Les différents types de filtration

De Encyclopedie du Bassin
Aller à : navigation, rechercher

Les différentes formes de filtration présentent des avantages mais aussi quelques inconvénients. Il est donc indispensable de faire un tour d’horizon avant de se décider.

Lors de la construction d’une pièce d’eau, le choix de la technique pour filtrer le bassin est crucial. La filtration peut être réalisée en mode « pompée » ou « gravitaire » et elle conditionnera l’architecture de l’installation.


LA FILTRATION POMPÉE[modifier]

La filtration dite « pompée » est la plus simple à réaliser. Le filtre est situé au-dessus du niveau de l’eau. La pompe est quant à elle directement placée dans le bassin et remonte l’eau dans le filtre. Elle va donc traverser les différents compartiments de filtration puis retourner naturellement dans le bassin grâce à son écoulement.

Les avantages[modifier]

Le montage est simple et peut être rajouté à toutes les pièces d’eau déjà existantes. De plus, lors de l’arrêt de la pompe, le système ne peut pas déborder.

Les inconvénients[modifier]

Le filtre étant au-dessus de l’eau, il peut être difficile à cacher. La pompe installée dans le bassin va hacher les déchets avant l’arrivée au filtre. Elle doit avoir une puissance significative pour assurer un débit suffisant, vu la différence de hauteur. Un risque de vidage de la pièce d’eau est toujours possible en cas de fuite sur le circuit de la pompe. Il est donc conseillé de ne pas mettre la pompe tout au fond du bassin, mais plutôt de la placer sur une rehausse de 20 à 30 cm pour toujours garder suffisamment d’eau qui va assurer la survie des poissons.


LA FILTRATION GRAVITAIRE[modifier]

Avec ce procédé, le filtre est ici au même niveau que le bassin tandis que la pompe est placée en sortie de filtration. Une ou plusieurs sorties sont réalisées dans le fond de la pièce d’eau à l’aide de bondes de fond et rejoignent la filtration. On réalise également une ou plusieurs sorties sur les côtés du bassin, reliées par un skimmer et rejoignant la filtration. La pompe est située après le filtre ou placée dans la dernière chambre pour ramener l’eau dans le bassin.

Les avantages[modifier]

La filtration est enterrée et donc plus facilement camouflable. La pompe est à la fin de la filtration et brasse dans ce cas de l’eau propre. Il peut s’agir alors d’une pompe à sec, c’est-à-dire non immergée. La différence de hauteur pour le retour d’eau est bien moins importante et permet l’utilisation d’une pompe basse consommation. De plus, les déchets sont facilement aspirés sur le fond du bassin : il y a ainsi peu ou pas de vase stagnante.

Les inconvénients[modifier]

La mise en forme demande plus de travail et nécessite des travaux importants. Tout le circuit doit être étanche sous risque de vider complètement le bassin par gravité


LA FILTRATION GRAVITAIRE VARIANTE OU SEMI-GRAVITAIRE[modifier]

Dans cette variante, seule la filtration mécanique est gravitaire. Le principe reste le même que pour la filtration gravitaire, mais dans ce cas la pompe est placée avant la filtration biologique (filtre à pression, beads…).

Les avantages[modifier]

La filtration biologique peut être éloignée du bassin (cave, local technique, etc.). Le circuit peut passer dans un écumeur ou un réacteur.

Types de filtration


OÙ INSTALLER LA FILTRATION ?[modifier]

Le choix de l’emplacement de la filtration est important car, plus on s’éloigne du bassin et plus la puissance de la pompe doit être augmentée. En filtration gravitaire, il faut essayer d’avoir la même longueur pour toutes les sorties afin d’assurer le même débit dans chaque ligne d’eau.

Placement de la filtration

Filtration pompée[modifier]

Le choix du diamètre des tuyaux, la distance entre le bassin et le filtre ainsi que la hauteur entre la surface du bassin et l’entrée dans le filtre sont essentiels. Plus le diamètre du tuyau en sortie de pompe sera petit et plus il y aura perte de débit. De même, plus la hauteur et la distance entre le bassin et le filtre sera grande et plus il y aura perte de débit.

Filtration gravitaire[modifier]

Ici, plus la filtration est éloignée du bassin et plus il y a perte de débit avec risque de dépôts importants dans les tuyaux. Les tuyaux de diverses longueurs entraînent des différences de débits au détriment des plus longs, avec pour conséquence un risque de dépôts plus importants. Une solution est de ramener toutes les sorties par le chemin le plus court vers un bac situé à côté du bassin ; de là, on fait partir une canalisation unique, mais d’un diamètre en conséquence, vers la filtration (voir schéma ci-dessus “variante”).


LE DIAMÈTRE DES TUYAUX[modifier]

Choisir le diamètre des tuyaux est important pour assurer un débit élevé.

Filtration pompée[modifier]

Le choix du diamètre du tuyau en sortie de pompe est souvent indiqué sur la notice de cette dernière. Le fait de passer une voire deux tailles au-dessus de cette indication va améliorer les résultats de la pompe.

Filtration gravitaire[modifier]

Le choix du diamètre ainsi que celui du nombre de sorties dépendent du débit que l’on souhaite avoir dans le circuit.

Valeurs déterminantes pour choisir le bon diamètre[modifier]

Pour éviter les dépôts dans les tuyaux d’un système gravitaire, et afin de ne pas avoir une trop grande différence de niveau entre le bassin et le filtre, il faut que la vitesse de l’eau soit comprise entre 0,4 mètre/seconde et 0,6 m/s. Ces valeurs permettent de calculer le débit qui peut passer dans un tuyau : • DN 110 : 11.2 m3/h et 16.8 m3/h • DN 125 : 17.7 m3/h et 26.5 m3/h • DN 150 : 25.4 m3/h et 38.2 m3/h • DN 200 : 45.2 m3/h et 67.9 m3/h • DN 250 : 70.7 m3/h et 106.0 m3/h Le tableau suivant donne les dimensions que doivent avoir les tuyaux des bondes de fond et des skimmers selon le volume du bassin et le taux de « recirculation » (durée nécessaire pour renouveler le volume d’eau du bassin exprimée en heure).

Calcul des dimensions

Influence du placement du filtre et de la longueur des tuyaux[modifier]

On prendra l’exemple du Bassin D illustré ici avec un volume de 100 m3 et un taux de « recirculation » de 1. Dans un skimmer flottant le débit se situe entre 10,000 et 15,000 l/h ce qui est possible dans des tuyaux de DN 110. Pour que les deux skimmers aient le même débit, il faut fermer légèrement le tuyau du skimmer B qui est plus près du filtre. De même, pour les trois bondes de fond, il faut régler le débit par rapport à la longueur du tuyau (le plus long sera le plus ouvert et le plus près sera le plus fermé).

Placement du filtre

Dans la pratique, tous les tuyaux ont la même section et on utilise des vannes pour régler au mieux l’arrivée de l’eau dans la filtration. La filtration gravitaire est la technique la plus avantageuse pour les bassins à koï, car elle permet un accès facile à la pompe et des débits importants à des consommations électriques acceptables. En outre les déchets arrivent tels quels,- et ne sont pas hachés par l’aube de la pompe ; ils sont donc plus facilement éliminés par la filtration mécanique. Le filtre étant enterré la majeure partie du temps, il sera par conséquent protégé du froid et permettra un fonctionnement annuel du filtre (sans coupure hivernale), si on le désire.


Notes et références[modifier]

avec la participation de www.koiconnect.com
dessins revus par "Bassins de Jardin", article publié dans le numéro 6