepté. Du fait de l'absence de pattern (dessin), une attention particulière doit être accordée à la disposition des écailles. La régularité du maillage est d'une grande importance. Il doit former un motif uniforme et parfait. Ces Koï vont développer, en grandissant, du Fukurin. C'est ainsi que l'on nomme le fait que la peau soit visible entre les écailles.


0_fukurino_28629_GF.jpg

Un des défauts des Yamabuki est, qu'en vieillissant, ils attrapent parfois des taches Hi (rouge). Il est souvent conseillé de choisir des jeunes Koï d'un jaune assez clair et de veiller à ce qu'aucune tache plus foncée ne soit visible, car à coup sûr ce défaut sera de plus en plus visible à mesure que le Koï grandira. Le défaut que l'on rencontre parfois chez les Purachina est un reflet jaunâtre sur la tête, les nageoires ou même sur la totalité du Koï. Ce sont donc des points à observer lors de la sélection. Le poisson doit être entièrement d'un blanc pur.

LES VARIATIONS[modifier]

Les PURACHINA CLASSIQUES.
000_cdn_281129_GF.jpg


Les GINRIN PURACHINA ont, en plus du shiroji (blanc) pur et de l'aspect métallique, des écailles qui comportent des facettes qui reflètent la lumière. Ce qui a pour effet qu'ils attirent, immanquablement le regard.
2_oa_281029_GF.jpg


Les DOÏTSU PLATINIUM ont peu ou pas d'écailles et une peau à l'aspect métallique.
3_PO_28729_GF.jpg


Les PURACHINA VOILES ont des nageoires plus longues que le type classique.
4_platinum-butterfly-koi_GF.jpg


Les YAMABUKI CLASSIQUES.
01_Yamabuki_Taille_61_cm_-_Femelle_Yonsai_eleveur_Marudo___1200EU_GF.jpg


Les GINRIN YAMABUKI ont des écailles brillantes.
02_GINRIN_YAMABUKI__o_GF.jpg


Les DOÏTSU YAMABUKI ont peu ou pas d'écailles et une peau à l'aspect métallique.
03_doits-yamabuki-koi_GF.jpg


Les YAMABUKI VOILES ont des nageoires plus longues que le type classique.
04_y__ndk_GF.jpg