Lentilles d'eau

De Encyclopedie du Bassin
Aller à : navigation, rechercher

Lentilles d’eau : Famille, origine, description, biotopes, utilisation, méthodes de luttes[modifier]

Famille : Lemnaceae Petites plantes aquatiques. Deux fleurs mâles et une fleur femelle à un seul carpelle entourées d'un spathe. Fruit akénoïde. Origine : Autochtones Type de plante : vivace aquatique flottant à la surface de l'eau, pourvue de minuscules radicelles.


Généralités.[modifier]

Avec l'aimable autorisation de l'auteur. Copyright : Bernard Loison http://www.mytho-fleurs.com‎

Les lentilles sont de minuscules plantes aquatiques flottantes à la surface des eaux calmes.
La lentille flotte grâce à la présence de lacunes aérifères. A l'approche de l'hiver, ses lacunes se contractent et elle coule au fond de l'eau. Lorsque le climat redevient favorable au printemps, si elle a résisté au gel, elle remonte à la surface par dilatation de ses lacunes aérifères.

Les lentilles peuvent devenir rapidement envahissantes, recouvrant entièrement le plan d'eau, et empêchant la lumière de pénétrer plus profondément bloquant la photosynthèse des autres organismes (plantes immergées). Le milieu va alors devenir hypoxique ce qui peut provoquer la mort des organismes aquatiques, ce qui va encore accélérer le processus...

Feuille Fleur.[modifier]

Feuilles : Type de feuillage : persistant, vert acide, brillant au revers légèrement violacé.. Absence de feuilles : se présentent sous forme de lames foliacés (ou frondes) solitaires ou groupées par 2 à 30
Minuscules frondes ovales à allongés, ont une forme de lentille, servant de flotteur, correspond à une tige transformée, qui portera éventuellement les minuscules fleurs sur son bord.
Port : étalé, colonisant rapidement l'espace au détriment des autres espèces

Fleurs : Minuscules et insignifiantes. La fleur, sans périanthe, est constituée de deux étamines et d'un pistil à un seul carpelle.

Exposition/ Biotopes.[modifier]

Emplacement : en situation abritée (fossés et canaux, étangs, mares, bras morts des cours d’eau) affectionne la lumière, la chaleur et les eaux chargées en nutriments. Présente jusqu’à 1800 m d’altitude.
o Eaux stagnantes ou faiblement courantes et acide, mésotrophes à eutrophes, (chargées en substances nutritives), parfois légèrement saumâtres pour la lentille d’eau bossue.
o Peu sensible à la turbidité.
o Héliophile, supporte les effluents.


Culture.[modifier]

Reproduction – Multiplication
Toutes les lentilles d’eau présentent des similitudes de mode de reproduction et de propagation :

  • Propagation presque exclusivement végétative, par « bouturage », division cellulaire
  • Dispersion sur de longues distances par le courant, les animaux (oiseaux) et parfois par le vent (zones à sec).
  • Multiplication très rapide en été, permettant la colonisation de surfaces importantes.
  • Disparition de la surface de l’eau l’hiver. En hiver les herbiers de cette espèce réduisent leur surface en s’épaississant. Les feuilles coulent et passent l’hiver entre deux eaux. Elles remontent au printemps pour se reproduire.


Reproduction.[modifier]

Sexuée :
Il existe une reproduction sexuée : si les conditions de température sont favorables, la petite lentille d’eau peut fleurir entre mai et septembre. La fronde peut porter, sur le bord, de minuscules fleurs vertes qui sont pollinisées par l’eau (pollinisation hydrogame*) pour donner des fruits indéhiscents à une seule graine. Les graines sont dispersées par les mouvements de l’eau (dissémination hydrochore).

Asexuée :
Mais la reproduction est principalement asexuée : la lentille se reproduit par division, au printemps. Chaque lame va se séparer en deux pour former deux plantes distinctes. Cette multiplication, très rapide dans de bonnes conditions (doublement de la population en 3 à 15 jours), va rapidement couvrir la surface de l'étang Après la division (multiplication asexuée), un certain nombre de lames (2 à 6) peuvent rester attachées. Elles finissent par former un tapis continu à la surface de l'eau.

Entretien.[modifier]

Alimentation
Comme tous les végétaux, cette plante est autotrophe grâce à la photosynthèse. Elle fabrique sa propre matière organique grâce à l'eau, au dioxyde de carbone et à l'énergie lumineuse. La fronde bien exposée à la lumière assure cette photosynthèse.

Propriétés et utilisations.[modifier]

  • elles limitent l'échauffement des étendues d'eau
  • elles limitent les algues
  • rôle bactéricide
  • très riches en protéines, elles sont fréquemment utilisée dans l'alimentation en aviculture et pisciculture.
  • elles peuvent être utilisées dans le traitement des eaux résiduelles industrielles ou domestiques.
  • elles sont utilisées pour nourrir certains animaux (poissons, oies, cygnes et canards...).
  • elles peuvent servir comme engrais dans l'agriculture avec ou sans compostage.

Leur culture doit cependant se faire dans des eaux non polluées (facteur important de concentration des métaux lourds en particulier).

Nuisances dues à l’invasion.[modifier]

Sur la biodiversité : La prolifération des lentilles d’eau aboutit à la formation de tapis (parfois sur plusieurs centimètres d’épaisseur) à la surface de l’eau, ce qui empêche la pénétration de la lumière et les échanges gazeux entre l’air et l’eau. Cela peut occasionner une asphyxie du milieu, entraînant ainsi la disparition de la flore et de la faune aquatiques et une accumulation rapide de matière organique qui ne peut être dégradée sans oxygène Pour l’homme : Les tapis peuvent constituer une gêne physique pour des activités (navigation, baignade, pêche) et sont parfois perçus par les riverains comme une « pollution visuelle ».


