Alimentation de la carpe Koï

De Encyclopedie du Bassin
Aller à : navigation, rechercher

Bien que plus ancienne que la salmoniculture, l'élevage de la carpe, ou "cypriniculture", a fait l’objet de moins d’études scientifiques.
De plus internet véhicule quantités d'informations contradictoires (carnivore ou herbivore, nourrir l’hiver ou pas, combien de repas, quelle quantités..) qu'il faut pouvoir trier.

La synthèse proposée ici , alliant rapports scientifiques et expérience des amateurs, permet de faire le point sur le régime alimentaire de la carpe et ainsi de mieux adapter la nourriture, en toute connaissance de cause; d'autant que l'amateur dispose d'une offre d'alimentation pléthorique.

KOI.jpeg




Morphologie de la carpe et régime alimentaire[modifier]

La morphologie de la carpe détermine ses aptitudes à s’alimenter.
La carpe (Cyprinus carpio ) est un animal poïkilotherme aquatique (ou à « sang froid »), sa température corporelle varie avec celle de son milieu (le métabolisme est thermo-dépendant). La température influera donc sur ses besoins alimentaires.

La perception de la nourriture[modifier]

La carpe détecte les aliments grâce à un système olfacto-gustatif très sensible formé par des cellules sensorielles sur 4 barbillons (2 charnus sur la lèvre supérieure et un plus long à chaque commissure), et par les lèvres, le palais, la cavité pharyngienne antérieure.

La bouche protractile s’ouvre vers le bas, saisit les aliments en fouillant le fond.
Elle aspire rapidement le matériel benthique, c'est a dire présent au niveau du sol.

La mastication[modifier]

La mastication est effectuée par les dents pharyngiennes qui écrasent les aliments contre la plaque masticatrice supérieure.
L'appareil bucco-pharyngé sépare et trie la partie nutritive (particules alimentaires de taille supérieure à 500 µ) du reste non alimentaire (particules sédimentaires minérales) rejeté par les ouvertures operculaires.
L’absence de dents permettant l’incision des plantes, et le déficit d’une enzyme digestive (cellulase) expliquent la part peu importante des plantes dans le régime.

La digestion hépato-pancréatique[modifier]

La carpe est dépourvue d’estomac, elle n’a donc aucun enzyme gastrique (acide chlorhydrique, pepsine) elle a donc une digestion hépato-pancréatique.
Le suc pancréatique utilise des enzymes : lipolytiques (digestion des matières grasses) amylolytiques (digestion des hydrates de carbone et maltase), protéolytiques (digestion des protéines).
Ces enzymes sont produits par l’ingestion d’invertébrés (chironomes).

La sécrétion biliaire[modifier]

En cas de jeûne, la teneur du foie en glycogène (supérieure de 2 fois à celle d’un carnivore) favorise la glycogénèse.


Les besoins alimentaires de la carpe[modifier]

La carpe est un poisson omnivore préférant la nourriture benthique (de fond), et dans un milieu naturel elle consomme des aliments variés : crustacés, graines de différentes plantes aquatiques, insectes, larves, mollusques, vers oligochètes, vers de vase, zooplancton…

Les besoins en énergie des poissons sont fonction de leur taille, de leur vitesse de croissance, de la température de l'eau et de la densité énergétique de l'aliment.
Une partie des besoins alimentaires est fournie par des aliments microscopiques présents dans le milieu aquatique aspirés par la filtration branchiale.

Variations des besoins alimentaires de la carpe[modifier]

Les besoins alimentaires sont dépendants de la teneur en oxygène dissout dans l’eau, de la densité et de la biomasse des poissons.
La fourchette de température optimum de l’eau (prise en milieu de journée) est de 15°C à 25°C. Le transit digestif dure 48h à une température de 15°C, et il chute à 12h à 20°C.
La prise alimentaire augmente avec la température jusqu’à 13° et constante entre 13° et 18° puis décroît au-delà.
On constate une prise alimentaire optimum si on respecte une période de 8 heures entre chaque repas.

Besoins énergétiques[modifier]

Ils varient avec l’âge et le stade physiologique de la carpe, la croissance et la reproduction, sont les fonctions énergétiques les plus coûteuses.

