Critères généraux de sélection

De Encyclopedie du Bassin
Aller à : navigation, rechercher


Criteres generaux de selection[modifier]

Savoir comment choisir un beau koï, les critères généraux
Sanke.jpg

Chaque variété de koï possède des critères de sélection propre, qui sont décrites dans chaque fiche variétale, il existe néanmoins des critères généraux valables pour toutes les koï.
00_nishi_phil_GF.jpg


Si l'on prend comme base les critères qu'utilisent les juges au cours des Koï show.

  • Le principal est le Body shape (la forme du corps) qui entre en ligne de compte pour 50% des points,
  • puis vient la qualité de la peau, pour 30%
  • et enfin le Pattern (le motif créé par les taches de couleurs ou le maillage créé par les écailles pour les Koï monochromes).

Ceci est basé sur le fait que dans un bassin dans lequel nagent plusieurs Koï, on remarquera plus un poisson dont la forme du corps dégage une sensation de puissance, dont les couleurs sont éclatantes, qu'un congénère qui aura un dessin original mais qui est un peu chétif ou dont les couleurs sont ternes. La grande différence entre le jugement d'un Koï dans un show et votre choix porté sur un des futurs habitants de votre bassin est qu'en concours, le Koï est jugé sur ce qu'il est au moment précis du jugement. Tandis que dans une sélection dans une optique d'achat, il faut réussir à anticiper son développement futur. Ce qui est beaucoup plus difficile. On a jamais vu un Tosaï (Koï de l'année) qui a gagné le prix du junior champion devenir un champion à l'âge adulte.
00_showa__KQ_16_GF.jpg


- Le Body doit être fuselé, en forme de torpille ou de cigare et être symétrique. On devrait presque pouvoir le dessiner en croisant deux courbes: une convexe et une concave. La tête doit faire partie intégrante de ce dessin. Si cette dernière est trop courte ou trop étroite, ceci rompt la ligne générale et le rendu global est moins harmonieux et agréable à l'oeil. Toutefois, ces lignes parfaites ne sont, en général, visibles que chez des Koï qui ont plus de trois ans. Pour sélectionner un Koï plus jeune, une tête large et longue et des épaules trapues sont des signes encourageants de bonne évolution future.
00_kikokuryu__KQ_07_GF.jpg


La forme des nageoires est également importante. Elles doivent être ni trop petites (ce qui arrive souvent chez les Doïtsu), ni trop grandes. De même, si elles sont trop pointues, elles accrocheront l'oeil et ceci rompra l'impression de grâce dégagé par le Koï lorsque celui-ci se laisse flotter. Leur épaisseur et leur opacité sont également un signe de qualité de la peau et de la quantité de pigments qu'elle contient. Chez les Koï métalliques, elle doivent, impérativement être opaques.
00_yamabuki__KQ_05_GF.jpg

- La peau doit être épaisse et les couleurs vives et profondes. Chez un jeune Koï il est assez difficile de faire ce constat. Un bon moyen de contrôle est de regarder juste derrière la tête et juste avant la queue. Ceci donne, en général, une bonne idée du résultat final, sur tout le corps, après quelques années de bons soins.. Les couleurs doivent être uniformes et sans nuances, sur la totalité du corps. Il ne doit y avoir aucune tache parasite. Le Kiwa (limite arrière des taches de couleurs) et le Sachi (limite avant des taches de couleurs) sont également de bons indicateurs de qualité. Le Kiwa doit être net, même chez un jeune Koï. Le Sachi est flou au cours des premières années de vie du poisson. Toutefois ce flou ne doit pas excéder la largeur d'une écaille. Le fait que l'avant des taches ne soit pas bien net est dû au fait que chez les jeunes Koï, les écaille sont encore très fines. De ce fait, elles laissent transparaître la couleur qui se trouve sur l'écaille du dessous et même sur la peau. Avec l'âge, elles deviendront plus épaisses et donc opaques. Donc lorsqu'un Koï de qualité arrive à maturité, tout le dessin doit être net.
00_showa__KQ_14_GF.jpg


Un détail spécifique aux Koï Ginrin. Les reflets sur les écailles doivent être visibles à 360°. Ce qui signifie que même lorsque le Koï se déplace, la brillance sur les écailles doit être toujours visible.
kikokuryu__KQ_09_GF.jpg


-Le Pattern est bien souvent histoire de goût. Comme très peu d'hobbiistes font participer leur Koï à des concours, il faut avant tout que dessin leur plaise. Mais, en règle générale, il doit être harmonieux et équilibré. Les dessins de type kohaku (voir fiche variétale) donnent généralement un bel effet visuel.
272520thZNAAJSGC_19915B15D.jpg


Le dernier point important est que les femelles sont préférées aux mâles. La raison en est que les mâles sont sexuellement matures plus tôt. De ce fait, afin de pouvoir séduire les femelles, leur beauté doit s'épanouir plus rapidement, mais elle déclinera également plus vite. Les femelles, quant à elles mettront plus longtemps à s'épanouir et atteindront des tailles plus importantes. En contre partie, leur beauté sera également plus durable. La différence est telle, qu'au Japon, des Koï shows sont spécialement organisés pour les mâles. Ceux-ci ne pouvant, que très rarement, rivaliser avec ces dames. Bien entendu, le prix de vente s'en ressent énormément. Il est très difficile de déterminer le sexe d'un Koï avant l'âge de deux étés. Il existe des signes indicateurs, comme des épaules larges, des nageoires plus allongées ... qui peuvent augmenter vos chances d'acheter une jeune femelles, mais ces signes ne sont pas des certitudes. Chez un Nisaï (Koï âgé de deux étés) il est possible de vérifier si du sperme est sécrété en massant le ventre du Koï, mais cette opération est assez délicate à pratiquer, car il y a un risque d'endommager les organes internes du poisson si elle est mal pratiquée.
272520thZNAAJSGC_19915B15D.jpg

Une autre façon de procéder est de sentir au toucher si de petites aspérités existe au dessus des nageoires pectaurales. Si c'est le cas, on est en présence d'un mâle. Il est à noter que ces signes sont plus visibles sur les Koï au printemps. C'est à dire en période de reproduction.
064kl5B15D_GF.jpg