Les bases du Bassin de A à E

De Encyclopedie du Bassin
Aller à : navigation, rechercher


Calme et fraicheur du miroir d’eau, mouvement fugace d’un poisson, mélodie d’une cascade, ballet des demoiselles au-dessus des fleurs de nénuphars… le jardin aquatique, lieu de quiétude vous offrira les plaisirs rares de sa « zénitude » pour peu qu’on le conçoive en suivant quelques principes permettant d’obtenir un milieu biologique équilibré et une intégration harmonieuse.

Anticiper et Assistance[modifier]

Créer un biotope apte à recevoir la vie, nécessite de construire son projet en tenant compte de plusieurs données : le but recherché, le choix du style de bassin, l’implantation, le budget de construction et d’entretien, l’ensoleillement, la législation, le voisinage … Le web fourmille d’exemples dont vous pourrez vous inspirer. Associations de passionnés et forums pourront vous accompagner dans votre projet, et vous pourrez vous initier par la lecture d’articles et de tutoriaux. C’est le temps de la réflexion.

Bassins, types[modifier]

Mare et étang[modifier]

Avec l'aimable autorisation de Laetitia

Vous avez une mare à grenouilles ou un étang, vous bénéficiez alors d’une pièce d’eau naturelle, sans nécessité d’user de technologie pour recréer artificiellement les conditions de vie. Vous n’aurez que des travaux d’entretien sans prendre le risque de déséquilibrer l’existant par l’apport de flore ou faune extérieures.



Bassin paysagé[modifier]

Avec l'aimable autorisation de Yannick

Vous souhaitez créer un bassin à l’aspect naturel, planté et vivant. Vos plantes seront choisies selon l’esthétique, la profondeur de plantation mais aussi leurs vertus (oxygénantes, épuratrices, ombrageantes …) contribuant à la filtration du bassin car celui-ci conséquemment au nourrissage des poissons et aux déchets de la végétation nécessitera une filtration. Ce type de bassin permet aux poissons de s’alimenter et réduit le nourrissage journalier.



Vivier[modifier]

Avec l'aimable autorisation de Sushi

Pour jouir de la vue de vos Koïs, dans un bassin aux lignes design, il vous faudra aménager ce vivier d’équipements de qualité pour maintenir une eau limpide.



Conception[modifier]

Situation[modifier]

Une fois le type de bassin choisi, il faut penser son implantation.

La topographie du terrain[modifier]

La topographie de votre terrain va influencer les possibilités d’implantation. Ainsi construire dans un creux contribue à un rendu plus naturel, mais présente un risque de pollution par les eaux pluviales, lequel peut être maitrisé par des ouvrages. Ceux-ci peuvent intégrer cascades et ruisseaux dont la réalisation est plus ardue en terrain plat.


Alimentation : Electricité - Eau[modifier]

Avec l'aimable autorisation de Yves83

Une alimentation en eau (renouvellement de l’eau de 10% à 20% hebdomadaire pour des Koïs) et en électricité (filtre, pompe, aérateurs..) est nécessaire. L’alimentation électrique doit répondre aux normes sur les installations extérieures (raccordement à la terre, circuit enterré). Des équipements nécessitent d’être protégés, un local technique peut alors être judicieux.


Visibilité[modifier]

Avec l'aimable autorisation de Stephane94

Une implantation du bassin près de l’habitation peut faciliter l’installation des réseaux et du local technique, elle vous permettra de jouir de la vue du bassin et de le surveiller.



Sécurisation[modifier]

La proximité de l’habitation ne vous dispensera pas de prévoir des équipements de sécurité pour les enfants. Selon le style du bassin, des grilles, un enclos, des systèmes d’alarme seront à étudier. Des paliers peuvent réduire un risque de noyade, mais présentent une accessibilité pour un prédateur redoutable : le héron. Un murs minéral ou végétal peut agrémenter le jardin aquatique et limiter son accès.


Ensoleillement[modifier]

Avec l'aimable autorisation de Sergio50

Un rideau végétal mais aussi des ouvrages (ponts, terrasses) ou des plantes aquatiques (nénuphars) peuvent être utilisés à bon escient pour limiter l’exposition au soleil pendant les heures les plus chaudes, afin de réduire une élévation de température qui favoriserait l’apparition d’algues unicellulaires. 5 à 6 heures d’ensoleillement restent requis pour la photosynthèse nécessaire au développement des végétaux.



Végétation[modifier]

On évitera de positionner le bassin sous des arbres dont les racines peuvent percer une éventuelle membrane d’étanchéité. Et dont les feuilles mortes peuvent polluer le bassin (envasement) et requérir l’emploi de filets automnaux, de nettoyages fréquents et de produits d’entretiens. Les aiguilles de conifères peuvent acidifier l’eau.

Espaces[modifier]

Prévoyez la circulation autour du bassin et l’accès par divers endroits afin d’assurer son entretien sans difficultés.


