Un auxiliaire du filtre biologique : l'aselle

De Encyclopedie du Bassin
Aller à : navigation, rechercher

Les bactéries ne sont pas les seules à être utiles dans les filtres biologiques. On peut confier le nettoyage de sa filtration à de petites ouvrières : les aselles. Ils jouent alors un rôle de "nettoyeurs" des débris végétaux.

Le bassin est un écosystèmes fermé. La qualité nécessaire de l'eau pour la vie aquatique nécessite l’usage de filtration sophistiqués. Les filtres mécaniques (a brosses, a grilles, a tambour)destinés a délester l'eau des impuretés, ainsi que les filtre biologiques ou une population bactérienne va transformer les déchets dégradés sous forme de nitrites (No2 toxiques même a faible concentration) en nitrates (NO3) tolérés tant qu'ils restent à faible concentration. Ces déchets et les matières en suspensions retenus par les masses filtrantes impliquent une corvée de nettoyage des éléments de filtration qui est plus ou moins fastidieuse selon le volume du bassin. L'aselle "Asellus aquaticus" peut grandement aider dans cette tâche. Les membres de forum-bassin.com l'utilisent pour ses qualités de "nettoyeur"

Autres noms : Aquatic sowbug, water hoglouse, waterlouse (GB), Asello acquatico (I), Asela (E), Wasserassel (D), Waterpissebed, Zoetwaterpissebed (NL)

Gros plan sur un Aselle nettoyeur des filtrations

Description[modifier]

L'aselle est un petit crustacé (8 mm chez la femelle, 12 mm chez le mâle), de la famille des Asellidés. Il est benthique (vivant sur le fond), grisé, très légèrement translucides, détritivore, avec un corps aplati dorso-ventralement comme les cloportes qui appartiennent au même ordre dans la classification du vivant : les Isopodes. L'aselle est d'ailleurs souvent surnommés cloporte aquatique par les amateurs. La tête porte les yeux, une paire d'antennules et deux antennes mobiles aussi longues que le corps, et 3 paires de mandibules. La première paire de patte est pourvue de pince préhensibles utilisées pour saisir la nourriture.
Le thorax se compose de 7 segments portant chacun une paire de pattes ambulatoires (14): cinq paires de pléopodes foliacés portant des branchies et une paire d’uropodes fourchues dépassant largement l’extrémité arrière du corps.
L’aselle comme le gammare, respire par les lamelles (branchies) fixées sur ses pattes et nécessite une eau plutôt calme et bien oxygénée.
Il croît toute sa vie, par mues successives.

Alimentation[modifier]

Ces crustacés sont omnivores, détritivores.
Ils vont donc se nourrir de tout types de débris organiques en cours de dégradation, qu'il s'agisse de substrats végétaux ou animaux ainsi que de petits organismes microscopiques.
L’aselle est un fossoyeur des cours d’eau, remuant sans cesse les débris à la recherche de nourriture.

Autour de nos bassins[modifier]

Les aselles visibles sur les medias de filtration

Les aselles interviennent juste avant les ostracodes (crustacés (Arthropodes) aquatiques de taille millimétrique) dans la chaîne de dégradation des déchets, préparant ainsi le travail des bactéries du filtre. Dans le bassin, ce crustacé va également débarrasser le bassin des déchets, mais il est aussi une source de nourriture pour les plus gros poissons.
L’aselle introduit dans la filtration se fixe sur les médias (brosses, tapis japonais) et se nourrit des déchets permettant un entretien facilité des masses filtrantes, réduisant la corvée de nettoyage a un "back-wash" (une vidange) périodique.
Cet animal nécessite une eau relativement calme pour vivre, les lagunages étant leur paradis.

Ou trouver des aselles ?[modifier]

Fréquents dans les zones tempérées, y compris en Europe, en Russie et en Amérique du Nord (Canada...)ils sont communs en France ou ils fréquentent les eaux stagnantes (fossés, marres, étangs) légèrement eutrophes, ou légèrement courantes, plutôt près des berges. On signale également leur présence en milieu légèrement saumâtre. Les aselles évoluent sous les pierres ou dans les couches de débris végétaux dont ils se nourrissent.
Si l'on est trop loin d'un petits cours d'eau hébergeant des aselles, on peut demander une souche a un des membres de forum-bassin qui ont découvert l'utilité et cultivent cette espèce, si l'un est a proximité de chez vous. Le transport peut être fait dans un sac plastique gonflé d'oxygène et rempli a 1/5 d'eau et avec des racines de plantes et des débris de tapis japonais et peu d'aselles.
Les aselles tolèrent assez mal les eaux polluées ou à saturation faible en oxygène.