Besoins en protéines[modifier]

La carpe possède les enzymes nécessaires à la digestion des proies, constituées principalement de protéines. Celles-ci assurent son cycle de reconstitution et de croissance protéique. La digestibilité est augmentée par 10 acides aminés essentiels que doit contenir l’alimentation (arginine, histidine, isoleucine, leucine, lysine, méthionine, phénylalanine, thréonine, tryptophane, valine).
Dans le milieu naturel les apports azotés sont fournis par le bactérioplancton, le phytoplancton et le zooplancton.

Besoins en lipides[modifier]

Les huiles et graisses animales ou végétales fournissent les acides gras insaturés (apports en énergie). Les besoins en protéines sont diminués si on ajoute des lipides à la ration.

Besoins en glucides[modifier]

La carpe n’a pas l’équipement enzymatique nécessaire à la digestion de la cellulose (céréales). Par contre, elle possède des amylases et digère l’amidon (gélatine enveloppant les granulés).

Besoins en vitamines[modifier]

La synthèse des enzymes et des hormones nécessitent des vitamines liposolubles (contenues dans les lipides), et des vitamines hydrosolubles (qui se dissolvent dans eau).

Besoins en minéraux et oligoéléments[modifier]

Pour la calcification les carpes ont besoin des sels minéraux et des oligoéléments (fer, calcium, phosphore et magnésium). Les carpes peuvent en prélever une partie directement dans l'eau par les branchies. Si le bassin est pauvre en minéraux un complément sera nécessaire.

Aliments utilisés en cypriniculture[modifier]

Couverture des besoins nutritionnels de la carpe :

  • Protéines Brutes : 25 - 30 %,
  • Lipides : 6-10 %,
  • Hydrates de carbone : 30-40 % (glucides non indispensable, mais bien tolérés).
  • Acides gras essentiels : 1 % d'acide linolénique (huiles végétales), 0,5 % d'acides gras longs poly-insaturés (huiles de poisson).
  • Phosphore : La carpe ne peut hydroliser le phosphore (farines animales). Donc compléter les aliments en phosphate bicalcique, digestible à 98 %,
  • Acides aminés (croissance de la carpe) : Une farine de poisson (30 % de l'aliment) apporte les Lysine et Méthionine


Carences et excès[modifier]

Carence.jpg

Une nourriture inadaptée entrainera diverses pathologies.
Si les besoins en énergie ne sont pas satisfait on constate des retards de croissance, des malformations, voir un nanisme.

Carences et toxicité des vitamines et sels minéraux[modifier]

Une carence en vitamines peut causer des syndromes hémorragiques divers, une fragilité immunitaire.

Excès[modifier]

La proportion entre les protéines et les lipides doit être respectés.
Trop de lipide limite l’absorption des protéines, et trop peu de lipide le poisson consommera trop d’acides aminés.
Trop de protéines (>40%) gêne la digestion et va être éliminé sous forme de déchets (azote - ammoniaque, nitrites, nitrates).
Il est difficile pour la carpe de produire de l’insuline, donc un excès de glucide n’est pas toléré.

La spiruline (composé d’algues filamenteuses) incorporée dans la nourriture est riche en acides aminés, lipides, carbohydrates , vitamines, minéraux et en pigments. Pour autant le foie n’accepte pas trop de spiruline, elle est responsable de l'Hikkui (maladie cutanée qui entraîne une modification de la pigmentation.


Facteurs influençant le régime alimentaire de la carpe[modifier]

Variations saisonnières[modifier]

Le régime alimentaire de la carpe (fréquence et type de nourriture) varie physiologiquement avec les saisons (températures, vents, pression atmosphérique).

Hiver : Le régime va être composé de la faune benthique (chironomes, tubifex) présente sur leurs zones de tenue.

Printemps : Les phytoplancton et zooplancton se développent avec l’accroissement de la photopériode et le réchauffement. Le régime évolue vers la planctophagie (crustacés daphnia) reconstituant une réserve de protéines animales.