Luttes.[modifier]

Plusieurs méthodes permettent de limiter le développement de ces lentilles :

  • brassage de surface
  • lutte mécanique (concentration par filet, ratissage, emploi de pompe de surface, de skimmer)
  • lutte biologique : introduction d'organismes les consommant (carpes, canards)
  • réduction des matières organiques (phosphates, nitrates)
  • lutte chimique (à base de Paraquat, présente des inconvénients tels que l’augmentation de la charge et des sédiments, des effets toxiques secondaires, et un coût relativement important (Godin, 2001).

Pour les plantes récoltées, l’épandage agricole semble être la meilleure solution (Godin, 2001).

Autour de nos bassin.[modifier]

Le contrôle par les carpes herbvivores présente les inconvénients : risque d’évasion et de reproduction; efficacité limitée en eau froide, car ce poisson nécessite une température de 15 à 20 °C, destruction des nénuphars.
Les oiseaux pour les étangs et lacs (oies, cygnes et en particulier les canards) avec une densité de 5 à 8 individus par hectare ont une action préventive. Cependant, ils troublent la végétation, enrichissent le milieu par leurs excréments et nécessitent d’être sédentarisés (Godin, 2001).
La lutte chimique est a proscrire dans des bassins empoissonnés.


Variétés.[modifier]

Autochtones :[modifier]

Petite lentille d’eau. Lemna minor. Flottante . Une racine par fronde. Long. frondes : 2 à 5 mm . Frondes vert-clair, arrondies, un peu plus longues que larges, 3 à 5 nervures peu ou pas visibles . Indigène. Très commune .

Lentille d’eau sans racine. Wolffia arrhiza. Horkel ex Wimm., Flottante. Sans racines. Frondes minuscule: 0,5 à 1,5 mm. Frondes ovoïdes ou hémisphériques, sans nervures, Indigène. Assez rare.

Lentille d’eau à trois lobes. Lemna trisulca. Linnaeus. Immergée en phase végétative. Monte à la surface pour fleurir. Une racine par fronde. Long. frondes : 5 à 15 mm. Frondes lancéolées*, translucides, souvent attachées en chaîne ramifiée, chaque fronde disposée perpendiculairement à la précédente. Fronde étroite, pointue, vert clair transparent, avec 3 nervures bien marquées Indigène. Peu commune.

Lentille d’eau bossue. Lemna gibba.. Linnaeus. Flottante. Une racine par fronde. Long. frondes : 2 à 5 mm. Frondes vert-gris à brun rougeâtre, arrondies, épaisses-spongieuses, à face inférieure fortement convexe (grandes cavités aérifères). Indigène. Rare.

Lentille d’eau à plusieurs racines. Spirodela polyrhiza. (L.) Schleid. Flottante. Racines nombreuses (5 à 15)par fronde. Long. frondes : 5 à 10 mm. Frondes ovales-arrondies, plates, vert-clair en face supérieure et généralement rouge pourpre en face inférieure. Indigène. Assez rare.

Introduites :[modifier]

Lentille d’eau minuscule. Lemna minuta. Kunth . Flottante. Une racine par fronde . Long. frondes : 0,8 à 3 mm. Frondes vert-clair, plus longues que larges, un peu pointues aux extrémités, présentant une seule nervure longitudinale formant une carène assez visible, bords minces et translucides. Elle résiste mieux au froid que les autres espèces . Naturalisée. Invasive. Assez rare . Importée d'Amérique du sud (1965 en France).

Lentille d'eau rouge. Lemna turionifera.Landolt. Elle descend en profondeur à l'automne et passe l'hiver sous forme de turions ((jeunes pousses issues de la tige mère ) qui remontent à la surface à partir de mars. Seule la base des racines et les turions ont cette couleur rouge dûe à la présence d'anthocyanine, un pigment végétal. Importée d'Amérique du Nord (1983 en Allemagne). Invasive.

La reproduction de cette espèce est très particulière : Entre septembre et décembre, elle disparaît de la surface de l’eau pour hiberner plus en profondeur sous forme de turions. Les turions remontent en surface dès le mois de mars et engendrent de nouvelles frondes qui se reproduisent en se fragmentant.

Références bibliographiques[modifier]

Corolla J.P., Kupfer M., Rochefort G., Sohier S., 2012, LA VIE EN EAU DOUCE - LES CARNETS DU PLONGEUR, ed. Neptune Plongée, 416p.
Saint-Maxent Th., 2002, Jeu de fiches descriptives des espèces végétales exotiques et indigènes susceptibles de proliférer dans le bassin Artois-Picardie, Agence de l’Eau Artois-Picardie, 167p.
Collectif. (1997). Biologie et écologie des espèces végétales proliférant en France. Synthèse bibliographique.
Les études de l'Agence de l'eau n°68, pp. 199 pp.
Engelhardt W., 1998, LA VIE DANS LES ETANGS, LES RUISSEAUX ET LES MARES, ed. Vigot, 316p
Godin, J. (2001). Actions et utilisations de la végétation littorale et benthique. Cours de l'option "Gestion des écosystèmes". Maîtrise de Biologie des Populations et des Ecosystèmes, Université des Sciences et Technologies de Lille.
Lauber K., Wagner G., 1998, FLORA HELVETICA, Flore illustrée de Suisse, ed. Haupt, 1616p.
Müller, S. (2001c). Lemna turionifera Landolt ; la lentille d'eau rouge. In Les invasions biologiques causées par les plantes exotiques sur le territoire français métropolitain. Etat des connaissances et propositions d'actions., pp. 91-92. Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement, Direction de la Nature et des Paysages.