Mœurs[modifier]

Les aselles préfèrent l'obscurité.
Ils vivent un a deux ans, en communauté, ne se déplacent pas très vite, sauf en cas de danger, en marchant au fond de l'eau, ou le long de tiges végétales ou de support immergés sur lesquels ils se nourrissent Les yeux sont primitifs et se situent non pas sur des pédoncules (ils ne sont donc pas orientables) mais affleurent sur la carapace chitineuse de la tête.

Reproduction[modifier]

Une souche d'aselle dans la filtration va très vote coloniser celle-ci.
La reproduction s’effectue au moins deux fois par an, au printemps et en automne.
La femelle peut s’accoupler et pondre toutes les trois semaines environ.
Le mâle s'accroche sur le dos de la femelle durant plusieurs jours jusqu'à une mue de maturation de la femelle, puis il la féconde à l’aide de ses pléopodes antérieurs. Une dizaine d’heures plus tard, la femelle termine sa mue.
La femelle pond 100 à 200 œufs de 300µ qui sont conservés et protégés dans une «poche incubatrice ventrale» blanche développée pendant la mue. Comme chez tous les Asellides les œufs quittent la poche incubatrice a l’état larvaire puis effectue diverses mues dans les mois suivant pour acquérir leur morphologie d’adulte.

Prédateurs et conservation[modifier]

La pollution des cours d'eau par les pesticides est une cause de régression de l'aselle sur notre territoire.
A noter qu'il existe une espèce endémique d'aselle en France (c'est a dire dont la représentation géographique est limités): Gallasellus heilyi
C'est un animal aux mœurs nocturnes qui est qualifié de lucifuge, c'est a dire qu'il fuit la lumière. Il est d'ailleurs affecté par le phénomène de pollution lumineuse.
L'aselle, avec les gammares et les daphnies, est une source importante de nourritures pour divers organismes aquatiques carnivores. Les grands poissons en sont très friands. Les aselles qui s'échapperont des filtres constitueront un plat de gourmet pour les koïs.
Un espace de conservation (bac avec quelques plantes aquatiques) est nécessaire afin de prévoir les accidents de bassin, les aselles étant fragiles et sensible au produits de traitements qui peuvent les décimer.

Les aselles dans la filtration[modifier]

P2262177.JPG

Eviter que les aselles soient entrainés dans les back-wash (vidanges).
A chaque back-wash, pas violent, mais prolongé, récupérer les aselles qui ne sont pas accrochés sur les brosses, dans une petite épuisette à mailles serrées, on les remets ensuite sur les brosses.
Mettre une passoire à mailles fines, avec des tranches de pommes de terre crues. Le lendemain récupérer la passoire avec les aselles agglutinés sur les tranches.

Hivernage[modifier]

L’Hivernage ne pose pas de problème si les filtres restent en services. L’aselle supportant des températures basses.
Si le filtre est arrêté, ils peuvent être conservés dans un bac (50l 100L) avec 2 à 4 tapis japonais, de l’eau du bassin qui sera renouvelé de 10% chaque semaines, ou des bulleurs pour éviter que l'eau ne croupisse.
Nourrir avec des détritus et avec parcimonie : feuilles de pommiers, peupliers, peau de banane, épluchure de patate …

Témoignage des utilisateurs de Forum-bassin[modifier]

Christine : "ils font un nettoyage parfait de mes 6 cubis de filtration. Je ne nettoie jamais mes tapis et mes brosses, tout est comme neuf, si ce n'est des milliers d'aselles... Fini la corvée du nettoyage des brosses."
Alaco : "ils font un ménage extraordinaire, mes tapis sont toujours bleus "neuf", ça fait plusieurs années que je ne les nettoie plus. Les aselles sont de super auxiliaires pour une filtration."
Picassot28 : "chez moi elles sont partout mais pas encore dans les brosses, il y a des petites dans la lagune et dans le filtre. Ça ne fait que 70 brosses à nettoyer 1 fois par semaine".
Phikoi : "maintenant je ne regarde les brosses que tous les 6 mois."

Notes et Références[modifier]

Article publié dans le numéro 14 de la revue Bassins de Jardin