La reproduction des KOÏS

De Encyclopedie du Bassin
Aller à : navigation, rechercher

Les amateurs de bassins sont confrontés à la reproduction de leurs poissons, source de satisfaction mais aussi risques de problèmes. Mieux vaut donc connaître les conditions nécessaires à la reproduction.

La ponde des Koïs se deroule pres des berges, parmi la végétation aquatique. On voit ici le male presser ses flancs dans une position typique contre ceux de la femelle durant la phase d'accouplement. Oeufs et laitance sont alors expulsés. Avec l'aimable autorisation de l'auteur Claude

Le Frai[modifier]

La carpe Koï est un poisson ovipare. La femelle pond des œufs qui sont fécondés par la laitance des mâles, c’est le « frai ».

Dimorphisme sexuel[modifier]

Chez la plupart des cyprinidés l'homogamétie (c'est a dire la production de gamettes d'un seul type qui va déterminer le sexe) est femelle (XX). A l'éclosion, les gonades des larves ne sont pas morphologiquement différenciées.
Il est difficile de différencier le sexe chez la carpe koï avant la maturité sexuelle.
A cette période le ventre des femelles s'arrondit, alors que les mâles s'amincissent et se galbent.
Les nageoires pectorales du mâle sont plus longues et les nageoires pelviennes plus effilées que celles des femelles.
La zone génitale, à la base de la nageoire anale des mâles se présente sous une forme concave (creuse) allongée, celle des femelles étant de forme convexe (bombée) arrondie.
En période de frai, des bourgeons de reproduction (ou boutons de noces) apparaissent sur les opercules des mâles ainsi que sur les premiers rayons de leurs nageoires pectorales où ils sont disposés en rangées plus ou moins régulières.

Maturité sexuelle[modifier]

L’âge et le poids, à la première maturité, vont dépendre des souches, de la température de l'eau d'élevage, de l'alimentation et de la vitesse de croissance.
La maturité des mâles se produit en général un an avant celle des femelles en régions tempérées.
Pour simplifier nous dirons que la maturité sexuelle se situe entre deux et cinq ans chez la femelle et entre deux et trois ans chez le mâle.
Au Japon on privilégie des géniteurs mâles de plus de 4 ans et des femelles de plus de 5 ans considérant que plus jeunes, la fécondation donne des résultats moins satisfaisants.
L’ovogénèse se produit à partir de 1000 degrés-jour (soit 60 j à 16.5 degrés) la maturation finale exigeant des températures supérieures à 18-20°C. Plusieurs reproductions par an sont possibles si ces conditions sont réunies.
Le processus de maturation ovocytaire et d'ovulation dépend aussi de la photo période (durée d’ensoleillement quotidien, durée du jour). L'ovulation de nombreuses espèces de cyprinidés est induite par la présence de substrats de ponte (herbes).
La production de spermatozoïdes est considérable: 2000 milliards par cycle (pour un mâle de 1 kg). Les spermatozoïdes des cyprinidés, ne conservent, à l'état intact, leur pouvoir fécondant que pendant de courtes périodes de quelques heures.
Les ovocytes en fin de vitellogénèse (ensemble de la plupart des substances de l'œuf, hors noyau et membrane) peuvent conserver leur intégrité pendant de longues périodes (jusqu'à 9 mois lorsque les femelles sont maintenues à moins de 16°C). Pendant ce temps un simple passage à 20-25 °C provoque la maturation et l'ovulation.
Chaque femelle pond en plusieurs fois entre 80 000 et 120 000 œufs par kg de masse corporelle. La maturation ovarienne est faite de vagues successives d’ovocytes.
Les ovules sont très rapidement dégradés après l'ovulation, soit in vivo (dans l'ovaire) soit in vitro (après récolte), après 4 h il n’y a plus de fécondation possible, la fécondation doit donc intervenir très rapidement après l'ovulation.
Les œufs de 1,5 mm de diamètre environ, selon l’âge de la femelle, adhèrent à la végétation aquatique et éclosent au bout de 5 jours à 20°C.
Les larves mesurent de 4,5 à 5 mm ; elles sont d’abord fixées aux plantes aquatiques puis se libèrent.