Dessin[modifier]

Avec l'aimable autorisation de Nef

Vous pouvez être judicieusement conseillé dans cette conception par un architecte paysagiste, tel que Guy Lainé participant régulièrement ici. Sinon réalisez une esquisse de votre jardin aquatique, tenant compte des points évoqués. Les intégrer dès la conception vous évitera de devoir ensuite les solutionner par des artifices.


Développement[modifier]

Dimensions[modifier]

Il est plus aisé avec un grand bassin de maintenir l’équilibre de la vie aquatique (oxygénation, stabilité thermique de l’eau). Le cubage dépend de la faune désirée. Une formule simplificatrice est : 150l/par poissons rouges, 2m3 par Koï, 15m3 par esturgeon. La faune déterminera aussi les dimensions ; tenez compte que des poissons vivent en bancs, qu’une koï nécessite un couloir de nage adapté (4m est un minimum), que les plantations prévues doivent laisser ces espaces libres aux poissons.

La forme du bassin[modifier]

Le plan d’eau doit être en harmonie avec l’environnement. Eviter les formes tarabiscotées, l’eau doit circuler dans son ensemble, de la filtration à la récupération sans zones mortes. Tenez compte des matériaux employés pour l’étanchéité.

Profondeur[modifier]

La flore envisagée nécessitera diverses profondeurs que l’on pourra obtenir par des paliers ou par des supports. La surface permet l’absorption de l’oxygène, une pression atmosphérique basse limite la diffusion. Une profondeur insuffisante génère des variations thermiques entrainant une détresse respiratoire des poissons. Il est préférable de prévoir une profondeur optimale assujettie à la surface du bassin, et en rapport avec la faune envisagée que de devoir user d’équipements substitutifs d’aération. Une formule simplificatrice est : 80cm pour des poissons rouges, 1m50 pour des Koïs pour un bassin de 3x4m. Si le bassin est plus grand il devra être plus profond. (voir article BDJ No 19 et L’importance de la qualité du milieu)

Terrassement[modifier]

Si vous optez pour l’autoconstruction, sauf à créer un petit bassin de quelques m3 avec pelle et pioche, il vaut mieux réserver vos forces pour la construction et confier le terrassement à une mini pelle mécanique. Un bassin de type paysagé nécessitera des paliers pour recevoir les bacs de plantation. Le premier pallier est celui destiné à recevoir des plantes de berges et à camoufler la bâche par des roches, il permettra aussi l’accès aux grenouilles et oiseaux. Il est généralement usité pour les plantes des paliers de 40cm de large avec au minimum 50cm de haut et remontant légèrement pour éviter que les bacs ne glissent. Un palier étant aussi un excellent marche pied pour le héron, l’astuce consiste à n’utiliser qu’un palier de 60cm avec des supports pour placer les plantes à la bonne profondeur. Ceci permettra de surcroit de modifier au fil du temps ses plantations selon l’esthétique obtenue. Un bassin de type vivier est construit en parpaing pour avoir des parois verticales, la filtration par des bondes de fonds qu’il conviendra de noyer dans le béton ; le terrassement devra aussi prévoir le local technique destiné à recevoir la filtration.

Cascades, Ruisseaux[modifier]

Les cascades et ruisseaux permettent un brassage de l’eau. Un retour de la filtration par une cascade devra prévoir un circuit alternatif notamment l’hiver. L’étanchéité d’un ruisseau se résout par la pose d’une bâche en sandwich dans un feutre, recouvert d’un lit de mortier supportant les pierres (non calcaires) jointées qui assureront le coté naturel. Il peut être une suite de petites retenues d’eau à débordement. Attention aux fuites par capillarité.

Étanchéité[modifier]

Quel type d’étanchéité possible selon le bassin désiré.

En fibre préformée :[modifier]

Avec l'aimable autorisation de Brume

Ces coques plug en play offrent une solution de facilité pour de petits bassins. L’étanchéité est parfaite, solide (pour les fibres de verre), intégrant des paliers. Elles sont souvent accompagnées de kits de filtrations adaptés. Fausse idée sur la facilité de pose, car nécessité de bien adapté le trou. Onéreuses avec des formes imposées. Evitez les polyéthylènes bon marché.

La bâche en PVC:[modifier]

Bon marché, légère, se colle facilement, proposée en plusieurs épaisseurs (préférez le 1mm plus résistant). Ce produit est sensible aux UV, au gel et aux fortes chaleurs.

La bâche en EPDM:[modifier]

La géomenbrane (1,02mm d’épaisseur), constituée de nappes de caoutchouc synthétique, est très souple et résistante. Elle offre des formes et des dimensions libres par collage de lés. Elle ne se dégrade pas, n’émet pas de substances toxiques, et est d’une haute tenue au gel, à la chaleur, et aux UV. Elle est lourde à manipuler pour de grandes surfaces 1,25 kg/m2. Elle peut avec de la technicité (découpage, collage) être utilisée dans des viviers en béton.

