L’importance de la qualité du milieu

De Encyclopedie du Bassin
Aller à : navigation, rechercher

Compte rendu de l'Evénement : Formation Conférence
rédigé selon les notes prises sur l’un des 7 chapitres traités par Tony Da Cruz dans la formation « Pathologies : prévention, diagnostic et solutions » organisée par Côté Bassin à l’Oasis le 7 février 2016



Le premier acteur au bord du bassin, est le propriétaire du bassin, c’est lui qui veille (au sens noble du terme) sur ses pensionnaires et il doit donc avoir de bonnes bases relatives au maintien des poissons et aux premiers soins. (Tony Da Cruz)

La prévention des pathologies commence dès la conception du bassin, notamment afin de faciliter son entretien ultérieur, gage de la qualité du milieu.


Morphologie du bassin[modifier]

Indépendamment du style, superficie, profondeur, longueur et largeur d’un bassin seront déterminés en fonction de l’objectif poisson. La morphologie devra être étudiée en fonction de la pertinence hydrologique. En sus des coûts de construction, il convient de budgétiser les coûts d’entretien (changements d’eau...). La profondeur optimale est assujettie à la surface du bassin. Plus de volume implique à la fois plus d’inertie (de température et paramètres physico ) et moins de lumière ( rayons UV néfastes ) (soit une action directe sur le confort des poissons). Ainsi on peut donner les exemples de profondeur suivants en adéquation de la largeur / longueur : 3 x 4 correspondra à 1.5 m de profondeur, 5 x 8 à 1.8 m de profondeur , et 8 x 15 nécessitera 2.0 m minimum de profondeur. Bien entendu, dans la réalisation du bassin, l’on évitera outre les zones mortes, tous rebords ou objets susceptibles de blesser les poissons.


Les changements d'eau[modifier]

Des changements d’eau sont nécessaires pour éliminer les substances azotées, phosphatées et reminéraliser l’eau d’un bassin (minéraux consommés par la bio et aussi lessivés par la pluie). On procédera, tout en prêtant attention aux températures, à des rajouts périodiques ou constants de 5 à 20 % par semaine, mais ceci en fonction du rapport cheptel/volume et du nourrissage. On aura recours à des changements plus importants en sortie d’hiver, en été, après un traitement ou après une pollution (bio ou chimique). Bien entendu, l’eau introduite devra être préalablement contrôlée.

ImportanceMilieu1.jpg

Qualité physico-chimique de l’eau de bassin[modifier]

PH GH KH sont des paramètres importants, qu’il est indispensable de connaitre pour son bassin, mais encore plus important, il doit y avoir une « cohérence » physico-chimique entre ces 3 paramètres. PH (degré d'acidité ou d'alcalinité de l'eau) de 6 à 8.5 GH (ions calcium et magnésium) de 6 à 25 KH (sel dissous) de 4 à 20 NH3, NO2, les molécules azotées toxiques sont à surveiller. NH3 le taux d’ammoniaque doit être nul tout comme pour les nitrites NO2. NO3 (taux de nitrates) les nitrates ne sont pas toxiques pour le bassin, mais en grande quantité elles sont néfastes pour l’équilibre biologique du bassin. O2 (taux d’oxygène) il se mesure en mg par litre, mais c’est sa saturation dans l’eau qui est le plus important. La saturation en O2 de l’eau du bassin doit être la plus proche possible de 100%. Pour connaître la saturation en oxygène, il suffit de mesurer le taux d’O2 avec un test à gouttes, puis de mesurer la température du bassin. De ces 2 valeurs, et d’un abaque spécifique (trouvable sur internet) on déduit facilement la saturation. Il est plus difficile d’avoir une bonne saturation quand l’eau est chaude que quand l’eau est froide, c’est donc l’été qu’il faut surveiller de près ce paramètre ou par temps orageux.

Dans un bassin planté, les végétaux produisent du CO2 la nuit (donc acidifie l’eau), avec pour conséquence une baisse du PH. L’on mesurera donc celui-ci et le matin et le soir, la différence entre les deux mesures ne devant pas excéder 0,5. Les tests devront être effectués à chaque modification du milieu.


Qualité biologique du milieu[modifier]

L’objectif à atteindre sera de donner la capacité au bassin de générer lui-même sa propre qualité biologique d’eau (auto épuration). Le bio film dans le bassin, qui peut mettre deux ans à se former, sera assisté par l’efficacité du support bactérien (ou média de filtration) présent dans le filtre biologique du bassin, lequel indépendamment de sa nature (type de média, immergé ou semi immergé..) devra transformer l’ammoniac en nitrites puis en nitrates. Le volume de media dans la filtration biologique sera calculé en rapport au poids du nourrissage et de la densité. Les médias, pour être efficaces, devront être propres (pas de zones de boues), la fréquence des nettoyages et la méthode dépendent des médias utilisés. On prêtera attention aux zones à risques (filtres sales, zone mortes du bassin, végétaux et contenants, tuyauterie) pouvant engendrer des risques (baisse de l’efficacité des filtres, donc de la qualité bactériologique induisant alors une faible croissance des Koï voire problèmes de pathologies). Les actions correctives dépendent du bassin (suppression de plantes et contenants, aération, nettoyage, etc...).

ImportanceMilieu2.JPG

Influence de la saison et températures[modifier]

Les températures de confort pour les carpes se situent entre 4° et 28°, une température au-delà de 26° entrainant le risque d’une diminution du taux d’oxygène.

L’hiver est une saison problématique où, selon la région, il peut s’avérer nécessaire de couvrir son bassin, afin d’éviter de descendre en dessous des 4°. Les cascades, rivières et aérateurs (sauf si la pompe est dans un local tempéré) qui refroidissent l’eau du bassin sont à bannir. En période de froid, une période de diète minimum de 5 à 7 semaines, est un plus, et permet aux poissons de brûler les réserves accumulées. Donner à manger aux Koï sous la barre des 8 degrés ne leur est pas profitable, voire néfaste, leur système digestif étant alors en mode « hiver ».


Le stress[modifier]

Le stress est le facteur premier des maladies des poissons. Si le stress peut aider dans la nature à apporter une réponse à une agression, en captivité, il est souvent la conséquence d’un mauvais traitement, ou de mauvaises conditions. L'organisme sécrète des hormones pour mobiliser le cerveau et les muscles. L'oxygénation augmente, l'animal devient d'abord anxieux. Ses fonctions digestives sont perturbées. Il développe des comportements pathologiques de substitution. Si la situation de stress se prolonge, l'animal devient dépressif ou bien régressif. Il va se replier sur lui-même pour échapper à la cause de ses problèmes. Il ne bouge plus, cesse de s'alimenter et reste indifférent aux sollicitations de son entourage ou bien au contraire agit de manière indiscipliné. Il devient aussi beaucoup plus vulnérable aux maladies. Les sources de stress sont nombreuses : variation de température et amplitude, pollution physico-chimique, parasitoses, reproduction…). Si on peut faire appel dans certains cas à des compléments de vitamines, on cherchera à solutionner avant tout les causes.


Article rédigé selon les notes prises sur l’un des 7 chapitres traités par Tony Da Cruz dans la formation « Pathologies : prévention, diagnostic et solutions » organisée par Forum-Bassin à l’Oasis le 7 février 2016. ImportanceMilieu3.JPG

Notes et références[modifier]

Article publié dans le numéro 19 de la revue Bassins de Jardin