La reproduction[modifier]

Les prérequis (biotope..) Afin d’optimiser la reproduction des carpes Koï, divers facteurs physiques environnementaux sont à réunir. Outre la température (entre 18° et 20°), la qualité de l’eau est un paramètre indispensable à contrôler, la dureté de l’eau ne doit pas dépasser 15 dgH, la teneur en oxygène (9 mg/L), et le pH doit être neutre ou légèrement basique (entre 6,5 et 8,5).
Enfin, les taux d’ammoniac, de nitrates et de nitrites résultants des déchets biologiques (animaux ou végétaux) doivent être très faibles.
La présence de substrat de ponte est indispensable comme dans la nature, ou la ponte se déroule dans des eaux peu profondes, les plantes aquatiques servant de support pour les œufs.
L'aération doit être importante, les larves en développement nécessitant beaucoup d'oxygène.

Les modalités de reproduction[modifier]

La parade nuptiale commençant généralement à l’aube va durer de 5 à 9h; les mâles, prenant en chasse la femelle, lui donnent des coups de museau dans les flancs obligeant ainsi celle-ci à pondre.
Le frai demande beaucoup de vitalité aux poissons et il n’est pas rare qu’ils soient blessés pendant celui-ci.

En bassin de jardin[modifier]

Le frai est particulierement mouvementé les poissons pouvant même etre expulsés hors de l'eau durant les moments de frénésie. Avec l'aimable autorisation de l'auteur Xavier76

Cette période est réputée pour être l’une des plus stressante pour les géniteurs, ainsi une immunodéficience (baisse de l’efficacité du système immunitaire) plus ou moins importante est observée systématiquement après la période de frai. Une attention toute particulière doit être apportée aux poissons à ce moment critique, et la distribution de vitamines dans l’alimentation habituelle durant deux semaines par exemple n’est pas un luxe.
La qualité d’eau pâtit très souvent des ébats amoureux, et l’apparition de nitrite ou d’ammoniaque dans l’eau est fréquente. A surveiller donc.

La méthode de reproduction naturelle consistant à laisser ensemble les mâles et femelles pour qu’ils se reproduisent au hasard présente des risques importants. La femelle peut être gravement rudoyée par un trop grand nombre de mâles, les chasses peuvent donner lieu à des éjections de poissons du bassin, les œufs seront dévorés par les géniteurs et d ‘autres poissons…

Une reproduction planifiée n'apporte que des avantages. Elle consiste à isoler les poissons pour le frai et à soustraire les œufs une fois fécondés. Ainsi les poissons ne se blesseront pas gravement, les œufs seront mis à l'abri de leur « cannibalisme », et vous maitriserez la sélection.
Il faut pour cela séparer préalablement les mâles des femelles, et pour la reproduction soit utiliser un réservoir de frai soit cloisonner une partie du bassin à l’aide d’un filet.
L'ovulation peut être obtenue par manipulation des facteurs de l'environnement, par exemple en soumettant les géniteurs à un choc thermique (passage de 16 à 24°C en 6-8 heures) débutant en fin d'après-midi. Il s'ensuit une élévation de la gonadotropine dans la circulation sanguine le lendemain en fin de journée, suivie de l'ovulation au milieu de la nuit suivante.
Deux ou trois mâles géniteurs, totalisant le même poids que la femelle, sont isolés avec celle-ci dans le bassin afin que les phéromones émises par les femelles puissent stimuler la spermiation chez les mâles.
Après le frai, soit les poissons sont retirés de ce pondoir, soit l’on peut utiliser des brosses de frai en nylon, incitant les femelles à y déposer leurs œufs. Il suffit alors de retirer ces brosses après la fécondation et de les transférer dans un bac de quarantaine muni d’un système de filtration et d’une aération adéquate.