Eté : Les fortes températures réduisent la solubilité de l’oxygène dans le plan d’eau. Les carpes s’établissent dans des zones de bordures (herbiers) et ont une alimentation (branchiotropisme, thermotropisme, et trophotropisme) plus diversifiée de copépodes (Macrocyclopes), gastéropodes (Limna, physa), oligochètes (Lumbiculus variegatus), insectes, et de plantes molles (Joncs, Potamot).

Automne : Le régime de la carpe se modifie en fonction de la courbe de température. Elle se constitue des réserves graisseuses en vue de la période froide.

Nota : La mise à disposition d’aliments toute l’année à des températures optimales, entraine une augmentation des microvillosités des entérocytes tapissant l’intestin se traduisant par une meilleure absorption.

Variations journalières[modifier]

L’aube et à la tombée de la nuit sont les périodes optimums du régime alimentaire.

Variations fonction de l’âge[modifier]

Relation : Ages Tailles Poids LV Bertalanffy 1938)

Au stade juvénile, les carpes se nourrissent tout d'abord de protozoaires (organismes unicellulaires) et de rotifères, puis de puces d'eau (daphnies), puis de larves d'insectes (chironomidés) et de vers (tubifex).
Les jeunes carpes ont besoin de beaucoup de protéines et de graisses pour une bonne croissance. L’aliment de substitution peut être évalué é partir de la composition en nutriments des proies alimentaires (protéines 60 %, graisses 30 % et chitine 28 %).

Les carpes adultes trouvent dans le substrat du sol des vers, des larves, des coquillages et des crustacés.

Les vieilles carpes garde un régime : anodontes, écrevisses, gastéropodes, petits poissons.


Les autres facteurs influençant le régime de la carpe[modifier]

  • Le sexe : les femelles se nourrissent plus en été.
  • La profondeur du plan d’eau : influence la solubilité de l’oxygène, une profondeur faible subira des variations thermiques plus fréquentes et brutales donc une instabilité du régime alimentaire.
  • Le bassin : taille permettant l’exercice, qualité de l’eau.
  • La nature des fonds : gravières (organismes benthiques - crustacés et mollusques -), étangs vaseux (chironomes).


Quand ? Comment ? nourrir[modifier]

On dispose d’un large choix d’aliments industriels, équilibrés et adaptés aux stades physiologiques des poissons.
Si la bouche de la carpe est plus adaptée à une nourriture de fond, une nourriture flottante permettra de contrôler la prise alimentaire (absorption dans les 5mn) et détecter d’éventuels problèmes (poissons ne s’alimentant pas).
La quantité de nourriture peut être évaluée selon le poids des poissons, à 20°C et à un an le KOI consomme chaque jour l’équivalent de 5% de son poids, et à 3 ans 2%.
Le nombre de repas quotidiens augmente avec la température entre 4°C et 18°C.
La fréquence des nourrissages est de : une fois par jour vers 15°C , deux fois vers 20°C.
Le nourrissage doit se faire à des heures régulières sur des zones calmes et peu plantées. Retirez les granulés non consommés, pour éviter toute pollution dû à un excès d’ammoniac, et rectifiez les prochaines rations.
Ne pas nourrir en cas d’anomalies (taux de nitrates, manque d’oxygène…) ou en cas de traitement.

Conservation de la nourriture : préférez des contenants étanches permettant de préserver les aliments de l'humidité, de l'oxydation de l'air, de la lumière.
La taille des granulés doivent s’adapter à la taille de la majorité des poisons (une section de 2mm pour une taille de poisson de 8-10cm, 4mm jusqu’à 20cm, 6 mm jusqu'à 40cm, 8mm au-delà). En été, préférez un régime hyperprotéiné : à 20°C le Koï digère 89% des protéines. A une température moindre vous donnerez une alimentation à base de germe de blé.
Des gâteries apport de vitamines et minéraux sont appréciés (ail, crevette, laitue, orange…).

Avant l’hivernage, au printemps, et avant la période de fraie, on ajoutera des compléments vitaminés qui renforceront les défenses naturelles des poissons. Des pigments caroténoïdes (asthaxanthine, canthaxanthine, zéaxanthine, rutine) sont ajoutés aux aliments industriels pour donner des couleurs au koï, par contre les colorants sont inutiles et néfastes.

Notes et références[modifier]

Article publié dans le numéro 12 de la revue Bassins de Jardin