L'eau verte : explication et moyens de lutte

De Encyclopedie du Bassin
Aller à : navigation, rechercher

Nos bassins sont des écosystèmes artificiels et fermés nécessitant des soins constants pour obtenir l’équilibre biologique indispensable à la vie. L’eau verte est l’un des effets d'un déséquilibre ou d'un dysfonctionnement.

Qu'est ce qui rend l'eau verte dans un bassin ?[modifier]

L'eau verte est due au développement de diverses algues unicellulaires (1) vertes en suspension dans l’eau : elles font partie du phytoplancton
Ces algues sont toujours présente, mais à une concentration élevé on obtient cette fameuse "eau verte". La couleur verte est dû au pigment vert de la chlorophylle qui sert à la photosynthèse (un peu comme un panneau solaire, qui lui donne l'énergie nécessaire pour se développer et se reproduire, en permettant l'assimilation des éléments minéraux contenus dans l'eau, principalement les nitrates en l’occurrence).

Ces algues ne sont pas directement nocives pour la faune, mais elles gênent la croissance des plantes immergées en freinant la pénétration de la lumière.
Toutefois, les conséquences indirectes pour la faune sont nombreuses ; on peut citer notamment le phénomène d'eutrophisation due la minéralisation de ces algues qui tombent au fond du bassin, entrainant l'apparition de bactéries hétérotrophes qui vont consommer l'oxygène dissous.

Ces algues unicellulaire se développent surtout en été et au printemps avec le réchauffement de l’eau après l’hiver.


Comment lutter contre cette algue afin d'avoir une eau transparente ?[modifier]

Une explosion d'algue est le signe d'un déséquilibre ou d'un dysfonctionnement du bassin. Un taux de nitrates et phosphates élevé, une exposition ensoleillée sont des facteurs favorisant leur développement.

Pour lutter contre les alges unicellulaires et obtenir une eau transparent deux approches sont possibles.

Traiter les symptômes[modifier]

Il s'agit d'éliminer les algues pour arriver à une concentration faible de celles-ci… Les techniques employées alors sont :

  • L’utilisation d'un produit anti-algue unicellulaire est d’un effet rapide, mais limité dans le temps car elles reviendront systématiquement dès qu’il n'y aura plus de produit dans l'eau.
  • L'utilisation d'un filtre UV est le moyen le plus utilisé en complément d’un filtre. Les rayons UV grillent les cellules des algues, l’appareil est placé soit avant la filtration soit entre le filtre mécanique et le filtre biologique. L’objectif étant d'éliminer les algues plus vite qu’elles ne se multiplient. Ce système est utilisé du printemps à l'automne. Inconvénients : remplacement de la lampe tous les ans, et consommation électrique (Puissance 2W/m3 d’eau)
  • L'utilisation d'un générateur d'ozone : L'ozone a un fort pouvoir oxydant, il minéralise des éléments organiques (algues, déchets organiques, bactéries...).Inconvénients : il stérilise tout, même les éléments et bactéries utiles, ce qui peut rendre les koïs plus sensibles aux maladies puisqu'elles vivent alors dans un milieu très (trop) aseptisé. Bien sur un coût élevé, et une consommation électrique.


Traiter les causes de l'apparition de l'eau verte[modifier]

Les algues ne rencontrant pas de conditions propices à leur développement, leur population demeure très faible et l'eau transparente :

  • Le soleil est un facteur aggravant la prolifération des algues. Un bassin plus ombragé laisse passer moins de lumière nécessaire à la photosynthèse par les algues : elles se reproduiront alors moins vite (les conferves -algues unicellulaires attachées ensemble formant de longs fils verts- en particulier aiment la chaleur). Inconvénient : ce facteur n'est souvent pas suffisant pour avoir une eau transparente de plus il peut gêner la croissance des végétaux supérieures (plantes aquatiques).
  • Les algues unicellulaires en suspension, se nourrissant principalement de nitrates (NO3). En diminuant la concentration de ces sels minéraux on limite les nutriments disponibles. Les algues peinent alors se nourrir et de se développer.