La reproduction artificielle massivement employée dans l'industrie alimentaire avec les saumons et les truites, consiste à l'injection d'hormones gonadotropes afin de déclencher artificiellement le frai (les quantités varient en fonction du poids de chaque individu, une erreur de dosage peut entrainer la mort de vos géniteurs). Il est nécessaire d'évaluer l’état de réceptivité des gonades aux facteurs hormonaux. De surcroit cette méthode impose une anesthésie générale, et de prélever les œufs et la semence…

Après la ponde[modifier]

Les petits œufs gris translucide font environ 1 mm de diamètre et éclosent au bout de 60 à 70 degrés/jours (soit 60 heures à 25°C). Ces larves resteront accrochées à des plantes 2 ou 3 jours, le temps que la bouche et la vessie natatoire se développent. Elles peuvent ensuite nager librement et commencer à se nourrir. Les œufs non fécondés ou avortés deviennent blanchâtres et devront être éliminés constituant un substrat pour le développement de saprolégnia.

== Les alevins ==Une fois sorties de l’œuf les larves vivent sur les réserves contenues dans le vitellus (ou sac vitellin), toujours attaché à l'intestin, jusqu'à sa résorption, puis leur vessie natatoire se gonfle et enfin, au bout de 1 jour, ils se mettent à l'horizontale et nagent. Les alevins se nourrissent alors avec les petits organismes et animaux microscopiques présents dans l’eau.
Cinq jours après la ponte on commence à admettre des rotifères dans ces bassins pendant 8 jours.
Les rotifères, outre le fait qu'ils sont disponibles dès la première prise de nourriture par les larves, se fixent sur les champignons (Saprolégnia, etc...) et en limitent le développement.
Onze jours après la ponte on distribuera des daphnies, pendant 10 à 15 jours. Les doses sont ensuite augmentées de façon à maintenir un large excès de daphnies dans les bassins d'alevinage et prévenir ainsi des phénomènes de cannibalisme.
Après 15 jours les alevins sont capables d'avaler des aliments spécifiques alevins préparés spécifiquement et disponibles dans le commerce.
A partir du trentième jour les larves consomment des fragments broyés (de 0,5 mm de diamètre) de granulés pour adultes.
A 2 mois un granulé à plus faible taux de protéines peut être distribué.

L'eau doit être bien aérée.

Le taux de mortalité est élevé chez les alevins : sous nutrition, malformations, mauvaise qualité de l’eau et de nombreux prédateurs régulent la quantité d’individus qui seraient en surnombre autrement.

Un exemple à Niigata[modifier]

A Niigata, au japon, les éleveurs outre une connaissance ancestrale et des études de biologie moderne, disposent à la fois d'un été long et chaud (au-dessus de 30°c), et de bassins de boue hérités des rizières. Ces bassins argileux équipés de systèmes d'aération efficace (compresseurs) sont vidés et asséchés au début du printemps puis labourés et traités (chaux fertilisants minéraux) afin de tuer les parasites et accroitre le PH de l'eau de source des montagnes qui va remplir le bassin d'élevage.
Quelques jours avant le frai, on y encourage la prolifération des protozoaires ciliés dont les alevins se nourrissent. Les géniteurs (Oyagoi), sont placés dans des bassins séparés. Des filets sont disposés afin de protéger les koï des parois et de supporter des cordons de frai.
En juin les géniteurs mâles sont introduits dans le bassin des femelles pour le frai. Chez certains éleveurs la méthode artificielle ou semi-artificielle ( sans injection d’hormones ) est préférée à la méthode « planifiée ».
Les alevins seront ensuite transférés dans l'eau riche des bassins boueux ou ils passeront l'été.
En fonction des variétés, de 1 à 5 sélections seront faites durant cet été.
Fin Octobre alors qu’ils mesurent entre 5 et 20 cm, au final de 0.1 à 5 % seulement ( en fonction des variétés ) seront transférés dans les bassins d’hiver chauffés pour pouvoir être vendus comme Tosai. Les meilleurs d’entre eux, les Tategoï, une fraction de la fraction initiale, seront élevés un an de plus jusqu’au stade Nisaï.
Ce travail et cette sélection drastique explique le prix final des koïs japonaises, et combien il est illusoire d’espérer pour l’éleveur amateur d’égaler par la reproduction la qualité de ses koïs.

Notes et Références[modifier]

Article publié dans le numéro 16 de la revue Bassins de Jardin