Image ??? Avec l'aimable autorisation de Christine

La bâche composite :[modifier]

Bâche thermo liée (ép. 0,55 mm) à base de polypropylène non tissé et de copolymères polyoléfines, légère 507 gr/m² ; bonne résistance aux efforts mécaniques, manque de souplesse. Selon le terrain, protection nécessaire contre rongeurs et racines (grillage à poule voir pré-cimentage léger), feutre géotextile entre terre et bâche pour la protection de celle-ci, en cas de sol humide prévoir un drain.

En béton :[modifier]

Avec l'aimable autorisation de Lorenzo76

Le béton est un procédé de construction, qui nécessitera une étanchéité, permettant de réaliser des formes élaborées hors sol ou enterrées et d’une durée de vie importante. Plusieurs méthodes sont employées : - Bloc à bancher (parpaing creux dans lesquel le béton armé est coulé avec un fer vertical fixé dans les alvéoles), - Le béton armé (avec coffrage) - Le gunitage (projection du béton à l’aide d’un canon pneumatique sur un ferraillage). L’étanchéité débute par l’hydrofugation du béton et s’achève par un enduit. Celui-ci peut être aussi une résine, ou une peinture a base de résine époxyde. Et si on n’a pas eu recours à une hydrofugation du béton, la pose d’une bâche EPDM reste possible.

Les résines :[modifier]

Les résines offrent une grande liberté pour les formes du bassin, d’une esthétique irréprochable. La résine sur fibre de verre est solide, mais d’une mise en œuvre difficile dans des températures de poses définies. La résine polyester souple n’impose pas de température de pose, mais est d’un coût élevé.

En argile :[modifier]

Imiter les étangs naturels n’est pas si simple. Différentes techniques (poudre de bentonite, dalles...) existent, utilisables sur un terrain qui offre déjà une imperméabilité. Les animaux peuvent causer des dégâts. L’emploi d’argile sera a réserver a des plans d'eau sans filtration.


Entretien[modifier]

Avec l'aimable autorisation de Patrick82

Les problématiques d’entretien doivent être intégrées dès la conception.

La faune doit être considérée à taille adulte pour le cubage, le nourrissage (selon le poids), et la filtration en résultant. Veiller à protéger le bassin de toutes sortes de sources de contaminations (proximité de champs, usage de pesticide, arbres et plantes toxiques). Remplir avec de l’eau de qualité assurée (eau du réseau). Ne pas utiliser les eaux pluviales de récupération de toit (acidité, pollution, absence de minéraux). Procéder à des renouvellements d’eau réguliers (10 à 20% hebdomadaire). Ne jamais changer complètement l’eau, sauf très exceptionnellement en cas de problèmes. Attention aux niveaux d’eau. Prévoir un débordement (pluie). Si utilisation de pompes immergées, les surélever afin d’éviter un vidage du bassin ou mieux installer un coupe circuit à niveau. Prévoir selon le climat une couverture de protection (plexiglas) laissant un espace de circulation d'air. Prévoir une oxygénation de l’eau par un brassage régulier (cascade) complété l’été (fortes chaleur) par un aérateur (double circuit sur l’aérateur du filtre).



Le bassin paysagé comporte des plantes oxygénantes et purifiantes, voir une zone de lagunage qui complète une filtration. On ne doit pas utiliser de terre riche et les plantations seront faites exclusivement dans des contenants. La végétation doit être facile d’accès pour l'entretien (enlever les feuilles abimées à l'automne), et descendre plus profondément certains contenants pour protéger les plantes des rigueurs de l’hiver.

Ne pas introduire d’espèces sauvages. Nourrir quotidiennement les poissons selon les quantités dépendantes du poids, de la saison. Prévoir un bac de quarantaine pour l’arrivée des poissons et les soins des Koïs. Ne jouez pas à l’apprenti sorcier et n’utilisez pas de produits chimiques. Des produits biologiques sont disponibles (soin des poissons, anti algues, désenvasement…)

La filtration fonctionnant continuellement il convient de prévoir le local adapté. Certains éléments doivent être protégés (tableaux électriques, aérateur). Le système de filtration doit traiter la totalité du bassin en une ou deux heures. Le nettoyage des filtres doit se faire avec l’eau du bassin et non une eau extérieure. Prévoir cette arrivée. Les backwash des filtres doivent être dirigés vers des zones de plantations.

Certains éléments doivent être rentrés l’hiver (UV) ou nécessitent des nettoyages réguliers (pompes et media de filtration); certains systèmes sont automatisés (bondes de fonds, FAT) et font l’économie de ces entretiens.

Notes et références[modifier]

Article publié dans la revue Bassins de Jardin No 20 : Astuces et conseils Octobre- Décembre 2016