Comment diminuer la concentration en nitrate :

  • Un bassin avec beaucoup de plantes (1/3 du bassin). Des plantes épuratrices consommant les nitrates et phosphates, évacuant les excès de ces composants et régulant leur présence dans l’eau. Des plantes flottantes réduisant la quantité de lumière qui pénètre dans le bassin limitent la photosynthèse des algues. De plus, grâce à leur réseau racinaire puisant les nutriments directement dans l'eau, ces végétaux sont en compétition directe avec les algues occupant la même niche écologique. Des plantes oxygénantes, importantes pour l’équilibre du bassin et pour la microfaune et les bactéries aérobies, contribuent aussi à fixer les nutriments (azote, phosphates)
  • Un bassin avec peu de poissons qui enrichissent le milieu en azote notamment les carpes koïs, qui produisent beaucoup de déchets et donc de nitrates.
  • Un lagunage en sortie de filtration mécanique et biologique, ou uniquement après un filtre mécanique, la filtration biologique pouvant être assurée par les bactéries présentes dans la pouzzolane qui sert de support aux plantes.

Les plantes du lagunage se nourrissent des nutriments contenus dans l'eau (dont les nitrates) avant que celle-ci ne retourne au bassin. La concentration de nitrate y étant alors réduite, les algues dans un milieu trop pauvre ne se développent pas, même en plein soleil. L’inconvénient du lagunage classique est un risque d'encrassement à moyen ou long terme, avec à ce moment-là un risque de développement de mauvaises bactéries (attention à bien concevoir le lagunage au départ pour éviter ce risque au maximum). La surface occupée par le lagunage est relativement importante, mais celui-ci est aussi décoratif, contribuant à la beauté du bassin dans son ensemble.


Un nouveau type de lagunage voit le jour : le lagunage sans substrat. (2) En sortie de filtration biologique, l'eau circule dans les racines des plantes du lagunage sans que celles-ci soient plantées dans un substrat type pouzzolane, mais simplement sur un support de maintien, les racines sont libres dans l'eau. Avantages : pas de risque d'encrassement, nettoyage simplifié, encombrement moindre qu'un lagunage classique, pas de consommation électrique. Inconvénient : choix de plantes plus limités qu'en lagunage classique, mais néanmoins assez nombreuses possibilités.


Pour éviter l'apparition de l'eau verte, veillez à un nourrissage modéré (la nourriture non consommée venant enrichir le milieu), pratiquez des changements d’eau fréquente (10% par semaine), plantez des plantes à pousse rapides, limitez la population de poissons, surveillez régulièrement les nitrates et phosphates.

Lagunage sans substrat. Avec l'aimable autorisation de l'auteur Yannick Fougeron

Glossaire[modifier]

(1) Algues unicellulaires : ensemble de micro algues dont les pigments photosynthétiques principaux sont les chlorophylles. Plusieurs milliers d'espèces : Euglena, Chlorophytes (par ex. les diatomées -algues brunes- 250 genres et 100.000 espèces estimées) La photosynthèse est permise par la chlorophylle des plantes, pigment vert qui fait office de catalyseur dans une réaction produisant du glucose à partir des matières premières indispensables que sont le gaz carbonique et l’eau.

(2) Lagunage sans substrat : La hauteur d'eau est de 25cm à 30cm. Le support de plante est composé de plaques/dalles à engazonner en plastique alvéolé de 50cm posés sur des pavés. Des petites touffes de plantes (Phragmites australis, Glyceria maxima, Phalaris arundinacea var. picta.) sont plantés en racines nues à intervalles réguliers dans les alvéoles. L'eau passe principalement au-dessous des plaques, à travers les racines, et légèrement au-dessus du collet des plantes, le collet se trouvant à 10cm environ. Les plaques flottent un peu avec les plantes, elles sont maintenues calées et plaqués par des pavés.

Notes et références[modifier]

Article publié dans le numéro 11 de la revue Bassins de Jardin